Restaurer les habitations par temps durable (exemples maliens et japonais)

Compte rendu de l’intervention de Oussouby Sacko, 22 mars 2018

Oussouby Sacko propose dans son intervention de questionner les formes de la conservation architecturale à travers deux terrains : la ville de Djenne au Mali et la ville de Kyoto au Japon. La conservation des architectures en tant que formes, usages et techniques de construction est selon lui un moyen de conserver une culture ou des éléments de la culture des communautés concernées.

Photographies de la ville de Djenne et de sa grande mosquée en terre.

                   A Djenne, une grande partie des constructions sont réalisées en terre par des maçons qui forment une communauté importante au sein de la ville. Suite à la désignation de Djenne comme ville d’intérêt patrimonial par le Mali, des projets de reconstruction et de rénovation des bâtiments sont mis en place. Ces travaux, financés par des organismes internationaux et donc organisés selon les standards occidentaux, permettent de révéler des éléments invisibles mais très importants dans les processus de construction des bâtiments en terre : des techniques spirituelles, des éléments intangibles, des codes partagés au sein de la communauté des maçons appelée barey-ton. Ce sont ces pratiques et leur transmission qu’Oussouby Sacko cherche à comprendre et à étudier. La protection du site et de la maison, par exemple, constitue un processus spirituel important. Les maçons procèdent à des interventions magiques avec des calebasses pour purifier le site, ils enterrent des vases pour le protéger, dispersent un mélange de 7 à 12 céréales sous les fondations et font des prières au moment de poser le premier tas de terre… Les pratiques spirituelles liées à la construction à Djenne sont hybrides, combinant à la fois des pratiques animistes et musulmanes.

Photographies des techniques de mise en œuvre d’une architecture de terre à Djenne.

Tous les ans, les maçons de Djenne procèdent à une rénovation des façades de la grande mosquée avant la saison des pluies. A cette occasion, Oussouby Sacko a pu pendant plusieurs années entrer en contact avec eux et les questionner sur la spiritualité de leur métier. Pour eux, le travail de la terre est associé à un don, il est à la fois lié à un savoir-faire extérieur palpable et un savoir-faire intérieur que l’on ne maitrise pas. Dans ce sens, la transmission des savoirs doit se faire d’un maître maçon à un apprenti sensible à la spiritualité de la pratique. Les maçons ne forment donc pas forcément leurs propres enfants mais choisissent un apprenti après plusieurs années d’observation des jeunes, de leur approche de la terre et de leur maîtrise de soi. En considérant le travail de la terre dans sa globalité à Djenne, on se rend compte que la conservation du savoir-faire architectural et des techniques de construction n’implique pas seulement une collecte et une documentation précise des techniques et des formes. Comment alors conserver ces pratiques vivantes et intimement liées aux individus et à leurs croyances?

Photographies des machiya à Kyoto.

                   A Kyoto, le cas des maisons de ville traditionnelles appelées « machiya » permet d’aborder la question de la conservation dans un contexte très différent. Kyoto est une ville très vieillissante dont 30% de la population à plus de 70 ans. La disparition des machiya, liée au vieillissement de la population, à la fiscalité des héritages (taxés à 50%) et aux lois contraignantes de conservation, laisse place à de grands immeubles d’habitation. Quand elles ne sont pas détruites, ces constructions sont transformées en boutiques, en restaurants pour le tourisme ou sont abandonnées (plus de 14% d’habitations vacantes). Pour faire face à ces transformations, Kyoto a lancé un projet de conservation des constructions et des machiya inhabitées en soutenant des projets dans 4 quartiers de la ville. L’association Escola (dont Oussouby Sacko est membre actif) travaille pour la rénovation et la conservation des machiya. Le projet actuel d’Escola est de créer une communauté autonome autour de la rénovation d’une machiya sous forme de nagaya pour vivre ensemble dans un espace mais également pour apprendre les techniques de construction et de conservation de ce patrimoine. La construction, d’une largeur de 9 mats (unité japonaise basée sur le tatami), donne sur un grand espace extérieur et se situe dans un quartier comprenant 23 maisons habitées par des personnes âgées de plus de 70 ans (en moyenne).

Photographies de la rénovation d’une machiya par l’association Escola.

Le projet fait face à d’importants problèmes de voisinage qui permettent de mettre en lumière des rapports sociaux intéressants entre les différentes générations au Japon. En effet, la communauté d’Escola composée de 13 personnes (architectes, étudiants, artistes, artisans, fonctionnaires…) cherche à mettre en place des activités pour les enfants, des repas partagés, des ateliers, etc, pour dynamiser le quartier. Ces actions et les activités quotidiennes des nouveaux habitants de la nagaya ne sont pas comprises par les voisins qui se plaignent du bruit, du passage fréquent d’étrangers, du jardin où ils soupçonnent la présence des produits illégaux, etc. Il se pose, ici, un problème d’identité, de reconnaissance et de compréhension de l’autre et du groupe. Une négociation se met alors en place entre la nouvelle communauté jeune et les voisins âgés. La construction d’un mur de bambou, élément de litige symbolique entre les deux communautés (les anciens demandant un mur en béton ou en tôle de deux mètres de haut et les nouveaux cherchant à s’ouvrir sur le quartier), semble pour le moment avoir apaisé les tensions. Ce mur qui protège les voisins âgés de l’activité de la nagaya, entraine un sentiment de sécurité. Ne se sentant plus agressés par la nouvelle communauté, les habitants du quartier entrent peu à peu en contact avec les habitants de la nagaya et une cohabitation peut se mettre en place. Les questionnements d’Escola sur la conservation des nagaya par la mise en place de communautés autonomes et autogérées dans une architecture automne en lien avec l’environnement du quartier trouvent une application directe dans les conflits de voisinage. Se pose alors la question de la gestion des crises, de la communication et de comment transmettre la philosophie de conservation qu’ils cherchent à défendre à l’ensemble des habitants du quartier et de Kyoto.

Photographies de la vie et des projets dans la machiya d’Escola.

 

CR réalisé par Justine Faure / version révisée par Oussouby Sacko


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search