Journée d’étude “Les espaces du VIH/sida”, Mucem, 5 avril 2019 – les vidéos

Présentation
 
L’épidémie de sida, bien qu’elle ne soit ni la seule ni la première à avoir connu une diffusion géographique très large, est souvent considérée comme la pandémie mondialisée par excellence. En effet, elle a très tôt été décrite comme une épidémie globale, favorisée par le développement des moyens de transport et des mobilités associées.
 
Si les premiers cas de sida ont été identifiés aux États-Unis puis en France, il a rapidement été montré que la majorité des malades était localisée en Afrique, qui est encore aujourd’hui le continent le plus touché. Dès lors, comment rendre compte, dans le cadre d’une exposition organisée en France, dans un musée de société dévolu aux civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, de la dimension mondiale et des différentes échelles que recouvre cette épidémie ?
 
D’emblée, la lutte contre le sida s’est développée au niveau global. Mais après la mise au point de traitements antirétroviraux efficaces, le constat fut fait d’une inégalité géographique criante, illustrée par cette formule souvent entendue : « Les malades sont au Sud et les traitements au Nord ». Un véritable changement de paradigme s’est opéré au moment où l’accès aux traitements a été rendu possible, en particulier en Afrique.
 
Au-delà de l’Afrique subsaharienne, quelles ont été et quelles sont encore les formes de l’épidémie dans des régions aussi diverses que le Maghreb ou l’Asie (première table ronde) ? L’exploration des dimensions internationales mène directement à celle des mobilités qui sera envisagée dans cette journée à travers la question du sida chez les migrants en France (seconde table ronde). En resserrant la focale, nous nous interrogerons aussi sur les enjeux locaux de la lutte contre le sida à Marseille et dans sa région, et sur la place qui leur sera accordée dans l’exposition (troisième table ronde). Enfin, à une échelle plus délimitée, nous nous pencherons sur différents types d’espaces dans lesquels se déploient les rencontres sexuelles, qu’ils soient micro-géographiques ou virtuels, et sur l’impact du VIH sur ces rencontres (quatrième table ronde).
 
Programme
 
9h30 – Présentation de la journée
 
9h35 – Introduction par Jean-François Delfraissy, président du Comité consultatif national d’éthique (par vidéo) :
VIH : les aspects internationaux
 
10h00 – Des enjeux internationaux et des histoires locales
Modération : Vincent Douris, responsable recherches opérationnelles, Sidaction
– Gaëlle Krikorian, Médecins sans frontières : quand la question de l’accès aux médicaments a rencontré celle de la propriété intellectuelle
– Bernard Taverne, IRD-UMI TransVIHMI (par visioconférence) : le Sénégal à l’avant-garde de l’accès généralisé aux antirétroviraux
– Stéphanie Tchiombiano, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne : les réseaux internationaux de la France
– Hakima Himmich, présidente de l’association de lutte contre le SIDA (ALCS) : l’exemple Marocain
– Evelyne Micollier, IRD-CESSMA : l’exemple asiatique
 
12h00 – L’impact des migrations
Modération : Sandrine Musso, AMU, CNE-Ehess
– Romain Miribindi, Afrique Avenir : implication de l’association Afrique Avenir dans la prévention du VIH auprès des personnes originaires d’Afrique et des Caraïbes en France
– Annabel Desgrées du Loû, Centre Population et développement : visibiliser l’épidémie qui touche les africains en France : un risque nécessaire ? Genèse et résultats de l’enquête Parcours
– Arnaud Veïsse, Comede : Lutte contre le VIH : heurs et malheurs de l’accès aux soins des étrangers, 1998-2018
 
14h30 – Histoire et enjeux marseillais de la lutte contre le sida
Introduction et modération : Patricia Enel, Médecin spécialiste en santé publique, présidente du COREVIH PACA OUEST (Coordination VIH)
– Michel Bourrelly et Bruno Spire, Sesstim : la création et le développement d’AIDES Provence
– Paolo Martelli, Asud Mars Say Yeah : les débuts d’Asud Mars Say Yeah
– Dominique Blanc, AP-HM ; Corevih Paca Ouest Corse : enjeux relatifs au VIH et aux hépatites à la prison des Baumettes
– Jacques Moreau : l’histoire de la prise en charge du VIH/sida à l’hôpital Houphouët Boigny
 
16h30 – La sexualité dans l’espace
Modération : Renaud Chantraine, Mucem/IIAC
-Alain Léobon, chargé de recherche au CNRS Unité mixte de recherche ESO Espaces et Sociétés. Professeur associé au département de sexologie de l’Université du Québec à Montréal : Les Net Gay Baromètres : Questionner les rencontres en ligne, les cultures de sexe des HSH et leur santé sexuelle
– Giovanna Rincon, Acceptess-T : impact de l’épidémie sur le travail du sexe : entre stigmatisation et empowerment
 
Séance organisée avec le soutien du LabexMed
 
* * *
 
Le cycle “Collecter, conserver et exposer l’histoire sociale du VIH/sida” s’est déroulé du 27 octobre 2017 au 24 mai 2019 au Mucem. Les six journées d’étude qui le constituent visaient à alimenter une réflexion autour des enjeux de mise en mémoire, en musée et en exposition du VIH/sida.
 
La programmation de ces journées a été piloté par Stéphane Abriol, Christophe Broqua, Renaud Chantraine, Vincent Douris, Françoise Loux, Florent Molle et Sandrine Musso, avec l’aide d’un comité de suivi composé d’une quarantaine d’acteurs de la lutte contre l’épidémie, en particulier localement. La captation des vidéos a été assurée par Ondina Santin, le montage par Lucas Calloch, la mise en ligne et l’édition par Renaud Chantraine.
Nous avons parfois rencontré des soucis techniques, que nous avons essayé de corriger, au mieux, après coup. Nous nous en excusons auprès des intervenant.es concerné.es.

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...