“Nous sommes Foot !”

Une exposition dans un musée de société : une écriture éphémère ou l’art d’articuler textes, objets, sons, images et œuvres d’arts.

Boris Pétric

Visite commentée de l’exposition “Nous sommes Foot”

Le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem), est un musée national qui a ouvert ses portes à Marseille en 2013. Il est l’héritier du musée national des Arts et Traditions Populaires (MnATP) dont les collections, constituées de plus d’un million d’œuvres, documents et objets1, longtemps consacrées aux cultures populaires régionales françaises, s’ouvrent aujourd’hui aux patrimoines contemporains de l’aire culturelle euro-méditerranéenne.

Cette aire culturelle n’est toutefois qu’une porte d’entrée pour traiter de grands enjeux sociaux contemporains qui dépassent bien souvent les espaces européens et méditerranéens.  Ce musée s’affirme comme un lieu majeur pour penser des grandes questions globales dans notre réalité contemporaine.

L’exposition « Nous sommes Foot»  qui a fermé ses portes en février 2018 2 apparaît presque comme un exemple paradigmatique pour réfléchir à l’évolution des musées de société. Si le football est né en Europe, il est désormais devenu le sport le plus pratiqué, et surtout le spectacle le plus médiatisé et partagé mondialement. Cette exposition s’inscrit dans une certaine continuité avec le musée des ATP qui s’intéressait aux pratiques culturelles populaires souvent considérées comme mineures et dénuées d’intérêts pour les musées de Beaux-Arts. On voit bien que toutes les frontières et les conceptions du musée ont considérablement bougées ces dernières années pour différentes raisons aussi bien liées à l’évolution de la société, de la sociologie des publics du musée qu’aux transformations de la vision de la société que peuvent avoir les conservateurs, les commissaires, les anthropologues ou les sociologues qui participent à la construction de ces expositions.

Pour un musée de société, ces transformations obligent à renouveler les parcours d’exposition qui se conçoivent de plus en plus comme des narrations où les commissaires doivent articuler des textes, des objets des œuvres d’arts, des petits films, des dispositifs sensoriels et des jeux. L’exposition devient une sorte d’écriture éphémère où le commissaire cherche à transmettre de la connaissance mais aussi une expérience aux publics en mobilisant toutes les sensorialités possibles offertes par les nouveaux moyens technologiques.    

Je vous propose de revenir sur une expérience concrète à l’occasion de l’exposition « Nous sommes Foot » avec les deux commissaires de l’exposition Gilles Perez (auteur, réalisateur et producteur de films documentaires) et Florent Molle (conservateur du patrimoine au Mucem, responsable des collections du pôle « sport & santé ») ont construit un travail collaboratif aux frontières des sciences sociales et du milieu des arts et de la création culturelle pour proposer cette exposition.

 Boris Petric: Comment êtes-vous parti d’une passion personnelle pour le football pour en faire un projet d’exposition au Mucem ?

Gilles Perez: Initialement, l’idée vient d’un travail documentaire qu’on3 a fait, qui s’appelle Les rebelles du foot et d’une projection dans deux lieux assez emblématiques de la culture “installée” à savoir le théâtre national de La Criée à Marseille et le musée du Quai Branly. On a fait deux avant-premières pour Les rebelles du foot, une à Paris, une à Marseille et à chaque fois on a eu énormément de fans de foot qui sont venus assister au documentaire. On a eu quelques amis, plutôt de la culture, beaucoup d’autres qui disaient: “Oh moi, tu sais le foot…non, franchement…oui, mais en même temps: regarde c’est au musée du Quai Branly! Bon, d’accord, je vais venir pour le lieu quand même…etc.” et au final, ça se terminait par un enthousiasme général, y compris les “cultureux” recommençant à chantonner les chants de supporter.

On s’est dit que c’était tout de même assez incroyable que ça puisse se produire autour de films, mais que ça n’ait pas lieu dans la vie réelle, et finalement, ce sont deux mondes totalement opposés. Le monde du stade effectivement, vient très peu au musée. Beaucoup viennent parce que: “nous on va au stade et on vient dans des musées”, mais fondamentalement, ces mondes-là ne se comprennent pas, ne se parlent pas, ne dialoguent jamais ensemble.

