De l’émigré-immigré au migrant circulant : du misérabilisme à l’acteur?

Couverture du guide d’information et d’accueil des travailleurs migrants maliens en Espagne.
Source : BIT. Url : https://bitmigrant.files.wordpress.com/2012/04/manueldumigrantmaliweb.pdf

Dans la littérature scientifique, on a pu observer au fil des années 90 un refus de la dénomination émigré-immigré proposée par Abdelmalek Sayad, dénoncée comme donnant une image trop misérabiliste de l’étranger ayant effectué une migration de travail vers la France.

Cette tendance à négliger la capacité d’action ou de réaction des individus et des collectivités a provoqué un important retour de balancier et une nouvelle démarche de recherche dans le domaine des migrations internationales mettant en avant le terme migrant, qui s’oppose à la passivité des anciennes désignations : immigré ou  immigré-émigré. La dénomination migrant veut montrer que la migration peut être un acte volontaire, où le migrant n’est pas seulement le produit passif d’une politique migratoire, mais bien un acteur tentant de mener à bien un projet migratoire. Pour A. Battegay : « Dans les marges étroites d’initiative qu’il leur reste leur migration peut être considérée comme une activité et non comme un effet induit par une surdétermination qu’il suffirait de décliner. » A travers de telles approches, la migration est envisagée comme une façon de se constituer comme sujet, comme acteur et auteur de sa vie, perspective qui aurait été laissée de côté par les analyses précédentes[1].

A cette affirmation répétitive qui a fini à force d’être proclamée par devenir vérité vraie, plusieurs critiques peuvent être adressées.

La première est que ce changement de dénomination présenté comme positif s’appuie sur une dénonciation de l’ancienne littérature ou des anciennes dénominations comme misérabilistes ou victimisantes sans jamais prendre la peine de justifier ce point de vue. En ce domaine, le mot misérabilisme fonctionne comme une arme de délégitimation, un jugement moral qui permet d’enlever toute crédibilité à l’analyse sans même avoir à s’expliquer. Rien n’empêche par exemple de dire que les analyses d’Abdelmalek Sayad enlevaient toute « agency » aux personnes enquêtées, mais encore faut-il le démontrer et pas seulement le répéter.

La seconde est que dans un contexte de fermeture des frontières et d’accroissement des inégalités, cette approche se retrouve à mettre en exergue, étant donné l’étroitesse des marges de manœuvre concédées aux étrangers des pays tiers, non pas vraiment la « liberté de choisir », mais « la volonté de choisir ». On en vient ainsi, à affirmer, que les clandestins par exemple sont « susceptibles de se saisir d’opportunité, de mobiliser des ressources et de prendre des initiatives socialement significatives. » Les clandestins sont donc des humains. Et c’est bien cet étonnement qui pose question au sein de ces approches migratoires. En effet, n’y a-t-il pas un fond de racisme, de sexisme et de classisme dans cet émerveillement à constater que les catégories les plus exploitées, dominées, appropriées, sont capables d’action, de résistance, de mobilisations, d’humanité. Et d’ailleurs, si l’objectif est vraiment de mettre en avant la capacité d’action des migrants, de rendre hommage aux initiatives, aux stratégies, à l’inventivité, à la capacité de saisir des opportunités, rien de mieux que de les replacer dans leur contexte contraignant, de souligner les rapports de pouvoir structuraux auxquels ces derniers sont confrontés.

On peut ajouter aux réserves qu’on peut faire quant à l’usage de ce mot, le fait qu’il constitue comme le disait Alain Morice lors du colloque Le Maghreb à l’épreuve des migrations subsahariennes à Marseille, le degré zéro de la sociologie et décrit une telle diversité de pratiques qu’il finit par ne plus rien décrire du tout. On retrouve sous l’appellation migrant des réalités aussi diverses que les anglais ou français à la retraite venant s’installer sur la côte espagnole ou marocaine, des personnes circulant entre le Maghreb et l’Europe selon un rythme bien précis, des étudiants qui  viennent en Europe et rentrent au pays l’été ou des clandestins venant en France sans pouvoir revenir librement dans leur pays tant qu’ils ne sont pas régularisés. Est-il vraiment souhaitable de regrouper toutes ces mobilités et donc tous ces mobiles dans une catégorie aussi large, dénuée de toute mention des rapports de pouvoir, dans le cadre d’un champ d’étude qui a pour objectif de mieux rendre compte de la complexité du réel?

