La transmission des savoir-faire, le cas des maîtres charrons

Compte rendu de l’intervention de Denis Chevallier, 19 octobre 2017.

Denis Chevallier, dans son introduction au séminaire, propose de revenir sur les modes de conservation et de transmission des techniques en voie de disparition à partir de l’expérience qu’il a eu avec le ministère de la culture et la direction du patrimoine à partir des années 1985 jusque dans les années 2000. A cette époque, le ministère de la culture conservait un certain nombre d’objets mobiliers et immobiliers nécessitant, pour les restaurer, la connaissance et le savoir-faire d’artisans. La direction du patrimoine s’est donc intéressée aux techniques et aux savoir-faire en tant que patrimoine. Derrière l’idée de la patrimonialisation du champ des techniques, il y a l’idée de promouvoir et de conserver un certain nombre de compétences liées à la pratique artisanale. Dans cette perspective, l’association “maison paysanne de France” cherche à repérer des artisans susceptibles d’exécuter des techniques « traditionnelles » comme celles liées à la terre crue, à la charpente en bois avec toit de chaume, etc… La localisation des artisans et de leurs savoir-faire ne suffit cependant pas à conserver les techniques. En effet, les artisans sont souvent des personnes âgées qui ne trouvent que très rarement des apprentis à qui transmettre leurs compétences. Comment alors faire en sorte de conserver et de faire perdurer ces techniques et ces savoir-faire rares? Favoriser leur transmission semble être une piste mais il faut alors se demander ce que signifie transmettre? Un savoir-faire, bien qu’il comprenne un certain nombre de codes, est par définition informel. Le savoir-faire pour ceux qui le pratiquent est une forme d’incorporation, il se transmet de génération en génération. Le travail de Geneviève Delbos qui a travaillé sur les paludiers dans l’ouest de la France a mis en lumière cet apprentissage informel par le milieu et un jeu d’essais et d’erreurs réprimandées qualifié de “coup de pied au cul”. De même Michèle Salmona, qui travaille sur les horticulteurs a montré que les enfants dès le plus jeune âge apprennent les techniques sans formalisation. La conservation, la transcription et la diffusion d’un savoir informel, peu ou non codifié et qui ne peut se traduire en algorithme pose donc question. L’idée de mettre en boîte les techniques dans un processus de patrimonialisation traditionnel ne parait pas pertinente. Un processus de conservation alternatif appelé “conservation active” est alors mis en place. Un répertoire d’institutions et d’outils passant par les éco-musées avec des chantiers écoles a ainsi permis de maintenir des artisans locaux et leurs pratiques techniques artisanales. Le dispositif de labellisation à travers l’exemple des “maîtres d’arts” inspiré des “trésors vivants” du Japon, qui consiste à aider un artisan rare avec une bourse pour qu’il puisse prendre un apprenti et transmettre son savoir-faire, est un bon exemple des propositions de conservation active du ministère de la culture.

A partir des années 2000, sur les exemples de la transmission d’un maître à un apprenti artisan, une collection de films est réalisée à des fins de collecte pour la conservation et la patrimonialisation. Les films montrent la relation entre le maître et l’artisan ainsi que les gestes, les modes de transmission et d’apprentissage. Ces films permettent de questionner la notion de savoir-faire, notion vaste définie par Denis Chevallier comme “l’ensemble des compétences acquises, incorporées, transmises qui se manifestent dans l’acte technique”. Dans ce sens, le savoir-faire est présent partout, dans les différents sens (vue, odorat, ouïe, toucher) mais c’est également une manière d’être au monde, à l’autre, de se déplacer dans son environnement de travail. Le film sur le savoir-faire du charron, réalisé en 1965 par Jean-Dominique Lajoux, chercheur au CNRS et au musée national des Arts et des Traditions Populaires et cinéaste, est une bonne illustration de cette notion de savoir-faire global lié au milieu et aux autres. Dans ce film, le charron répare une roue de charrette en bois en redimensionnant le cercle de métal autour de la jante. Cette technique appelée le cerclage est très précieuse dans le milieu des charrons car une fois que l’apprenti l’a acquise, il peut s’installer lui-même comme charron et donc entrer en concurrence avec son maître. La transmission des savoir-faire, notamment en ce qui concerne certaines taches stratégiques, répond donc à des enjeux techniques mais également économiques et sociaux dans les milieux techniques.

Références :

Arnauld Martin, Connaître, conserver, transmettre les techniques et les savoirs de métiers, Répertoire des organismes de conservation active des techniques en Europe, Rapport, 1995, Paris, ministère de la Culture

Stéphane Adam, Sylvie Gauchet et Gilbert Sommier, Savoir-faire et développement des territoires, 2002, Paris, Editions du CNFPT

 

CR réalisé par Justine Faure / version révisée par Denis Chevallier


Vous aimerez aussi...