Et donc, notamment après la projection à La Criée, lieu totalement “étoile” de Marseille, de la culture marseillaise, c’est vrai que j’avais dit qu’il fallait absolument qu’on arrive à tisser des passerelles entre ces milieux-là et donc j’avais été rencontrer le Mucem qui n’était pas encore construit, qui n’était même pas encore décidé par Rudy Ricciotti. Finalement le travail d’approche a été lent et long, parce qu’il faut faire accepter à une direction scientifique aussi, le fait que, au-delà d’être une tradition populaire universelle, au-delà d’être un jeu pratiqué sur tous les continents, le football dit beaucoup de nos sociétés, de notre façon d’agir, aujourd’hui de consommer avec cette marchandisation extrême telle qu’on peut le voir à la fin de l’exposition. Ça nous dit aussi beaucoup de la façon dont on utilise une arme populaire pour véhiculer d’autres messages, qui sont des messages mercantiles ou des messages politiques comme ça a pu être le cas dans le passé.

Donc, il a fallu procéder par vagues, ça a été une véritable pédagogie en fait, y compris du milieu culturel pour que l’ensemble des services ici, comprenne et entende cette mission. Avant d’avoir Florent comme co-commissaire, j’ai eu une première conservatrice qui dès la première réunion m’a dit: “Tu sais, moi je n’aime vraiment pas le foot”. Je lui ai dit: “peu m’importe, tu aimes les gens, on va pouvoir travailler ensemble”. Au bout d’une semaine elle m’a dit: “non, mais en fait, je ne veux vraiment pas la faire, je ne veux vraiment pas faire cette exposition et la co-signer!”, parce qu’elle avait l’impression de s’engager sur un terrain glissant, qui peut-être serait contraire à sa vision du monde ou en tout cas, à sa vision du travail et à sa légitimité de conservatrice. Enfin, j’ai eu un Florent comme conservateur…

Florent Molle : … qui ne se posait pas autant de questions!

Gilles Perez : Et du coup le dialogue il a pu être là, il a été archi-constructif. C’est vrai qu’il y a eu cette rencontre, qu’on a fait ensemble avec ce collectif d’artistes madrilène, Democracia. Ces artistes ont basé toutes leur pratiques artistiques sur le sens de l’engagement populaire et cet engagement populaire très souvent a croisé la route du ballon rond. Donc, ils ont fait déjà bon nombre d’œuvres dans le passé, avant de venir nous rejoindre. Avec eux, on a pu affiner ce discours et puis surtout, peut-être le rendre encore plus percutant pour un visiteur.

“No hay espectadores” (Il n’y a pas de spectateur) est un projet de Democracia réalisé en collaboration avec Les Panzers, l’équipe ultras (barra brava) de l’équipe de football  Santiago Wanderers de Valparaiso, Chili. © Democracia

Florent Molle: Il a aussi fallu inventer de nouvelles formes. C’est-à-dire qu’on avait la chance de bénéficier de tout le travail de Gilles réalisé depuis de nombreuses années. Donc on avait une matière filmique, une matière documentaire très dense, mais en même temps il a fallu inventer une nouvelle esthétique. C’est-à-dire que les musées qui parlent de foot en France et même en Europe sont généralement plutôt des musées de sport, voire des musées de club. Donc, ce sont soit des musées privés qui défendent une épopée un peu positiviste de l’histoire de leur club, comme on peut le voir à Manchester ou au musée de la Juventus de Turin, soit des musées nationaux de sport qui sont là pour s’intéresser uniquement à la pratique sportive ; au geste et à l’histoire du sport. Et nous, on n’avait pas du tout envie de faire ça. Nous ce qu’on avait envie de proposer c’était une histoire sociale du football et prendre le football comme une métaphore de la vie en société, comme tu l’as dit.

Du coup, il fallait trouver d’autres esthétiques: c’est-à-dire qu’on ne voulait pas montrer uniquement des maillots et des ballons. Donc très vite il y a eu aussi cette question : qu’est-ce qu’on montre et comment on le montre? La matière filmique et documentaire c’était très important, mais il a fallu aussi passer à l’objet et trouver des objets avec une esthétique qui correspondait à ce que l’on voulait dire. La culture ultra, cela a été un des thèmes qui nous a permis de développer ce langage-là, parce qu’on est allé chercher des objets sur le terrain et du coup on a pu partir de cette esthétique-là. C’est pour cela qu’on a beaucoup travaillé avec Democracia, avec notamment cette idée de concevoir ce couloir qui permet de se rendre compte qu’on est dans un stade, aussi cette idée du stade agora, donc de ce stade en miniature au milieu de l’exposition et puis le graphisme.

