Au-delà de la gilettisation des migrations

Travailleurs saisonniers dans les vergers du mas des Tuileries
Photo: J. Windenberger, Nîmes(30), 25/06/81, Archives départementales des Bouches-du-Rhône (72Fi6976), repérée dans la thèse de Frédéric Décosse, Migrations sous contrôle, agriculture intensive et saisonniers marocains sous contrat “OMI” : p176, 2011.

A travers le processus de patrimonialisation des migrations, des objets, des photos, des documents, des cartes sont choisis pour donner à voir le phénomène migratoire, le collecter, en garder la mémoire. Cette collecte est traversée par une double question :

– Ces objets sont des indices des représentations que nos sociétés se font du phénomène migratoire et ont une fonction miroir (ils reflètent moins le phénomène migratoire que l’idée qu’on s’en fait) que j’essaierai ici d’analyser à travers l’exemple des objets de la traversée en méditerranée

– A travers le dialogue entre sciences sociales et muséographie, l’enjeu est de trouver des modes de collecte qui permettent de donner à voir toute la complexité du phénomène migratoire. Des objets permettant par exemple  d’appréhender l’ensemble d’un parcours plutôt que simplement une séquence, ou de donner à voir un transitoire qui dure et qui à travers notre prisme de la sédentarité, semble aller à l’encontre de la constitution d’une culture matérielle… On verra à travers différents exemples, carrières de papiers, mosquée de plastique, cartes spatio-temporelles comment commencer à rendre compte de ces complexités.[1]


Dans cet article, je m’interrogerai sur le dialogue qu’on peut établir entre sciences sociales et muséographie, dans ce cas concret, entre sociologie des migrations et musée des civilisations de l’Europe et de la méditerranée. D’où cette question lancinante : “Quels objets pour mon objet… de recherche?”, qui a accompagné tout mon parcours au musée et dont la formulation jouant sur le double sens du mot objet vise à souligner que même dans notre usage des mots, il y a du chemin à faire pour développer une compréhension mutuelle entre sociologie et muséographie.

  • un objet en sociologie, c’est la problématisation qu’on arrive enfin à formuler à partir d’un cas d’étude très spécifique en fin de thèse, et que – je caricature à dessein – seul celui qui a fini par le formuler comprend. Dans mon cas, mon objet, c’est le rôle des rapports sociaux de sexe dans la mise en œuvre de l’utilitarisme migratoire dans une monoculture intensive de fraise en Andalousie
  • alors qu’un objet au musée – je caricature également- est à la fois le point de départ et la condition sine qua non pour pouvoir aborder une question sociale, l’idéal étant que l’objet soit déjà présent dans les collections.

Le risque étant dans chaque discipline de considérer que sa définition de l’objet est la bonne et est auto-suffisante, ce qui pose problème dans les deux cas :

  • en sociologie lorsque l’objet est tellement alambiqué, et exprimé dans un jargon tellement incompréhensible que plus aucun profane ne peut le comprendre et encore moins s’en saisir,
  • en muséographie, lorsqu’un objet est considéré comme se suffisant à lui-même, ce qui peut donner lieu à des expositions rassemblant des objets en fonction d’une thématique sans fil conducteur ni sens transmis.

A travers le processus de patrimonialisation des migrations,des objets sont choisis pour donner à voir le phénomène migratoire, le collecter, en garder la mémoire.

 Dans cet exposé, je m’intéresserai à deux types d’objets ou de représentations muséographiques :

– dans un premier temps les objets ou les représentations par exemple cartographiques ou artistiques de la traversée de la méditerranée, une problématique aujourd’hui centrale dans le traitement médiatique, muséographique mais aussi scientifique des migrations

– et dans un second temps, les objets ou représentations qui permettraient d’évoquer, mon objet, c’est à dire le rôle de l’immigration de travail dans les enclaves d’agriculture intensive globalisées, l’enjeu étant à mon sens de trouver des modes de collecte et de représentations permettant de donner à voir toute la complexité du phénomène migratoire, des objets permettant par exemple d’appréhender l’ensemble d’un parcours plutôt que simplement une séquence de ce parcours ou de donner à voir un transitoire qui dure, bien au-delà du simple passage et qui n’est en aucun cas antinomique avec la constitution d’une culture matérielle.