De la généralité de l’étranger ou du mobile

Le concept forgé par Sayad propose en effet une vision assez pessimiste des relations des Algériens immigrés-émigrés avec leur pays d’arrivée et d’origine. Le concept d’émigré-immigré tentait de rendre compte de la réalité d’individus ou de groupes appartenant à deux sociétés sans finalement n’appartenir à aucune, d’une personne à qui l’on renvoyait dans les deux sociétés qu’il fréquentait sa condition d’étranger, émigré : celui qui est parti et qui n’aurait pas dû, immigré : celui qui est venu dans une société où il n’a pas sa place. Le terme rend selon moi bien compte de la “généralité de l’étranger” et rappelle que cette généralité ne se joue pas seulement dans le pays d’accueil mais aussi dans le pays d’origine. Dans un sens le terme émigré-immigré met en avant la migration comme un moment fondateur de l’identité de l’individu qui le suivra à vie, comme un stigmate, comme si le fait de s’être déplacé sur une temporalité relativement longue ne permettait plus de revenir à l’état antérieur et faisait de la migration un élément constitutif de l’individu qu’on est devenu ou qu’on deviendra. C’est pourquoi il est intéressant de se demander dans quelle mesure, ce n’est pas tant la migration en elle-même, de façon intrinsèque qui engendre un nouveau rapport au monde, mais davantage l’image ou les représentations que les sociétés traversées  se font de ces “mobiles”, (qu’ils en viennent ou qu’ils y arrivent), qui impliquent cette fixation de l’individu dans cet état ou ce statut migratoire, de l’entre-deux, ni d’ici, ni de là-bas. Le migrant malgré la volonté de mener à bien un projet migratoire est aussi immigré ou émigré, parce que considéré comme tel.

On peut ici invoquer la pertinence de la démarche Simmelienne, avec sa préoccupation de saisir les « formes sociales » à un niveau « intermédiaire » entre l’individu et la société, celui des interactions entre les individus. Ces travaux ont porté sur des sujets divers comme l’argent, l’amour, le mensonge, l’étranger chaque fois considérés comme l’expression de formes sociales c’est-à-dire de types ou de structures d’interactions sociales spécifiques. L’essai de Georg Simmel sur les pauvres témoigne des vertus heuristiques de la saisie des phénomènes sociaux à ce niveau intermédiaire. Alors que la pauvreté pourrait passer pour un attribut des individus, Simmel s’efforce au contraire de montrer qu’elle est essentiellement une caractéristique relationnelle produite par la relation d’assistance qui s’établit entre ceux que l’on qualifie de « pauvres » et la société dans laquelle ils vivent. Selon lui la pauvreté comme attribut individuel autrement dit la privation des ressources matérielles ne suffit pas à entrer dans la catégorie sociale spécifique des pauvres. C’est en réalité à partir du moment où ils sont assistés qu’ils deviennent partie d’un groupe caractérisé par la pauvreté. Ce groupe n’est pas unifié par l’interaction entre ses membres, mais par l’attitude collective que la société comme totalité adopte à son égard. Simmel en déduit une définition de la pauvreté qui est fondamentalement « relationnelle » et non pas individuelle : « Les pauvres en tant que catégorie sociale ne sont pas ceux qui souffrent de manque et de privations spécifiques, mais ceux qui reçoivent assistance ou devraient la recevoir selon les normes sociales ». Autrement dit il remet en cause la conception traditionnelle qui veut que l’attribut individuel engendre la catégorisation sociale et la forme des relations sociales qu’elle implique, pour considérer au contraire que c’est la forme spécifique des relations sociales, ici la relation d’assistance qui produit les façons de caractériser les individus.

A propos des Algériens vivant en France, Marie Thérèse Têtu Delage émet dans sa thèse l’hypothèse que  « ce ne serait pas eux qui ne seraient ni d’ici ni de là-bas dans une double absence mais les sociétés qui les mettraient toujours dans la peau de l’immigré. » Cette situation place l’étranger dans une situation où il est constamment contraint de donner sens à ses manières d’être, d’agir et de penser. Les immigrés-émigrés sont donc partagés entre l’image qu’ils ont d’eux même et celle qu’ils perçoivent que les autres ont d’eux comme ici Kamal étudiant marocain en France qui affirme : « Tu viens dans un pays que tu ne connais pas et normalement, ce serait à toi d’expliquer qui tu es et d’où tu viens. En France, le problème, c’est qu’ils te connaissent déjà, et en plus ils ne t’aiment pas ».

Migrant : marqué à vie par la migration ?