Enfin, toute l’esthétique un peu dure, un peu froide avec le bois et avec le métal, tout ça, ce sont des choses qui ont été travaillées et on s’est posé énormément de questions pour mettre en scène chaque objet. Alors ce qu’il faut saisir aussi, c’est que finalement il y a quatre cent objets, il y a près de vingt-cinq films, il y a cet espace immersif, il y a quatre ans de travail et que tout est pensé dans le détail. C’est-à-dire que dans chaque vitrine on s’est posé la question: “quel objet on choisit de montrer à côté duquel? Pourquoi on le met là, qu’est-ce que ça veut dire de le mettre ici? Pourquoi celui-ci et pas un autre? Donc tout ça a été pensé, a été réfléchi pour pouvoir avoir une cohérence tout au long de l’expo.

Boris Petric : Est-ce que vous pouvez nous décrire le parcours d’exposition comme une écriture éphémère? Vous racontez une histoire en mobilisant des textes, des objets, des films, une atmosphère sonore, des photos et même des œuvres d’art ?

Florent Molle: Oui, c’était aussi important de raconter une histoire, de raconter des histoires dans l’histoire. Enfin, c’était aussi un des leitmotiv : raconter des petites histoires dans la grande histoire et d’être une exposition de récits. C’est-à-dire de donner la parole à des gens qui illustrent justement une petite histoire particulière et ces gens-là, ces Rebelles, ce sont quand même des gens formidables. Leurs histoires personnelles permettent d’illustrer un contexte social, un contexte politique, une histoire vraiment particulière, parfois aussi conflictuelle. Donc ça c’était aussi une volonté de mettre en avant des histoires et des récits.

Gilles Perez : Et puis, il y a onze moments aussi, dans le parcours même. Il y a onze moments où l’on revient heurter une idée préconçue, « les joueurs ont rien dans la tête ». Boum! là, on va pouvoir développer un discours. «  Les supporters sont juste des benêts qui engloutissent des litres et des litres de bière » et puis là on va pouvoir du coup montrer une autre image. En fait, c’est un long parcours à la fois pédagogique mais qui est souvent fait de chocs, d’entrechocs même, entre à la fois des pièces d’art contemporain, des objets collectés dans le cadre de cette enquête-collecte tout autour de la Méditerranée. Mais aussi de la part d’artistes qui nous ont prêté des choses, des photographes, plus le travail des documentaires qu’on avait fait auparavant, finalement tout ça se concentre pour à la fois raconter des histoires personnelles, mais aussi des histoires collectives de manière un peu polyphonique avec ces onze stations, comme onze rebelles qui tout d’un coup viennent percuter nos idées préconçues. On arrive peut-être à faire cheminer un petit peu le visiteur qui, on l’espère, après ces quatre-vingt-dix minutes de visite, va pouvoir se rendre compte qu’effectivement c’est au-delà d’un jeu et au-delà d’un jeu c’est d’abord et avant tout une photographie de notre société et de qui on est.

Florent Molle: En fait, on a vraiment fonctionné avec l’histoire de la pyramide inversée, enfin pour moi c’est hyper-parlant : c’est-à-dire que l’idée c’est déjà de voir tout ce qu’on a sur le football qui reflète cette idée de parler de la société à travers le football. Donc il y a eu un gros moment la première année où on a brassé très large, où on est allé voir dans toutes les bases de données de tous les musées européens, auprès de tous les collectionneurs que l’on pouvait rencontrer, auprès de tous les films que l’on pouvait voir etc… et il y a une sélection qui petit à petit s’est faite en fonction de nos critères. Mais aussi à chaque fois on se posait la question : mais pourquoi cet objet-là? Pourquoi tu veux mettre dans notre exposition celui-ci plutôt qu’un autre? Ça ça a été vraiment la base de toute l’écriture. Les banderoles qu’on voit dans l’exposition on en a collecté peut-être plusieurs dizaines, mais on a choisi celle-ci parce que c’est marqué “Le club du peuple”, donc on peut parler du caractère populaire, donc on peut avoir un discours à partir de chaque objet. C’était un peu le leitmotiv effectivement, cette histoire de raconter des récits, même les objets en fait, parlent à chaque fois il y a des petites histoires sur chaque objet. Donc ça c’était aussi une volonté.