1. Migrations ou traversée?

Je m’attarderai plus longtemps sur le second volet de la question, mais commençons par le commencement, les objets ou représentations du passage.

a) la gilletisation des migrations

La période actuelle est marquée par une focalisation sur les traversées, les camps, les morts en méditerranée, sur le rôle de la frontière et son influence sur le temps du passage et de son empêchement. Partout, le gilet de sauvetage est considéré comme un vecteur incontournable pour parler de migrations. Pour ne prendre que les déclinaisons locales de ce phénomène, à Marseille, il y a eu l’installation de Gandolfo Gabriel David, We are here,


Gandolfo Gabriele David, We are here, Gandolfo, 26 mai 2017 © Agnes Mellon

L’entrée de sacs en gilet de sauvetage cousus par des immigrants à Lesbos dans les collections du musée en 2017.

Sac fabriqué avec des gilets de sauvetage Lesbos, Grèce, 2017, Mucem

L’exposition d’Ai Wei Wei, en 2018, un artiste qui a également utilisé à maintes reprises les gilets de sauvetage dans son œuvre, comme en témoigne le kaléidoscope ci-dessous.

Et enfin, les manifestations en soutien à l’Aquarius.

SOS Mediterranee, a charity operating the Aquarius, the last migrant rescue ship in the Mediterranean sea, calls for protests and a Europe-wide mobilisation to help them regain a flag to resume their rescue operations, in Marseille, France, October 6, 2018. REUTERS/Jean-Paul Pelissier

Dans la lignée de cette élévation du gilet de sauvetage au rang d’œuvre d’art contemporain, à Paris cette fois, une galerie a présenté dernièrement des gilets customisés par les plus grandes marques de luxe français (Louis Vuitton, Yves Saint Laurent, etc) vendus 850 euros pièce.

Gilets de sauvetage customisés YSL, Vuitton ou Channel, ou en wax. Cela s'appelle de l'art, cela se vend 850 euros / pièce et cela est présenté dans une galerie sise à côté de Sciences Po rue Jacob, Saint Germain des Près. Il parait qu'il s'agit de "jouer sur l'esthétique de papier glacé des magazines".Il parait que "l'artiste" se nomme Nicolas Demeersman, alias Joli Punk et aussi que l'expo s'appelle "Passager" . Je n'écris même pas ce que paraissent être ces corps de femmes, noires évidemment, ainsi utilisés pour promouvoir ces "créations" de "l'artiste" - est-ce utile ? Il n'y a pas de "il parait" dans l'obscénité ressentie, dans la honte. Elle est absolue. On me dira que ce n'est rien, rien en effet à côté des contrôles d'identité, ce matin porte d'Aubervilliers (des couples séparés, homme emmené, femme enceinte laissée sur le trottoir, exilés avec rendez-vous à la préfecture pour le lendemain). Mais cela va ensemble, et aucune "dérision" ou dénonciation ne tient à ce prix. Vu, à ce propos un article hier à propos des créations "pour" les exilés, il titrait : "Battling tragedy with -right - clothes" : la photo montrait un tas de gilets de sauvetage à Lesbos. Nous y voila.
(PS je rajoute un excellent commentaire, merci. La galerie s'appelle Géraldine Banier, responsabilités partagées)


https://www.geraldinebanier.fr/expositionsalagalerie.html

Je ferai l’hypothèse ici que cette focalisation entraîne en matière de représentation des migrations deux effets principaux :

  • Elles permettent, dans un nouveau contexte et sous une nouvelle modalité une forme de réactivation du mythe du temporaire analysé par Sayad, que ce dernier décrivait comme la croyance tenace, parce qu’elle arrangeait tout le monde, que l’immigration était un phénomène provisoire. En ne parlant que de passage, d’encampement, de traversées éternellement recommencées, on ne s’intéresse pas à ce que deviennent ces parcours qui et on ne considère l’immigration que sous l’angle de l’éternelle arrivance (au sens du mot anglais, action or state of arriving), ce qui à mon avis est renforcé par le développement d’un nouveau mot, celui de migrant qui remplace un mot précédent, l’immigré, ou l’immigré-émigré, changement de vocabulaire qui n’est pas neutre, le migrant étant, en tout cas grammaticalement celui qui est en train de migrer, fixé par cette désignation dans un transitoire durable, qui rend la pensée de son installation difficile (Cf l’article “De l’émigré-immigré au migrant circulant : du misérabilisme à l’acteur?“.
  • Elles entraînent, en matière migratoire, une évacuation de la question du travail, c’est-à-dire du rôle des travailleurs étrangers sur le marché du travail, lien entre immigration et travail que Sayad, lui encore, avait analysé comme central voire organique