Dans cette optique le terme «  migrant », fixe lui aussi l’individu dans la migration, si on s’en tient à l’étymologie. Pourquoi le fait d’avoir migré à un moment T de sa biographie devrait impliquer d’être qualifié à vie en fonction de ce moment-là. Soit migrant celui qui est en train de migrer ou dont l’activité principale est de migrer, et dans ce cas-là on peut utiliser ce terme avec la même acception que le terme étudiant : celui qui est en train d’étudier ou dont l’activité principale est d’étudier. Mais dans ce cas, le terme est utilisé abusivement pour de nombreux individus qui ont fini de migrer. Ainsi le terme migrant en tant qu’il fixe l’étranger dans la migration rejoint le concept d’émigré-immigré, celui qui a migré  et qui donc migrera à vie si ce n’est réellement, du moins dans les yeux de ceux qui l’observent. Non pas que ce terme ne rende pas compte d’une certaine réalité, les études faites sur l’accueil réservé à l’immigré-émigré dans les deux sociétés montrent qu’on lui renvoie cette image et qu’elle peut perdurer à travers les générations. Mais ce n’est pas à un discours scientifique de reproduire des représentations qu’on peut se faire de la mobilité mais plutôt de les expliquer. En ce sens, le concept de Sayad permettait de commencer à cheminer vers la compréhension du phénomène migratoire bien mieux que le terme de migrant[2].

De l’immigré-émigré au migrant circulant :

Le développement de ce terme s’accompagne d’un changement de paradigme dans les études sur les migrations internationales, vers les concepts de transnationalisme, de circulation et de mobilité qui s’accompagnent d’une « exaltation du nomadisme migrant ». En France, le développement de l’utilisation du terme migrant en effet étroitement corrélé à la notion de circulation migratoire définie par Marina Hily et William Berthomière comme une démarche voulant tenir compte

  • des espaces concernés par les migrations
  • des déplacements accrus des personnes
  • des flux matériels et idéels induits par les migrations

Ils indiquent que cette démarche se centre sur le migrant et le circulant plutôt que l’émigré ou l’immigré avec une attention portée sur les pratiques, les initiatives des personnes, les itinéraires et les espaces. Ils considèrent la circulation migratoire comme un terme englobant permettant de rendre compte de nouvelles formes de mobilité où les migrants et migrantes semblent s’émanciper du salariat pour s’inscrire dans des activités économiques formelles et informelles. D’un point de vue plus péraldien ou tarriussien, l’intérêt pour ces nouvelles formes de mobilité s’accompagne d’une volonté de montrer qu’elles dépassent l’alternative classique entre migration temporaire (suivie d’un retour dans les pays d’origine) et migration permanente (débouchant sur une intégration en profondeur dans les sociétés d’accueil)[1]. Par le biais de circulations transnationales, les migrants parviendraient à vivre à cheval sur plusieurs sociétés, s’insérant durablement dans les pays de destination tout en conservant des liens forts avec leurs pays d’origine. Pour Mirjana Morokvasic[1], « la mobilité et la capacité d’être mobile et de le rester jouent un rôle important dans les stratégies de ces migrants. Plutôt que d’essayer d’émigrer et de s’installer dans un pays déterminé, ils s’installent dans la mobilité. »

Reprenant cette approche, MT Têtu Delage indique par exemple que « Mehdi un des clandestins interviewés réclame ses deux nationalités et la possibilité de circuler entre les deux pays. Selon elle cela signifierait que plus que le choix des appartenances nationales, la question majeure devient la liberté et le droit de circuler. » On pourrait croire en lisant ces lignes que la seule importance pour ces individus serait la mobilité, comme valeur, ou synonyme de liberté, d’aventure, d’action, alors que c’est bien le droit de se rendre dans des lieux qu’ils connaissent que ces gens revendiquent et non pas de « circuler » en soi.

Lorsqu’on parle de mobilité pour décrire les migrations internationales, on parle de mobilités « territorialisées » dans le sens où elles connectent des espaces. Dans cette optique, le terme émigré-immigré rend mieux compte de cette condition sociale que celui de migrant. Et encore une fois, je ne veux pas dire par-là que les migrants (ceux pour qui la mobilité est synonyme de liberté à une échelle transnationale) n’existent pas, mais tout simplement que cet idéal type ne semble pas approprié pour décrire de nombreuses formes migratoires. Comme l’écrit Gildas Simon dans son article de la Remi consacré au 20ème anniversaire de la revue : « Nous ne partageons pas pour notre part le schéma désormais admis, du moins dans le champ de la recherche du remplacement définitif du paradigme migratoire par le paradigme circulatoire ou mobilitaire.” Selon lui, ce changement de paradigme a été rendu visible par deux récents colloques traitant apparemment dans leurs intitulés de circulation migratoire alors que la majorité des communications portaient en réalité sur les questions strictement migratoires. Selon lui, la substitution totale de la migration par la circulation pose question, et je m’accorde avec lui pour penser que la notion de circulation migratoire n’est pas adaptée au traitement de nombreux phénomènes migratoires. C’est la temporalité, et à une échelle de temps long qui transforme une migration en circulation. Si on considère la trajectoire migratoire d’un individu, entre la première entrée physique sur l’espace espéré, le temps d’acquisition d’un statut juridique qui rendra possible une certaine liberté de mouvement et au moins des mobilités transfrontalières, et la constitution pour lui d’un véritable territoire circulatoire, il se passe de nombreuses années durant lesquelles le prisme circulatoire n’aidera pas à rendre compte de sa situation.