Gilles Perez : Dans la technique elle-même, c’est assez étonnant de voir que finalement ça se rapproche beaucoup de ce qu’on peut voir dans le cadre d’un travail artistique. C’est assez surprenant de voir combien ce travail intellectuel qui est de concevoir cette écriture éphémère ou cette exposition temporaire. Finalement on se rapproche assez d’un travail artistique normal. Moi, dans le cadre des films documentaires ou des films de fiction que je peux être amené à produire ou à réaliser, on a tout le temps la même chose. C’est-à-dire qu’on a d’abord un point de vue, on a d’abord un propos qu’on affirme, qu’on développe, qu’on argumente, sur lequel on a un geste créatif particulier et puis ensuite une fois qu’on a tout ça sur sa table de montage, il faut faire des choix, il faut monter, il faut commencer à structurer. On l’a déjà fait par écrit, mais là il s’agit physiquement de structurer et donc du coup on élimine. On a énormément…c’est un apprentissage du deuil en fait, faire une exposition, parce qu’on a laissé sur le carreau un nombre d’objets, d’artistes, d’itinéraires dont on n’a pas pu finalement leur trouver une place, mais aussi parce qu’il fallait que tout cela fasse aussi une bonne mayonnaise, que tout cela soit homogène et nous permette véritablement de tenir le rythme de ce discours.

Florent Molle: c’est ça effectivement ce qui est à rapprocher de l’écriture artistique, de l’écriture que tu peux avoir aussi dans les documentaires, je pense que c’est le fait de dire que les objets sont au service d’un propos et ça on se l’est toujours dit aussi. C’est-à-dire qu’on ne voulait pas faire en sorte que les objets aient la parole et le pouvoir sur ce qu’on va dire et qu’ils soient là en tant qu’œuvres artistiques et œuvres formelles: ce n’était pas la forme qui devait prendre le pas sur le contenu.

Gilles Perez : Ça c’est étonnant, on a eu des discussions, par exemple avec des spécialistes d’art contemporain qui nous disaient: « Ah! Formidable vous avez un Claude Lévêque, merveilleux! » Mais nous le Claude Lévêque il sert à nous mettre dans une ambiance où l’on utilise le Claude Lévêque: c’est un Claude Lévêque, « mais attention ne lui faites pas dire quelque chose qu’il ne veut pas dire! » Et bien si, au contraire, il faut vraiment qu’il se mette à notre service, au service du public en fait, pour allumer des étoiles, pour faire procéder à de véritables prises de consciences grâce à l’art contemporain.

Effectivement, la statue de l’Anti disturbio de Democracia elle est là pour ça. Le Bernard Rancillac, oui on a un Bernard Rancillac dans l’exposition. Mais le Rancillac en fait, il est confondu à côté d’une banderole de supporters : « On dit honte à l’équipe chilienne de Pinochet ! ». Effectivement il est mélangé avec d’autres instruments, parce qu’ensemble ils peuvent tenir un autre discours qui est notre discours, qui s’est façonné petit à petit, mais qui est aussi le message que l’on veut délivrer aux visiteurs.

© Francois Deladerriere

Boris Petric : L’exposition vient de s’achever. Quelles sont vos impressions par rapport à la réception de cette exposition ? Le public qui est venu massivement, avec parfois des personnes qui ne vont jamais au musée. Pouvez-vous nous dire en quoi ce type d’exposition est aussi une forme de combat pour faire entrer au musée ce type de  thématique ?

Florent Molle : Oui, c’est vrai, faire rentrer le foot dans un musée national comme le Mucem ça a été un vrai combat et je pense que ça a été relevé. Moi, j’ai été très content à plusieurs titres et ça m’est arrivé de passer des journées où le matin je faisais des visites à des groupes de supporters et bien c’était génial parce qu’il y a avait une ferveur, les gens avaient du répondant ils étaient connaisseurs, ils se sentaient accueillis. En même temps, et bien on leur apprenait des choses sur l’histoire, sur des périodes historiques particulières etc. etc. et puis à la fin, voilà Alma de Africa. C’est toujours le grand déchirement, tu as le cœur qui s’ouvre devant cette équipe de foot de migrants et tout le monde repart de cette exposition un peu sonné et donc le matin avec des groupes de supporters et le soir avec des patrons d’entreprise de la région de Marseille. J’étais hyper flippé de faire des visites à des patrons et en fait, la même ferveur, les mêmes gamins devant les coupes du monde que ceux que j’avais vu le matin et le même cœur qui se déchire à la fin de l’exposition.