b) une focalisation sur le passage

Pour rendre compte des omissions que de telles approches entraînent, je vais comparer une représentation cartographique, qu’on avait proposée avec un ami cartographe, Thomas Honoré, pour l’Atlas de Migreurop et qui cherchait à comprendre la frontière européenne en la lisant à l’aune de la représentation spatio-temporelle du parcours d’un ami afghan de Kaboul à Calais avec des représentations cartographiques visant à rendre compte des migrations saisonnières.

La carte du parcours de Khan reflète selon moi tout un pan de la recherche actuelle sur les migrations qui ne s’intéresse qu’au temps du passage. La carte précisait tout de même, même si il ne le représentait pas, que la fin de ce parcours géographique n’était finalement que le début de la traversée d’une autre frontière, juridique cette fois, qui séparait cet ami  de l’obtention de papiers, puis du regroupement familial, puis d’un droit au séjour stable, etc, etc…

Elle était aussi accompagnée d’une carte sur l’installation de cet ami à Marseille, qui essayait de retracer sa pratique spatiale de la ville aux différents temps de son parcours juridique d’obtention de papiers.

Dans le dernier Atlas de Migreurop, nous avons essayé de représenter, toujours en collaboration avec Thomas Honoré, le parcours migratoire intimement lié à la carrière juridique et professionnelle, d’un saisonnier marocain étant resté des dizaines d’années sous contrat, en utilisant cette même représentation spatio-temporelle.

Ici, c’est à l’échelle de toute une vie que nous avons cherché à retracer le parcours migratoire. Si on devait mettre ce parcours en perspective avec la carte précédente, il faudrait zoomer l’échelle temporelle pour arriver à retrouver ce temps premier et fondateur mais malgré tout extrêmement réduit de la première venue, ou du premier passage. Garder à l’esprit une telle échelle temporelle prenant en compte toute une vie voire plusieurs générations est important. Cela permet de s’assurer que l’on parle bien du phénomène migratoire dans son ensemble et pas seulement d’un tout petit aspect de ce phénomène. Dans le cadre d’une politique d’acquisition ou de collecte d’un musée sur la thématique migratoire, cet outil, assez facile d’utilisation, impliquerait simplement de se demander lors de l’acquisition dans quelle échelle temporelle s’inscrit l’objet, la photo, la cartographie proposée.

c) Les apports de l’interdisciplinarité

Une parenthèse ici pour évoquer les apports de la collaboration entre sociologie et cartographie. En élaborant la carte ci-dessus où l’espace géographique a été remplacé par l’espace juridique dessiné par le régime migratoire, nous avions initialement cherché à garder la dimension spatiale, mais malgré cet effort, nous nous sommes retrouvés confrontés à un écueil. Alors que nous nous intéressions au temps passé en France ou au Maroc, le temps du passage qui est très court occupait graphiquement une place très importante dans le déroulé du parcours, ce qui lui donnait une importance visuelle qui ne correspondait pas à son importance temporelle.

Nous avons donc décidé d’utiliser comme fond de carte, non pas l’espace géographique mais ce qu’on pourrait définir comme l’espace juridique des titres de séjour dessiné par le Ceseda à l’origine de l’assignation à circuler imposée à ces saisonniers. Cependant, dans la version intermédiaire, le trait répété permettait de souligner la distance spatiale entre pays d’origine et de travail, distance essentielle nous disait Michael Burawoy dans sa comparaison de l’agriculture californienne et des réserves indigènes d’Afrique du sud. Selon ce dernier, et c’est bien ce que dit ce trait répété, un système de travail migrant  fonctionne à travers une dépendance duale, dépendance pour l’ouvrier au travail en immigration et à la famille dans laquelle il rentre lorsque son contrat se termine, dépendance qui ne peut être maintenue que tant que ces deux espaces sont à la fois connectés par les allers-retours des ouvrier(e)s et séparés par une frontière.

Autre aspect des bénéfices tiré d’une collaboration sociologie / cartographie, ce sont ces deux petits bâtons.

