Journée d’étude “Les temporalités du sida”, Mucem, 11 mai 2018 – les vidéos

Archétype de l’« événement », phénomène « conjoncturel », l’épidémie est aussi venue révéler des dimensions structurelles renvoyant à des échelles temporelles variées : de son origine à l’émergence des traitements et à l’accès à ces derniers, des déclarations de la fin de son exceptionnalisme au projet de son « éradication », de sa normalisation à ce que certains chercheurs nomment la 4ème épidémie (celle des « résistances » aux traitements), entre chronicisation et échec thérapeutique.
 
Parallèlement à cette histoire globale, largement gouvernée par celle des avancées thérapeutiques, l’épidémie de sida a généré des expériences collectives fortement différenciées, tout d’abord entre le Nord et le Sud, mais aussi entre groupes sociaux qui ont donc vécu des histoires distinctes. Les mobilisations associatives ont été en partie le reflet de ces expériences différenciées mais aussi le moteur d’une prise de conscience progressive de l’épidémie. À une échelle plus individuelle et subjective, l’histoire du sida a vu se succéder différents types de « temps vécus » : le temps de latence entre l’annonce et le traitement social et médical, puis une période de « deuil du deuil », auquel auraient succédé celles du silence, de la « normalisation » et de la revisite mémorielle de la « crise du sida », le tout sur fond de discriminations persistantes.
 
Temporalités multiples en outre que sont celles des mondes et champs articulées par la présence de l’épidémie : ceux des personnes infectées et affectés, ceux du soin et de la recherche, et ceux des institutions et politiques.
 
Dans l’objectif de l’exposition sur le sida en cours d’élaboration au Mucem, les questions que posent la notion de temporalité apparaissent centrales et se résument ainsi : comment rendre compte de ces temporalités multiples de l’épidémie dans la mise en récit muséale ? Temporalités et spatialités sont difficilement séparables, dans la mesure
où les chronologies de l’épidémie diffèrent selon les espaces, mais aussi, au sein d’un même espace, selon les réseaux sociaux, les sous cultures et les modes de transmission. Cette journée distinguera cependant la dimension temporelle en la mettant en avant, avant que la prochaine, organisée en février-mars 2019, ne vienne éclairer plus particulièrement les questions liées à l’espace et aux géopolitiques du sida.
 

Programme

9h30 – Présentation de la journée par les organisateurs.trices
 
9h35 – 12h30 Comment aborder l’origine et la fin de l’épidémie de VIH/sida dans une exposition ?
Introduction et modération de la matinée par François Berdougo, Médecins du Monde.
 
9h45 – Comment aborder l’origine de l’épidémie de VIH/sida dans une exposition ?
Martine Peeters, IRD, TransVIHMI, Guillaume Lachenal, Paris Diderot, laboratoire SPHERE
 
10h45 – Comment aborder la fin de l’épidémie de VIH/sida dans une exposition ?
Joseph Larmarange, IRD Ceped, Eve Plenel, Paris Sans Sida
 
11h55 – Comment aborder l’origine et la fin de l’épidémie de VIH/sida dans une exposition ?
Conclusion de la matinée par Vinh-Kim Nguyen, IHEID, Genève ; Ecole de Santé Publique, Université de Montréal ; Collège d’études Mondiales, FMSH, Paris.
 
14h00 – Comment traiter des temporalités vécues, individuelles et collectives ?
Introduction et modération par Marjorie Mailland, Réseau Santé Marseille Sud
 
14h15 – Les temporalités associatives
Nicole Ducros, ancienne cheffe de projet RDR, Tipi ; coordinatrice des plaisirs, projet lieu de répit, association JUST, Mylène Frappas, cadre de santé publique, mission Sida et toxicomanie de la ville de Marseille (1995-2015)
 
14h45 – La singularité des expériences des femmes et des enfants
Alice Desclaux, IRD, TransVIHMI, Fabienne Hejoaka, IRD, TransVIHMI
 
16h – La mise en récit des temporalités individuelles
Janine Pierret, directrice de recherche honoraire au CNRS, Daniel Bizeul, Cresppa-CSU, CNRS-Paris 8-Paris Nanterre
 
A partir de 18h
Projection du film « Zéro patience » dans la salle du miroir (Vieille Charité – 2 rue de la Charité, 13002 Marseille), en présence de Didier Roth-Bettoni, journaliste et historien du cinéma LGBT
 
Séance organisé en partenariat avec le LabexMed, avec le soutien du Réseau Thématique 28 de l’AFS « Recherches en sciences sociales sur la sexualité ».
 
* * *
 
Le cycle “Collecter, conserver et exposer l’histoire sociale du VIH/sida” s’est déroulé du 27 octobre 2017 au 24 mai 2019 au Mucem. Les six journées d’étude qui le constituent visaient à alimenter une réflexion autour des enjeux de mise en mémoire, en musée et en exposition du VIH/sida.
 
La programmation de ces journées a été piloté par Stéphane Abriol, Christophe Broqua, Renaud Chantraine, Vincent Douris, Françoise Loux, Florent Molle et Sandrine Musso, avec l’aide d’un comité de suivi composé d’une quarantaine d’acteurs de la lutte contre l’épidémie, en particulier localement. La captation des vidéos a été assurée par Ondina Santin, le montage par Lucas Calloch, la mise en ligne et l’édition par Renaud Chantraine.
Nous avons parfois rencontré des soucis techniques, que nous avons essayé de corriger, au mieux, après coup. Nous nous en excusons auprès des intervenant.es concerné.es.
 

 

 

 

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...