Ce sont des moments où je me suis rendu compte que je faisais mon travail ou qu’on avait bien fait notre travail et ça ça m’a plu et après le chiffre de visiteurs pour moi ça ne veut pas dire grand-chose. C’est surtout le fait qu’il y ait eu beaucoup de ce que l’on appelle des primo visiteurs, des gens qui n’étaient jamais venus dans un musée qui sont venus visiter cette exposition. Donc ça, c’est aussi pari gagné pour moi. L’autre chose moi qui m’a plu, c’est qu’il y a beaucoup de gens qui m’ont dit : « on vous a senti décomplexé avec cette expo quoi ! On s’est marré, on a pu hurler un petit peu… ». Enfin, les gens qui visitent, ils ne se sentent pas forcément engoncés. Je ne sais pas, comme on peut se sentir dans une expo d’art contemporain : parfois, on peut se sentir un peu pris en otage par l’objet que l’on a en face de nous que l’on ne comprend pas, mais on n’ose pas dire que l’on ne comprend pas parce qu’autour de nous il y a des gens qui visiblement comprennent ou font mine de comprendre (rires) et là, ici, peut-être qu’il n’y avait pas ce sentiment-là. Pour autant, je trouve qu’on a aussi su avoir différents niveaux de lecture, il y a aussi des récits de qualité où tu apprends beaucoup de choses.

Donc voilà, avoir réussi à être sur différents tableaux à la fois, être arrivé à permettre d’autres pratiques dans l’exposition, des gens qui jouent, des gens qui se marrent, ça ça m’a plu, et puis on a vu nous, au cours de nos visites beaucoup de gamins, beaucoup d’écoles, beaucoup d’écoles de foot venir. Donc ça c’était chouette aussi de dire c’est à tout le monde, ce musée, c’est le vôtre. On n’a pas besoin de venir d’un milieu social pour mettre un pied dans un musée, c’est ouvert et ce genre d’exposition, ça permet d’accueillir tout le monde.

Gilles Perez : Peut-être la première image…la première image oui, que je retiens de cette expo ou en tout cas de sa fréquentation, c’est le premier jour, la première heure, lorsque enfin les portes s’ouvrent. Elles sont gratuites ce jour-là, on est un mardi, il est dix-sept heures et il y a trois gamins qui, mais vraiment, traînent leur maman et qui descendent juste du Panier, quartier populaire. Ils descendent, ils sont sortis de l’école, ils ont mis leurs maillots de foot : il y en a un qui a le maillot de l’équipe de France, il y en a un qui a le maillot de l’OM et ils traînent véritablement leur maman : « dépêche-toi, on va être en retard on va rater l’expo ». Le musée venait juste d’ouvrir quoi et il les amène et c’était effectivement la première fois qu’ils rentraient dans une salle d’expo au Mucem.

Le Mucem c’est quand même un objet tout particulier, effectivement il fait très très peur parce qu’il est très très beau, et il fait très très peur pour bon nombre parce que ce n’est pas forcément de notre milieu. Parce que voilà, ce n’est peut-être pas un endroit où l’on peut vraiment rentrer. Si, on peut profiter des espaces, bon nombre viennent passer des dimanches parce que la ballade est juste magnifique et on s’assoit et on regarde et on admire la vue comme en ce moment sur un coucher de soleil : c’est juste exceptionnel. Mais rentrer dans une salle d’exposition « non, ce n’est pas pour nous ». Le matin même, avant l’ouverture de l’exposition, je suis allé prendre mon café toujours dans le même bistrot et je leur dit : « vous savez il y a mon expo sur le foot qui commence là, vous allez venir ?  il a fallu que je leur montre l’affiche pour me croire : « mais regardez c’est officiel ! » et là on a commencé à me prendre au sérieux. Oui, le Mucem, l’institution pouvait accepter cette culture populaire, et parler de foot.

