Journée d’étude “Traces et mises en récit de l’épidémie du VIH/sida”, Mucem, 11 mai 2018 – les vidéos

Présentation

Cette troisième journée d’étude a trait à la question des mises en récit de l’histoire du sida et de la pluralité des formes d’engagement dans la confrontation au virus et à l’épidémie. Penser une exposition conduit à envisager de quelle manière le musée prendra acte, rendra compte ou articulera les mises en récit des personnes affectées à différents titres par l’épidémie. Là comme ailleurs, les politiques de la représentation, les questions posées autour de qui s’exprime, et depuis où, gagneront à être documentées, discutées et réfléchies à partir de la parole des acteurs et actrices des luttes contre le sida. L’histoire de l’épidémie est aussi celle de la constitution d’un espace social pluriel et inédit où se sont rencontrés notamment chercheur.es de diverses disciplines (virologie, immunologie, épidémiologie, sciences sociales), soignant.es, acteur.ices associatifs et des politiques publiques, patient.es-expert.es.

Cette journée invite à considérer ce que le sida a fait à chacun de ces domaines et les enjeux soulevés par cette mise en récit muséale. Il est demandé à chaque intervenant.e d’amener un objet susceptible de cristalliser tout ou partie de sa trajectoire professionnelle et/ou personnelle, dans l’objectif d’identifier des traces matérielles, présentes ou absentes des collections patrimoniales.

Programme

9h30 – Table ronde « Engagements associatifs »
Avec Christophe Martet (journaliste, ancien président d’Act Up-Paris), Fabrice Olivet (directeur d’ASUD – Autosupport des usagers de drogues), Kouka Garcia (association Pari-T, auto-support pour les personnes Transgenres vivant avec le VIH – VHC), Rose Nguekeng (animatrice de l’association Ikambéré, conseillère en santé sexuelle et droits humains). Modération : Christophe Broqua (anthropologue, IHEID, Genève)

11h15 – Présentation du projet européen de recherche et d’histoire orale EUROPACH « Perspectives transdisciplinaires : activisme, citoyenneté et santé »
Avec Todd Sekuler (Université Humboldt, Berlin) et Justyna Struzik  (Jagiellonian University, Cracovie)

13h – Table ronde « Trajectoires de soignant.es »
Avec Françoise Baranne (auteure et formatrice en soins infirmiers), Patrick Philibert (médecin, infectiologue, membre du bureau COREVIH Provence Alpes Corse et coordinateur médical du réseau Santé Marseille Sud), Alain Sobel (médecin, immunologiste, ancien président du conseil national du sida), Hélène Delaquaize (médiatrice en santé publique), Modération : Sandrine Musso (anthropologue, AMU – CNE/Ehess)

14h45 – Table ronde « L’impact du sida sur la recherche scientifique »
Avec Maxime Journiac (ancien membre de Sida Info Service, du TRT-5 – groupe inter-associatif traitement et recherche thérapeutique – et de l’EATG ; co-fondateur du collectif Hépatites virales), Jean-Daniel Lelièvre (médecin, chef de service Immunologie clinique & maladies infectieuses, CHU Henri Mondor), Laurence Pascal (Santé publique France, Cire Provence-Alpes-Côte d’Azur et Corse), Isabelle Poizot-Martin (médecin, chef de service Immuno-hématologie clinique, Hôpital Sainte-Marguerite), Bruno Spire (médecin, directeur de recherche à l’Inserm, ancien président d’AIDES), Modération : Vincent Douris (Sidaction, Responsable Recherches opérationnelles

16h30 – Présentation par Stéphane Abriol (anthropologue, CNRS/Cerlis, Université Paris Descartes) du film Sida, nouveaux traitements, une histoire en mouvement (1997) et projection.

Séance organisée avec le soutien du LabexMed et avec le soutien du Sidaction.

* * *
 
Le cycle “Collecter, conserver et exposer l’histoire sociale du VIH/sida” s’est déroulé du 27 octobre 2017 au 24 mai 2019 au Mucem. Les six journées d’étude qui le constituent visaient à alimenter une réflexion autour des enjeux de mise en mémoire, en musée et en exposition du VIH/sida.
 
La programmation de ces journées a été piloté par Stéphane Abriol, Christophe Broqua, Renaud Chantraine, Vincent Douris, Françoise Loux, Florent Molle et Sandrine Musso, avec l’aide d’un comité de suivi composé d’une quarantaine d’acteurs de la lutte contre l’épidémie, en particulier localement. La captation des vidéos a été assurée par Ondina Santin, le montage par Lucas Calloch, la mise en ligne et l’édition par Renaud Chantraine.
Nous avons parfois rencontré des soucis techniques, que nous avons essayé de corriger, au mieux, après coup. Nous nous en excusons auprès des intervenant.es concerné.es.

 

 

 


Vous aimerez aussi...