Par ailleurs, comme le rappelle A. Pécoud[3], quelles que soient les différences entre la notion de transnationalisme et celle de circulation migratoire, les travaux qui les mettent en avant ne font guère de place aux nouvelles formes de contrôles des flux migratoires mis en place par les États analysés par ailleurs par les politologues. «  Ces deux débats semblent se développer dans une indifférence réciproque : d’une part les politologues explorent les évolutions des politiques migratoires et les méthodes de contrôles des flux, leur efficacité et les enjeux moraux et politiques qu’elles soulèvent ; d’autre part, les sociologues et les anthropologues étudient, sur la base de méthodes le plus souvent ethnographiques, les nouvelles mobilités des migrants, le transnationalisme, les circulations migratoires et les diasporas. Cette indifférence mutuelle est étrange. Il semblerait en effet que le durcissement des contrôles devrait rendre le franchissement des frontières plus difficiles et limiter par conséquent les possibilités de circuler » ou du moins les encadrer. Comme l’ont montré des recherches sur le Mexique et les Etats-Unis, le renforcement des contrôles n’a pas diminué l’intensité des flux mais en a changé la nature. « Les contraintes institutionnelles et les opportunités d’emploi contribuent à façonner les manières dont les migrants circulent. Si elles peuvent empêcher les migrants de se déplacer, elles peuvent également les encourager à circuler  soit en leur refusant la pleine incorporation dans les pays de destination, soit en les incitant à émigrer. (…) En résumé, on peut circuler parce qu’il n’a jamais été aussi facile de se déplacer, on peut également circuler parce qu’on ne trouve nulle part sa place. » Comme le montre A. Pécoud : le migrant n’est pas seulement l’acteur autonome du transnationalisme mais aussi celui qui est obligé de continuer à se déplacer du fait de l’empêchement de s’installer dans le pays d’accueil comme dans celui d’origine.

Je reprendrai donc comme positionnement de départ la thèse développée dans l’article Circulations migratoires et contrôles aux frontières. « Les migrations transnationales ne se développent pas dans un vacuum institutionnel et politique mais représentent plutôt le résultat d’une dialectique entre les initiatives des travailleurs et les contraintes institutionnelles qui leur sont imposées par les États. Dans un monde désormais fini où le contrôle des États sur les déplacements des individus se renforce toujours davantage, la mobilité n’est pas forcément l’antithèse de la contrainte et le synonyme de la liberté. On peut fort bien être contraint de se déplacer, ce qui va à l’encontre de la vision des migrations internationales comme émancipation. Il convient de problématiser les déplacements et les parcours  des individus en prenant en compte le fait si l’on accepte que les États ont une influence dans ces circulations, le rôle qu’y jouent les États des pays d’origine doit lui aussi être étudié de façon approfondie.


[1] Pour Hélène Bertheleu, ce retour de balancier a amené à une prépondérance des préoccupations d’ordre identitaire dans les recherches des années 90 au détriment des travaux mettant en évidence les inégalités politiques et socio-économiques dont sont victimes les étrangers et leurs descendants, ainsi que la structure de domination qui les pérennise à travers notamment la discrimination directe et indirecte et les pratiques de ségrégation dans de nombreuses sphères de la vie sociale.  

[2] A cet égard, Louis Breton considère que « le terme «migrant», qui connaît également une grande vogue, notamment dans les discours de gauche bien-pensants, s’avère à la réflexion particulièrement ambigu. On peut penser qu’il est employé pour sa connotation dynamique et pour se démarquer des discours xénophobes qui se réfèrent systématiquement aux «immigrés», en sous-entendant «étrangers du Sud» voire «Arabes». Si c’est le cas, on se trouve encore une fois dans une situation de capitulation où le remède est pire que le mal. En effet, un migrant est une personne en train de passer d’un pays à un autre pour y résider ; son statut est provisoire et fragile. En toute rigueur, il n’existe que pendant le voyage : au départ il était émigrant, à l’arrivée il sera immigrant et, dès qu’il sera installé, immigré. Plutôt que d’abandonner ce dernier terme à l’extrême droite, il serait plus judicieux d’en rappeler la définition rigoureuse des démographes : «personne née à l’étranger, de nationalité étrangère à sa naissance». En l’utilisant systématiquement (quand il est pertinent), on soulignerait que les immigrés font durablement partie intégrante de la population française et que nombre d’entre eux sont aujourd’hui français » (« Ce que parler codéveloppement veut dire », 1999).

[3]     2006, Pécoud Antoine, ” Circulations migratoires et contrôles aux frontières”, Migrations Société 18(107) : 51-63.