Une enquête collecte sur les techniques du bijou en Méditerranée

Compte rendu de l’intervention de Marie-Pascale Mallé et de Julia Ferloni, 19 janvier 2018

Photographie d’une femme juive du Maroc – Bijoux du sud de la Tunisie attribué à l’artisans Nemni au milieu du 20e siècle – Bijoux marocain, début du 20e siècle

Marie-Pascale Mallé et Julia Ferloni, respectivement responsables du pôle “corps, apparence et sexualité” et du pôle “commerce, industrie et artisanat” au Mucem, proposent de revenir sur les débuts d’une enquête collecte sur le thème des bijoux dans l’aire méditerranéenne. Ce travail, qui dépasse largement la question de la transmission, est mis en place suite à l’acquisition de grandes collections de bijoux français et régionaux, provenant des Balkans et plus récemment d’Afrique du Nord. De plus, la bijouterie traditionnelle connait un renouveau dans la conception, la fabrication et les usages. L’idée de l’enquête collecte est alors d’explorer cette nouvelle dimension et de la confronter par la suite aux pièces plus anciennes des collections.

Marie-Pascale Mallé s’intéresse d’abord aux bijoux pour étudier le statut des femmes : les bijoux comme objets de différenciation sociale, comme dot ou capital des femmes, comme objet de dressage du corps féminin… Les travaux sur les collections ne permettent pas, dans la plupart des cas, d’étudier les artisans, les techniques de fabrication, la transmission des savoir-faire ou encore la circulation des modèles et des techniques. A partir de l’enquête collecte dans la région du Maghreb et en Arménie, Marie-Pascale Mallé montre comment certaines techniques et modèles de bijoux ont circulé depuis l’Europe jusque dans le bassin méditerranéen. Jusqu’aux indépendances, la plus grande partie des bijoutiers, profession déconsidérée et “sale” au Maghreb à cette époque, étaient des Juifs. Cette population installée dans la région depuis plus de 2000 ans selon certains, produisent des bijoux à destination des communautés musulmanes notamment des fibules pour fixer les vêtements. D’autres communautés juives d’Espagne et du Portugal sont arrivées à partir de 1492 et ont apporté des techniques bijoutières comme celle des émaux cloisonnés notamment dans la région de Tiznit au Maroc. D’autres Juifs viennent beaucoup plus tardivement, dans la première moitié du 20ième siècle, c’est le cas de Nemni ou Nemli, un Juif d’Italie qui s’est installé en Tunisie comme bijoutier. Fabriquant de bijoux citadins en Italie, quand il s’exile, il adapte son travail à la clientèle locale mais apporte tout de même avec lui des techniques et des motifs. Il est connu principalement pour ses grandes fibules en croissant de lune, ses bracelets de cheville et ses décors facilement reconnaissables : deux oiseaux de part et d’autre d’une grenade. Les hypothèses de circulation des techniques et des modèles avancées par Marie-Pascale Mallé à travers différents exemples mobilisés dans les collections du Mucem, sont difficiles à vérifier et la question de la transmission reste aujourd’hui en suspens.

Hayk Mikhitrian qui travaille dans son atelier – Photographie des bijoux de NazarAroyan, réfugié syrien d’origine arménienne qui s’adapte à une nouvelle clientèle

Pour apporter un autre regard sur la transmission, elle propose de revenir au présent et d’étudier les artisans arméniens très représentés dans le monde du bijou en Méditerranée. Dans le cadre de l’enquête collecte, elle a rencontré plusieurs artisans très différents, travaillant dans des contextes et avec des histoires de transmission variée. Hayk Zakarian, par exemple, a appris le métier de bijoutier par choix dans une école d’arts appliqués sans tradition familiale. D’extraction modeste, il travaille dans une cave de son immeuble qu’il a aménagée en atelier avec du matériel très moderne et en parallèle, il fait des vidéos pour des mariages ou des évènements familiaux en général. Hayk Mikhitrian, lui, est issu d’une dynastie de bijoutiers. Il a appris le métier au contact de sa famille et dans une école des beaux arts. Il travaille dans un atelier à l’intérieur de la maison familiale organisé sur différents étages et pratique toutes sortes de techniques pour réaliser des bijoux mais également des objets de ferronnerie. Ces deux bijoutiers bien que très différents s’adressent à une clientèle internationale en Russie, Ukraine, Iran ou encore à la diaspora arménienne. Ils partagent également des techniques et des modèles avec un réseau plus large d’artisans bijoutiers arméniens. De part, leur nationalité, leur histoire, et leur pratique commune, les bijoutiers arméniens semblent constituer un réseau à la fois commercial et technique.

Photographie de l’atelier de Edgar Kharatyan, stockage des moules – Photographies de Hayk Zakarian au travail dans son atelier

Photographies de Yves Inchierman dans les ateliers du Caire – Atelier Ahmed Hussein et Atelier Gold Masters aux alentours du Khan-el-Khalili- Atelier d’Eshak situé dans le quartier El Zawya.