L’argumentaire juridique qui empêche les saisonniers de cumuler du séjour et donc de parvenir au fil des années à obtenir un droit à s’installer toute l’année, se fondait sur l’affirmation que leur résidence principale se situait dans leur pays d’origine. Cette fiction juridique a été dévoilée par l’opération Regulomi du Codetras, qui en retraçant les carrières de plus de 300 saisonniers a montré qu’ils étaient en réalité présents en France 8 mois par an. La décision de la Halde qui a reconnu le caractère discriminatoire de la gestion des contrats saisonniers dans les Bouches du Rhône reprend à cet égard une décision rendue en 2012 pour un ouvrier agricole sous contrat : « M.X occupait en fait un emploi permanent de la dite exploitation et (…) son séjour régulier au Maroc chaque année pour quatre mois, du mois d’avril au mois de juillet, n’était que la conséquence obligée de l’apparence juridique que son employeur et l’administration avaient entendu donner à son embauche et à son séjour sur le territoire français. » Cette état de fait apparaît ici clairement dans la comparaison rendue possible par ces deux petits segments.

Quels objets pour parler du phénomène migratoire?

Cette première partie de la présentation visait à rappeler que les migrations sont un phénomène complexe, qui ne se résume pas au temps du passage spatial d’un pays à un autre, mais comprend tout le temps de l’installation, des éventuels allers-retours, le logement, le travail, la filiation, etc … Revenons donc à la question lancinante initiale, quels objets, ou représentations pour parler de mon objet?

Pour aborder les migrations saisonnières, il me semble important d’insister sur trois dimensions principales que je vais aborder à travers des rendus que j’espère muséographiables :

  • La centralité de la gestion des rapports de sexe dans l’utilitarisme migratoire
  • Le rôle de la frontière juridique dans cette gestion
  • Quelle matérialité dans une société saisonnière?

a) la centralité de la gestion des rapports de sexe dans l’utilitarisme migratoire

La théorie de la consubstantialité des rapports sociaux est très utile pour penser la situation des ouvriers et ouvrières agricoles saisonniers étrangers dans les enclaves d’agriculture intensive,c’est-à-dire la manière dont les rapports de sexe, de race et de classe sont imbriqués dans les trajectoires des ouvriers et ouvrières agricoles marocains. Il me semble possible d’aborder cette question à travers cette photo.

Dans le cas des migrations saisonnières d’ouvrières marocaines en Espagne, le recrutement a été pensé de manière à mobiliser les dimensions matérielles et idéologiques du rapport de sexe de manière à assurer le contrôle de la mobilité, central aussi bien pour l’industrie fraisicole qui a besoin d’une main-d’œuvre dont on peut à la fois assurer la présence pendant la saison et le départ de la zone hors-saison. A cette fin, les recruteurs ont choisi leurs saisonnières en fonction de critères familiaux, avoir des enfants de moins de13 ans, le critère d’attache améliorant le taux de retour selon les organisateurs du flux. On peut trouver sur cette photo différents éléments de cette imbrication, la valise, l’enfant, l’ibuprofène pour résister aux douleurs dorsales de la récolte.

b) le rôle de la frontière juridique dans la canalisation des mobilités

Le rôle de l’assignation d’un statut juridique dans la gestion de la circulation des saisonniers, en l’occurrence le contrat saisonnier qui crée une forte dépendance à l’employeur, puisque ce dernier a le pouvoir sur la frontière, le retour au pays étant obligatoire en fin de contrat et l’employeur ayant tout pouvoir pour renouveler ou non le contrat l’année suivante. Les conséquences de cette assignation juridique à un statut éternellement précaire puisqu’on ne peut pas sortir du contrat malgré les années qui s’écoulent peut être abordée par l’analyse d’un contrat de travail, une iconographie des tampons de l’assignation à circuler ou par le montage photo ci-dessous reprenant toutes les photos d’identité recueillies sur les différents contrats de travail à l’échelle d’une vie.

Carrière de Mr Bacha.
Contrats collectés entre 2009 et 2011 dans le cadre de l’opération Regul’OMI, assemblés par Frédéric Décosse dans sa thèse Migrations sous contrôle. Agriculture intensive et saisonniers marocains sous contrat “OMI”, p548.

