Matières premières ?

Journée organisée par le collège post-doctoral LabexMed organisée le mercredi 30 janvier 2019 à l’IMERA

Comité organisateur : Zoé Carle, Emmanuelle Hellio, Juana Moreno Nieto, Elise Olmedo, Farida Souiah

Participants et crédits photos : Fabien Bièvre-Perrin, Raphaël Botiveau, Ibrahim Boubekri, Zoé Carle, Renaud Chantraine, Manuel Cervera Marzal, Emmanuelle Hellio, Elise Olmedo, Farida Souiah, Marie Widmer.

Cette journée visait à questionner de manière réflexive la matérialité de la recherche. Les chercheur-e-s rapportent du terrain des enregistrements d’entretien, des photos, des relevés, des carnets ; ils prélèvent pour certains des objets. Quel est le statut de ces matériaux ? Matières premières, matière brute ? On peut en douter, tant le simple fait d’extraire un item de son contexte (en s’appropriant un objet, enregistrant un son ou en capturant une image) le transforme irrémédiablement. Durant cette journée dix chercheur-e-s issus d’horizons disciplinaires différents ont choisi une image, une photo, un son, un objet ou une carte pour présenter leur travail. Le public était invité à réagir spontanément sur l’objet, premières impressions auxquelles répondait ensuite le-a chercheur-e en précisant le lien de cet objet avec sa recherche et en apportant des éléments de contexte. Ce moment était suivi d’un échange collectif.

Cette journée s’est placée sous les auspices du matérialisme critique, avec une attention portée à la manière dont les matérialités évoquent et expriment des rapports sociaux. D’un point de vue méthodologique, les chercheur-e-s ont questionné ce qui se joue dans le rapport à l’objet ; ce qu’implique sa collecte et son appropriation. Ils ont raconté ce qu’a impliqué cette captation ou cette extraction et interrogé la médiatisation de la recherche par l’objet.

La question transversale de la matérialité se pose aux chercheur-e-s quelles que soient leurs disciplines et les types de matériaux qu’ils sont amenés à collecter et produire : matériaux de terrain, matériaux d’archive ou objets du quotidien, outils et instruments. Lors de la prise de parole initiale du public, il est apparu que les objets révélaient déjà beaucoup, avant même que la parole du chercheur ne vienne médier leur réception. Cela nous a amené à interroger la manière dont ces objets peuvent être mobilisés pour produire, valoriser et diffuser la recherche. La matérialité permet de questionner, de façon réflexive, les manières de produire la recherche, rendant visible sa fabrique. Repartir des matériaux permet aussi d’expliciter les conditions de production des savoirs et ainsi favoriser une approche éthique.


Vous aimerez aussi...