Ensuite, on a eu des émotions mais formidables, d’entrechocs encore, de deux mondes. Le premier dimanche où il y a un très gros match, c’est un « classico » il y a Paris qui vient jouer. Ce dimanche après-midi juste avant d’aller au vélodrome, bon nombre de supporters ont fait d’abord le pèlerinage par le Mucem. Ils sont arrivés en short, il faisait beau c’était en octobre, et en maillot de l’OM. Il y avait les écharpes, tout était là. Ils rentrent et là, il y a quand même quelques personnes du Mucem qui (disent) : « oh ! Ça va bien se passer ? Et bien oui ! Non mais, reste-là, reste-là on ne sait jamais !» On n’allait pas faire la sécurité, il y avait des agents de sécurité (rire), et pire encore lorsqu’ils rentrent dans la salle immersive, forcément ils commencent à sauter, et oui, parce qu’on a envie de chanter avec tous ces chœurs qui nous viennent du monde entier et qui nous disent des chansons et qui disent beaucoup de l’engagement. Et donc, les supporters sont unis et donc ça vibrait ! Il faut peut-être intervenir ? Non ! Bien sûr que non ! Et finalement, voilà : de voir les étoiles dans les yeux, après cette salle immersive, après les objets des ultras, mais aussi après les histoires humaines que l’on raconte en ex-Yougoslavie, en Israël-Palestine, au Chili, voir tout d’un coup ces visages comprendre, être émus, sentir, ressentir et admirer des œuvres, là on se dit, oui effectivement, il y a un pari qui est en train d’être gagné.

Donc effectivement, la première lecture qu’on a envie de faire, nous, sur les chiffres, c’est d’abord combien de personnes pour qui c’est la première fois qui rentrent dans l’exposition et combien de personnes des quartiers populaires ? Est-ce que cette diversité sociale a lieu ? Oui, elle a lieu ! Et ça on s’en est aperçu pendant les vacances scolaires, ça a été merveilleux : l’exposition a été fermée carrément parce que la jauge ne tenait plus, il y avait trop de monde. Pourquoi ? Parce que le football s’est comme la première fois qu’on va au stade, c’est d’abord un adulte, un ancien qui vient, qui nous a raconté des matchs et qui là nous amène et qui nous baptise : voilà, c’est un rite de transmission. Et bien là, il y avait un rite de transmission : il y avait les anciens qui venaient parler aux jeunes, qui profitaient de certaines découpes ou de certaines coupures de journaux ou de certaines œuvres pour pouvoir parler à leurs enfants ou à leurs petits-enfants et qui leurs racontaient bon nombre de choses. C’était merveilleux !

C’était en plus au moment de Noël et au moment de Noël on a eu un objet cher au peuple marseillais, qui était en plus la coupe d’Europe, voilà, celle que l’OM avait gagné. Elle était présente et pendant quinze jours, elle a fait mouiller bon nombre de paires d’yeux et elle a permis justement, de véhiculer bon nombre de souvenirs. Donc ça c’était très émouvant et puis toutes les journées gratuites en fait, tous les dimanches gratuits, tout d’un coup, la fréquentation a explosé et là, les portes étaient ouvertes, oui parce que ça coûte quand même cher malgré tout, un musée , rentrer, c’est tout de même neuf euros cinquante. Alors, il y a bon nombre d’exemptions pour les jeunes etc. pour tous les clubs de foot on avait négocié ça : effectivement, ils pouvaient tous venir s’ils appelaient avant et c’était gratuit pour l’ensemble, donc c’est merveilleux, là tout d’un coup il pouvait se passer quelque chose au-delà de la technique du ballon.

Parce que tout ça est sous-tendu quand même par un propos qui était un peu au démarrage de cette envie d’exposition. Un musée, c’est payé par nos impôts à tous. Hors, en France, les musées, les institutions de la culture s’adressent essentiellement aux CSP plus. Et là, il y a un malentendu profond de quelle est la mission de ces institutions. Bien sûr, de nous faire connaître des artistes contemporains et de développer cette création contemporaine, on en a besoin, mais il faut aussi que cette création contemporaine et les regards, d’artistes, de conservateurs etc… soient partagés. Et donc la mission vis-à-vis des publics et notamment des publics les plus défavorisés, qui payent eux-aussi leurs impôts, elle est aussi à un moment donné de leur donner une vision du monde et de partager cela. J’espère que ce pari-là a été gagné.

Bande-Annonce de l’exposition “Nous sommes Foot”

            Gilles Perez, est auteur, réalisateur et producteur de films documentaires

           Florent Molle est conservateur du patrimoine au Mucem, responsable du pôle de collections « sport & santé »

            Boris Petric, est anthropologue, réalisateur de films documentaires. Il est actuellement directeur du Centre Norbert Elias (UMR 8562) et responsable de la fabrique des écritures (EHESS-Campus Marseille) au centre de la Veille Charité.

  1. 350 000 objets et un important fonds documentaires []
  2. l’exposition était programmée du 11 octobre 2017 au 4 février 2018 []
  3. 13productions []

Vous aimerez aussi...