Décrire le paysage de l’île

Journée de recherches expographiques le 26 mars 2018, organisée à la Vieille Charité à Marseille par Elise olmedo (LABEXmED / Centre Norbert Elias / Mucem) dans le cadre du séminaire “Le temps de l’île” coordonné par Jean-Marc Besse (Géographie-cités, équipe Ehgo), Guillaume Monsaingeon (chercheur independant), Elise Olmedo, Anne-Sophie perrot (ENSp de versailles-Marseille) et Aude Fanlo (direction de la recherche et de l’enseignement, Mucem).

Avec :

Xavier Rey (Musées de Marseille)
Jean-Luc Revol (Maison de la Culture de Nevers)
Milena Charbit (Architecture)
Alice Fromonteil, David Glory, Diego Muñoz,
Catherine Pellini (Anthropologie, UMR 7308 CREDO)
Guillaume Monsaingeon (Philosophie)
Pauline Delwaulle (Vidéo)
Mathilde Szydywar-Callies (Paysage)
Amandine Maria (Art et paysage)

S’agissant d’un objet aussi répandu que les îles, l’exposition renvoie nécessairement aux souvenirs du visiteur, à ses expériences ainsi qu’aux imaginaires collectifs de ces espaces devenus populaires voire iconiques dans les transformations politiques, sociales et géographiques. L’île s’inscrit en effet dans des domaines aussi divers que l’iconographie scientifique, l’imagerie médiatique ou le discours politique. Il semble alors particulièrement difficile d’exposer un objet « déjà vu », « déjà connu » et très médiatisé aujourd’hui, dans le cadre de la crise migratoire par exemple. Pourtant, à l’inverse, certaines îles sont méconnues et restent invisibles dans les discours sur la ville et les espaces métropolitains, comme par exemple les îles de la Seine exposées en 2017 au Pavillon de l’Arsenal (Milena Charbit, commissaire d’exposition).

Comment, alors, élaborer un parcours d’exposition qui donne à voir un objet comme celui de l’île, sans le réduire à ses caractères les plus attendus ? Devant la profusion d’images concernant les îles, il faut revenir aux fondements même de la notion d’écriture. Représenter, figurer, cartographier, dans cette perspective, que signifie écrire ? Cette réflexion sur la description et la mise en forme des discours, des expériences et des projets est aujourd’hui au cœur des pratiques de la recherche scientifique, de l’aménagement, de la création artistique et de la muséographie. Cette résonance des pratiques vient questionner la nature propre des écritures qui y sont mises en œuvre. Un des objectifs de cette journée d’études est de questionner les pratiques d’écriture documentaires îliennes à travers la vidéo, le projet de paysage, la BD ou la cartographie artistique par exemple.

Cette journée s’inscrit ainsi dans le prolongement du travail préparatoire mené notamment dans les séminaires organisés depuis le printemps 2017 de l’exposition « Le Temps de l’île » prévue au Mucem pour 2019. Elle initie un dialogue interdisciplinaire associant d’une part, un laboratoire de recherche scientifique, le Centre Norbert Elias et sa Fabrique des écritures en sciences sociales, un lieu d’expérimentation paysagère, l’École Nationale Supérieure du Paysage de Versailles-Marseille et un lieu d’expérimentation muséale, le pôle de recherche et d’enseignement du Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, le Mucem. Régulièrement abordée à l’occasion des expositions du Mucem, cette question rencontre également de façon centrale la réflexion lancée par le Centre Norbert Elias sur les nouvelles écritures scientifiques à travers le projet de « La Fabrique des nouvelles écritures en sciences sociales » qui propose un espace de réflexion sur les pratiques de recherche au sein du laboratoire. En continuité avec ces travaux, cette journée associe à la réflexion théorique sur l’acte expographique une dimension expérimentale à travers la présentation de projets combinant différents médiums : installation cartographique et sonore, écriture vidéo, graphique et performance. Ces dispositifs seront présentés tout au long de la journée dans les espaces intérieurs et extérieurs de la Vieille Charité.     


Vous aimerez aussi...