Ces conséquences peuvent aussi être lues dans les interruptions de carrière qu’on peut lire sur la carte présentée plus haut. On pourrait également essayer de l’évoquer en illustrant ces interruptions de carrière d’extraits d’entretien, ce qui serait possible à travers une cartographie dynamique ou numérique. Une autre manière de rendre compte de cette contrainte à travailler seulement pour un employeur, dans un secteur du marché du travail, à une période de l’année, et dans une région donnée se cristallise dans la pratique du certificat de liberté qui était courante dans les Bouches-du-Rhône jusqu’à la fin des années 90. Cette pratique consistait à obliger un saisonnier “introduit” par un employeur et ne voulant plus travailler pour lui à obtenir de la part de ce dernier une lettre ou un certificat le libérant, afin qu’un autre employeur accepte de l’embaucher, comme on va le voir dans l’extrait d’entretien ci-dessous.

C’était en 1973-1974. Je travaillais chez ce type, il me faisait travailler tout le temps, le dimanche, le samedi, toujours du travail. Et quand on tombe, à dormir le soir, comme des sacs. Un jour, j’ai dit : « Je travaille pas le dimanche. » (…) Il a attendu le lundi, le mardi, le mercredi, (…) et il m’a dit : « Mr Hajji, pour toi, y’a pas de travail. » Mais il m’avait fait un contrat (…), ce qui faisait que je pouvais pas partir travailler pour un autre patron parce que j’étais lié au contrat. (…) Il m’a dit : « Samedi, je te donne la liberté et ton contrat et tu vas chercher le travail. » (…) Il m’a écrit la liberté et tout. (…) J’avais un contrat d’un an, j’avais pas le droit de travailler pour un autre patron, parce que le contrat, il était à son nom. (…) Quand on s’est fâchés, il voulait pas que je travaille chez quelqu’un d’autre. Il voulait que je reste sans-papier.

Entretien avec Mr Hajji, 75 ans, entré en France en1968, ayant obtenu les papiers en 1973, le 20 mai 2015, à Saint Andéol.
Certificat de liberté
Archives du Codetras

Du point de vue de l’analyse, ces différents documents sont une occasion d’aborder la centralité de la frontière juridique dans les parcours migratoires et de souligner deux caractéristiques importantes de cette frontière juridique. Tout d’abord elle est interne, c’est déjà ce que nous avions essayé de montrer dans la carte de Khan, c’est-à-dire qu’on peut tout à fait être spatialement arrivé sans l’être juridiquement et donc sans avoir accès à de nombreux droits et protections liées à la citoyenneté. Cette frontière juridique traverse donc l’espace de nos sociétés. Les saisonniers maliens et camerounais rencontrés dans le bidonville de La Madre à Huelva s’exclamaient devant les dures conditions de vie et de travail auxquelles ils étaient confrontés en Espagne : « Ce n’est pas l’Europe ça! L’Europe ça commence plus haut ». Peut être devrait-on dire en reprenant leur formulation, que l’Europe commence effectivement ailleurs, mais dans un ailleurs davantage social que spatial. Une autre caractéristique de cette frontière est que contrairement aux discours tenu sur elle, elle ne sépare pas les étrangers en situation régulière de ceux en situation irrégulière mais plutôt les différents statuts précaires inscrits dans le continuum de précarité juridique qui s’étend des cartes d’un an à l’illégalisation des citoyens de plein droit.

c) Culture matérielle et illusion du temporaire

Enfin et c’est le plus compliqué à montrer, l’assignation à circuler impliquée par les contrats saisonniers est à l’origine de la constitution dans les pays d’immigration d’une société saisonnière,marquée par le paradoxe caractéristique de l’immigration de travail en général,ce provisoire ou temporaire qui dure parfois longtemps et fait apparaître des objets qui ne pourraient pas exister dans un autre contexte comme cette cabane ou cette mosquée de plastique construite en 2008 dans la chabola de La Madre ou ces jeux de dame fabriqués avec les matériaux disponibles.

[1] Ce texte est issu d’une présentation faite au début de mon post-doctorat coordonné par le laboratoire d’Économie et de Sociologie du Travail (le LEST) et le Mucem qui visait à mettre en perspective les migrations saisonnières féminines du Maroc vers l’Espagne depuis 2000, avec celles de saisonniers marocains sous contrat OMI dans la plaine de la Crau,entre Marseille et Avignon. Cette présentation faisait partie de la séance « Collecter les migrations : traces – crises – hybridations », elle-même inscrite dans le cycle La collecte ethnographique dans les musées de société.


Vous aimerez aussi...