Julia Ferloni, dans un second volet de la présentation, propose de revenir sur 4 jours d’enquête avec le photographe Yves Inchierman qu’elle a effectuée en octobre au Caire. L’idée du travail de terrain était de chercher à comprendre dans un premier temps qui fabrique des bijoux traditionnels? Pour qui? En quoi sont-ils traditionnels ? Quel est le savoir-faire de ces orfèvres? Pour répondre à ces questions, Julia Ferloni est allée à la rencontre d’artisans dans leurs ateliers et dans une usine de joaillerie, des commerçants dans des magasins de luxes, d’étudiantes au sein de leur école d’apprentissage, d’acteurs du commerce équitable, et d’acteurs institutionnels. A partir des données de terrain, elle construit une première typologie de la transmission des savoir-faire bijoutiers et du geste technique au Caire : 1/la transmission au sein d’un atelier, 2/la transmission filiale, 3/la transmission via le musée, 4/la transmission via l’école et 5/la transmission comme argument de vente.

Le travail dans l’usine de l’entreprise de Azza Fahmy

Le travail dans l’école «Design Studio by Azza Fahmy» au Caire

Dans un premier temps, le travail d’observation dans l’atelier d’Eshak, dinandier copte, permet de comprendre les modalités de la transmission au sein de l’environnement de travail. Eshak a appris le métier dans une école d’arts appliqués avant de travailler dans un atelier, de créer sa propre entreprise et aujourd’hui de transmettre son savoir-faire à ses apprentis. Chez Eshak et dans la plupart des ateliers, pour apprendre, on commence par les tâches les plus faciles, c’est à dire la machine à polir. Petit à petit, on acquiert les savoir-faire plus complexes et on apprend à réaliser un objet du début à la fin. Dans un second temps, dans cet atelier, on observe également une transmission filiale, celle d’Eshak lui-même à sa fille. Cette transmission se fait également au sein de l’atelier mais dans une temporalité verticale, celle de la transmission d’une génération à une autre au sein d’une même famille. Le musée, dans un troisième temps, permet également une transmission par l’intermédiaire d’un média, ici la photographie. Dans le cadre de la collecte, Julia Ferloni et Yves Inchierman, ont choisi de photographier la chaine opératoire de la fabrication d’un bijou avec une attention particulière portée sur les gestes de l’artisan. Ces photographies, en documentant une situation et une action, permettent ensuite de rendre visible le savoir-faire pour le public du musée mais surtout de le conserver. Dans un quatrième temps, pour parler de la transmission à travers l’école, Julia Ferloni, propose d’exposer le cas d’Azza Fahmy, aujourd’hui personnalité reconnue dans le monde de l’orfèvrerie à l’international. D’une famille égyptienne assez aisée, Azza Fahmy a fait des études dans une école d’arts appliqués puis souhaitant créer des bijoux, elle a choisi d’aller se former dans un atelier du Khan El Khalili où elle est restée en apprentissage pendant 2 ans. Par la suite, elle a créé sa marque de bijoux et commencé une collection de bijoux traditionnels anciens. Aujourd’hui, à la tête d’une entreprise qui comprend une usine de 200 ouvriers, 6 boutiques de luxe en Egypte et des corners dans plusieurs magasins aux Emirats Arabes Unis, à Londres ou encore à New York, elle a choisi d’ouvrir une école pour transmettre son savoir-faire. L’école Design Studio by Azza Fahmy, s’adresse à une catégorie aisée de la population égyptienne mais aussi internationale. Le but de cette école selon sa créatrice est d’enseigner différemment la pratique du bijou à la fois par une transmission du geste mais aussi par un apprentissage plus à l’occidental où l’on apprend à concevoir les pièces de manière plus “philisophique”. Le dernier type de transmission comme argument de vente met en scène le geste technique comme gage d’authenticité et de traditionnalité des produits. En effet, sur le site internet d’Azza Fahmy, une page est consacrée à des vidéos qui présentent le savoir-faire des artisans et les processus de fabrication. Ces films sont intéressants car ils détaillent le travail pour prouver la qualité et l’originalité des bijoux vendus par l’entreprise.

Photographie de Azza Fahmy – Travail de conception dans l’école «Design Studio by Azza Fahmy»- Extrait d’une vidéo de mise en scène des techniques sur le site de Azza Fahmy – Bibliothèque dans l’école «Design Studio by Azza Fahmy»

Références :

Abrahamyan, V., Armenian Jewelry Art from Ancient Period to our days, 1983, Arménie, Sovetakan grogh”, Yerevan

Baschinger, R ; Schienerl, P.W., Silberschmuck aus Agypten, 1984, Francfort, Galerie Exler, (catalogue d’exposition)

Cimabelli, Patrizia, Bijoux à secrets, 2002, Paris, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme

Fahmy Azza, The Traditional Jewelry of Egypt, 2015, The American University in Cairo Press

 Poulenc, Monique et Margerie, Anne-Michèle, Les bijoux traditionnels français, 1998, Paris, RMN

Rabaté, Marie-Rose, Bijoux du Maroc, du Haut Atlas à la vallée du Draa, tome I, 1996, Éditions Édisud

Rabaté, Marie-Rose, Du Haut Atlas à la Méditerranée, depuis le temps des Juifs jusqu’à la fin du XXe siècle, tome II, 1999, en collaboration avec A. Goldenberg, Éditions Édisud.

 

CR réalisé par Justine Faure / version révisée par Julia Ferloni


Vous aimerez aussi...