Des ‘techniques du corps’ à l’anthropologie du rituel : actions matérielles et partage d’un monde commun

Compte rendu de l’intervention de Pierre Lemonnier, 21 décembre 2017

Photographies du rituel d’initiation des jeunes Angas en Nouvelle Guinée.

Pierre Lemonnier, anthropologue, propose pour son intervention de revenir sur l’histoire de l’anthropologie des techniques et notamment de la “technologie culturelle rénovée”, puis de présenter ses récentes recherches sur l’initiation des jeunes Anga en Nouvelle-Guinée. La première partie de son exposé s’appuie sur un article écrit il y a une dizaine d’années : “Fallait-il en passer par là? Du grand silence des forces productives en anthropologie marxiste aux joies de la technologie culturelle rénovée”. Depuis 20 ans, la technologie culturelle fait entrer l’étude des techniques dans le domaine de l’anthropologie : l’étude des systèmes techniques participe désormais pleinement à la compréhension des sociétés et des cultures. Pour résumer l’évolution du domaine, Pierre Lemonnier utilise trois formules lapidaires : 1/Dans la pratique, le programme de Mauss pour l’anthropologie des techniques a été laissé de côté pendant des décennies. 2/Pendant 25 ans, la technologie culturelle ne savait pas ce qu’elle cherchait. 3/La technologie culturelle s’est profondément transformée. En 45 ans, les points de vue se sont déplacés, elle sait où elle va et produit un résultat notable : elle dit à propos des cultures et des sociétés qu’elle étudie des choses que l’on ne peut pas saisir autrement. Faire de l’anthropologie des techniques c’est s’intéresser à la dimension matérielle pour elle-même, notamment tenter de comprendre comment certaines actions physiques participent au partage un monde commun. Dans les années 1970-1990, plusieurs débats théoriques et méthodologiques animèrent des travaux confrontés à la difficulté de conjuguer dans le même temps trois programmes de recherches, celui de Leroi-Gourhan, le marxisme et le structuralisme. La question méthodologique d’une approche dualiste est une des plus importantes selon Pierre Lemonnier, car elle conditionne le travail du chercheur sur le terrain. En effet, bien que les actions matérielles soient liées et souvent confondues avec le « social » et la culture, il faut, pour étudier les techniques, isoler artificiellement et temporairement l’aspect matériel de nos pratiques sociales. Ainsi, on peut décrire des matériaux, des gestes et des actions précisément et les analyser pour eux-mêmes. C’est par cette démarche que peuvent ensuite apparaître des pistes pour comprendre la vie sociale et les rapports entre les individus.

Pour illustrer cette idée, Pierre Lemonnier a présenté un extrait de ses recherches actuelles en s’appuyant sur un article non paru “La matérialité des rituels : pourquoi les esprits aiment le Meccano®”. Un progrès récent des recherches autour de la matérialité des activités de production consiste à introduire les esprits dans la chaine opératoire, mais Pierre Lemonnier propose ici de faire l’inverse : selon lui, agir dans le monde des esprits implique des prouesses mécaniques pensées comme telles. Dans le cas des initiations des jeunes Anga, il s’agit d’effectuer des transformations, pour nous imaginaires, pour transmettre ou inculquer un nouvel ordre social, de nouveaux rapports entre les individus, etc. L’initiation des Anga est un moment où l’on tue symboliquement les garçons pour les faire renaitre plus forts, en hommes. Ce rite transforme les relations de l’initié avec les femmes, construit une nouvelle hiérarchie entre les hommes, fabrique des guerriers, crée des relations de solidarité, capte les esprits familiers des chamanes, etc. Pour faire toutes ces transformations à la fois, le rite passe par des actions matérielles importantes. En réalisant la chaine opératoire de ce rituel (71 étapes), on comprend comment et à quels moments se font toutes ces opérations et ces transformations de l’individu, dont l’une des premières étapes consiste à déconstruire le lien entre l’enfant et la mère. Alors qu’en psychologie, les trois caractéristiques de l’attachement entre une mère et son enfant sont la vue, le toucher et la confiance, plusieurs actions qui portent sur la peau de l’enfant (reflet de la personne, partout en Mélanésie), cherchent précisément à rompre les liens visuel et tactile, ainsi que la confiance. Du gingembre recouvre les influences maternelles, la sueur nettoye la peau, la flagellation fait couler le sang féminin, etc. La vue est, elle, empêchée par une cape d’écorce battue qui recouvre le corps des initiés, et le rapport de confiance est brisé car c’est la mère elle-même qui conduit son fils vers la douleur physique qu’engendre l’initiation. Ainsi, les nouveaux rapports sociaux ne sont pas dits seulement avec des mots, mais mécaniquement, par des actions physiques. Ce court exemple montre comment, par un travail de terrain portant sur la matérialité, on comprend mieux la construction d’un monde commun et des aspects essentiels d’une manière de vivre ensemble.

Références :

Cresswell, R. 2010. “Techniques et culture. Les bases d’un programme de travail”, Techniques & Culture 54-55(1): 23-45.

Damon, F.H. 2008. “On the Ideas of a Boat: From Forest Patches To Cybernetic Structures in the Outrigger Sailing Craft of The Eastern Kula Ring, Papua New Guinea”, pp. 123-144 in S. Clifford and T. Kaartinen (eds) Beyond the Horizon: Essays on Myth, History, Travel and Society: In Honor of Jukka Siikala. Helsinki, Finnish Literature Societ (Studia Fennica Anthropologica No.2).

Lemonnier, P. 2011. « Fallait-il en passer par là ? Du grand silence des forces productives en anthropologie marxiste aux joies de la technologie culturelle rénovée », pp. 81-88 in N. Barbe, J.-F. Bert (eds) Penser le concret. André Leroi-Gourhan, André Georges Haudricourt, Charles Parain. Paris, Créaphis Editions.

Lemonnier, P. 2012. Mundane Objects. Materiality and Nonverbal Communication. Left Coast Press, Walnut Creek (California).

Lemonnier, P. 2014. « De la collecte d’objets à l’anthropologie des actions matérielles. Approches des objets et des techniques en Océanie », pp. 89-109 in L. Dousset, B. Glowczewski, M. Salaün (eds) Les sciences humaines et sociales dans le Pacifique Sud: Terrains, questions et méthodes. Marseille, PCP.

Mahias, M.-Cl. 2002. Le barattage du monde. Essais d’anthropologie des techniques en Inde. Paris, Editions de la Maison des sciences de l’homme.

Martinelli, B. 1996. “Sous le regard de l’apprenti”, Techniques & culture, 28:9-47.

Revolon, S. 2018. “Iridescence as affordance : Of artefacts and light interference in the renewal of life among the Owa (Eastern Solomon Islands).” Oceania.

Weiner, A.B. 1983. “From words to objects to magic: Hard words and the boundaries of social action”, Man, (n.s.) 18(4):690-709.

 

CR réalisé par Justine Faure / version révisée par Pierre Lemonnier


Vous aimerez aussi...