Le geste technique collectif ou pourquoi construire ensemble? La soutenabilité esthétique selon Anna Heringer

Compte rendu de l’intervention de Florence Sarano, 22 mars 2018

Florence Sarano, architecte, travaille sur la question du geste collectif dans la construction de nos espaces de vie, le construire ensemble en tant que démarche et pré-requis pour le projet. La question du collectif permet de réinterroger le rôle et la place de l’architecte dans nos sociétés aujourd’hui et pour l’avenir. Ces réflexions dans le domaine de l’architecture prennent du sens quand on considère les récentes mutations de nos sociétés en lien notamment avec les enjeux de la soutenabilité environnementale et sociale. Florence Sarano développe ces réflexions à travers des expositions, l’enseignement et ses travaux de recherche. Elle propose, ici, de revenir sur son travail en trois temps : le questionnement du rôle de l’architecte, les gestes collectifs et l’engagement comme vecteur et résultante.

Photographie d’une exposition d’architecture – Photographie du workshop d’expérimentation de l’architecture de terre organisé par le groupe AMACO aux grands Ateliers de l’Ile d’Abeau.

                L’architecte est une personne qui projette, qui « jette en avant ». En tant que commissaire d’expositions d’architecture, Florence Sarano a exploré la diversité des rôles que les praticiens proposent de remplir en fonction des projets qu’ils réalisent et de leurs démarches de conception (positionnements et processus). Les rôles des architectes vont au delà de la seule réponse à un programme prédéterminé. C’est l’objet de ces expositions s’adresser à un large public dépassant celui des professionnels, afin de connaître ces différentes implications des architectes dans ce monde en transition et pouvoir collectivement s’interroger sur la place laissée à la création architecturale en partageant ces différentes expériences et ces multiples pratiques. Un cycle permanent de réflexion se met alors en marche d’une exposition à une autre. L’enseignement, dans un second temps, ouvre un espace au sein duquel il est possible d’expérimenter et de bousculer les rôles et les positions préétablies. Déplacer l’atelier de projet chez les habitants ou dans une mairie, inclure les usagers dans les processus de conception et comme ressources des projets, parcourir les espaces collectivement pour concevoir, etc, sont autant d’expérimentation qui permettent d’expérimenter une dimension collective. De même, les rapports que l’on entretient avec les matériaux et les gestes pour construire sont également très intéressants à penser et à expérimenter collectivement. C’est la deuxième partie de cette pédagogie qui se développe autour d’apprentissages partagés collectivement avec différents intervenants (professionnels, ingénieurs, artisans, artistes …) Cette expérimentation se déroule dans le cadre du workshop organisé par le groupe AMACO aux grands Ateliers de l’Ile d’Abeau autour de l’architecture en terre et des techniques associées. Collectivement, les étudiants ont expérimenté le travail de la terre, le rapport à la matière, au corps, les gestes, les traces, les capacités du matériau, les techniques constructives de sa mise en œuvre… Le travail des étudiants est en suite exposé dans l’école pour partager l’expérience de nouveau avec le public et les étudiants. Ces gestes collectifs au sens propre et figuré sont des pistes à suivre pour redéfinir les rôles des architectes.

Photographies d’un chantier de Anna Heringer au Bangladesh.

                Pour illustrer la question du rôle moteur de l’engagement des projets pensés et réalisés collectivement, Florence Sarano, nous propose, à partir de l’exposition dont elle a assuré le commissariat et du catalogue associé, de présenter la démarche singulière d’une architecte autrichienne Anna Heringer. Très jeune elle a travaillé plusieurs années dans des ONGs au Bangladesh et en Inde avant de choisir de faire des études d’architecture, pour développer une démarche de projet dans laquelle les habitants, à la fois moteurs et constructeurs, partagent une expérience collective. Son diplôme qui répond à une commande d’une école dans une commune rurale du Bangladesh va être pour elle un premier lieu d’expérimentation réel. Les enjeux du projet (et des projets qui suivront) résident dans la notion d’autonomie. En effet, l’implantation de cette école permet de fournir une certaine autonomie aux habitants qui en trouvant l’éducation pour leurs enfants sur place n’ont pas besoin de quitter le village et de migrer vers une zone urbaine. Les modèles des maisons en hauteur qu’elle construit par la suite permettent également de conserver le maximum de surface agricole et donc de conserver une autonomie nourricière. De même, en travaillant avec des matériaux locaux, elle propose un modèle de construction indépendant et non pas lié aux importations et donc à la variation forte des coûts. Enfin, un troisième type d’autonomie est celle qu’elle donne aux habitants à travers le chantier collectif en transmettant et en échangeant les savoir-faire. Le principe imaginé est de construire quelques maisons sous la forme de chantier école puis de rendre l’autonomie constructive et d’entretien des bâtiments à la population. Anna Heringer a la capacité de rassembler l’ensemble des habitants autour des chantiers (enfants, adultes, hommes, femmes). La notion d’échange et de transmission est primordiale : qu’ils soient architectes, artisans, formés aux techniques de constructions ou non, enfants, adultes, les individus apprennent tous des autres autour du projet collectif. Les projets, au-delà de la dimension collective, permettent d’initier une nouvelle économie liée aux chantiers en eux-mêmes mais également à ce type de construction en terre. De même, ils entrainent une reconnaissance des savoir-faire locaux et traditionnels liés aux matériaux à l’échelle régionale mais également internationale. L’architecture de terre proposée ici participe pleinement au développement contemporain de cette technique constructive adaptée à la transition écologique dans toutes ses dimensions (économiques, sociales et esthétiques). Par la diffusion du travail de Anna Heringer, la dimension collective des projets n’est pas limitée au local et au groupe initial mais conduit à une transmission plus globale avec des savoirs qui circulent, qui s’absorbent, se transforment.

Photographies d’un chantier de Anna Heringer au Bangladesh.

                Au fil des expérimentations, des expositions, des enseignements, des engagements, les savoirs s’ajoutent les uns aux autres, se recomposent. Les projets d’architecture sont ainsi créés collectivement à l’échelle globale du monde. Dans cette perspective de partage et de transmission permanente des modèles, les techniques de construction, des matériaux et des expériences, il est alors possible de repenser le rôle de l’architecte dans une dimension collective à travers le geste collectif.

Hyperlien :

https://www.instagram.com/atelierdespossibles

 

CR réalisé par Justine Faure / version révisée par Florence Sarano


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search