La maison ou comment évaluer la durabilité d’une culture. Dialogue entre archéologie et ethnologie

Compte rendu de l’intervention de Anick Coudart, 22 mars 2018

Dans son intervention, Anick Coudart, propose de questionner le lien entre durabilité de la conception et du vécu d’une maison traditionnelle et celle de la culture dont elle relève. Son objectif est double : 1/élaborer une théorie à propos de la durabilité des traditions de l’espace habité (la maison) et 2/élaborer une théorie de la durabilité culturelle d’une société à partir de la maison (Coudart 1994, 1999).

Navajo settlement XXe century AD, Grand Cañon, Arizona – South-West Pueblos – South-West Pueblos XXe AD Acoma village (New Mexico, USA).

Pour Anick Coudart – s’appuyant sur l’anthropologie sociale – la maison est un espace construit et utilisé selon les normes sociales, culturelles et idéelles de l’entité qui l’habite, associées au système de représentations qui sous-tend la société à laquelle il appartient. La maison est — et avant toute considération physique — érigée et utilisée selon les normes sociales, culturelles et idéelles (Rapoport 1969, 1978). On peut difficilement changer sa manière d’habiter sans remettre en cause son identité culturelle. C’est bien parce qu’elles sont matériellement fondées dans l’espace que les maisonnées, les familles, les lignages, ont une durée. La maison, ancrée dans un territoire, donne à voir un groupe social qui, au fil du temps et des générations, s’y voit et s’y reconnait (Bensa, in Boulay 1990). La maison est une métaphore de la société qui la conçoit, qui la construit et qui l’habite. Ainsi, la construction d’une maison et son utilisation sont, au niveau de chaque participant, des occasions de réaffirmer et de reproduire l’identité collective de la société à laquelle il appartient.

A partir de ces éléments théoriques et en instaurant un dialogue entre l’archéologie et l’anthropologie, Anick Coudart s’appuie sur deux habitations traditionnelles très différentes : la maison néolithique européenne (aussi appelée rubannée, du fait des décors en ruban de ses poteries) qui se situe chronologiquement entre 5600 et 4600 ans avant notre ère (Coudart 2015) et la maison Anga actuelle de Papouasie Nouvelle-Guinée (Coudart 1994). Comment comparer des maisons de traditions différentes et, à partir de là, élaborer une théorie scientifique à propos et à partir de la maison ? La maison, entité sociale et culturelle par excellence, est également une entité distincte, celle des individus et de la maisonnée qui l’habite ; elle porte du sens individuel. Elle peut donc se prêter à de multiples différentiations, alors même que la partition conceptuelle de l’espace telle qu’elle se vit au quotidien n’est difficilement modifiable.

European Neolithic Bandkeramik House (VIe-Ve millennia BC) : archaeological excavation and its restitution (Cuiry-lès-Chaudardes, Aisne Valley, France) – Baruya House, Anga People,1982, Papua New-Guinea.

Les maisons rubannées de la civilisation danubienne (environ 3000 exemplaires) ont été archéologiquement mises au jour à travers toute l’Europe, de la Pologne jusqu’à l’extrême ouest du Bassin parisien. Elles sont rectangulaires et mesurent de 12 à 35 mètres de long. Les maisons anga (habitations de l’ensemble linguistique septentrional des populations anga) sont rondes avec un diamètre entre 3 et 5 mètres. A partir de l’observation de l’architecture, des structures spatiales, des techniques de construction, des chaînes opératoires, des matériaux, des acteurs de la construction, des usages, etc, Anick Coudart définit trois degrés de variation des éléments spatiaux et architecturaux (en dehors des différentiations liées aux contingences des environnementale et à l’expression de chaque individu). 1/La catégorie de non-variation concernant les éléments qui n’ont qu’une seule option quant à la construction de la maison, comme l’orientation de l’habitation rubannée, ou la forme circulaire de la maison anga. 2/La catégorie de moyenne variation concerne les éléments qui présentent 2 ou 3 options ; 3/la catégorie de forte variation contenant les éléments pour lesquels on observe entre 4 et 8 options. On peut ainsi classer les différentes composantes de la maison – comme la toiture, l’entrée, les matériaux, la structure, l’organisation spatiale, les espaces annexes, etc. – et observer leur variation dans le temps. L’observation sur le long terme permet ensuite d’évaluer la durabilité de chaque composante, et au-delà la durabilité d’une tradition architecturale.

Pour ce faire, Anick Coudart réalise une courbe graphique pour chaque tradition architecturale ; les points de la courbe réunissant les différents constituants de la maison en fonction de leur degré de variation. Il s’agit là d’une abstraction permettant de comparer plusieurs traditions, indépendamment de leurs différences. Cette traduction et l’évolution sur plusieurs siècles des maisons néolithiques rubanées permet de comprendre que la durabilité de la conception d’une maison traditionnelle est étroitement liée aux éléments les moins variables – à savoir les plus durables sur le long terme – de sa conception. Anick Coudart propose deux hypothèses : 1/Plus il existe d’options pour un élément architectural ou de l’organisation spatiale d’une maison traditionnelle, plus tôt et plus rapidement cet élément sera transformé et finira par disparaitre ; à l’opposé, moins un élément n’aura d’options, plus longtemps cet élément architectural ou organisationnel perdurera. 2/Les dynamiques de reproduction et de transformation d’une tradition architecturale sont analytiquement visibles dans les régions étudiées (Europe et Papouasie Nouvelle Guinée). En allant plus loin et en prenant en compte le rôle de la maison évoqué plus haut, l’abstraction graphique du rapport uniformité/variation/idiosyncrasie de la maison (que ce soit l’individu ou l’environnement) nous permet de prédire la durée potentielle de la culture à laquelle appartient cette maison. Le nombre d’options des composantes architecturales indique le rythme de la transformation de la maison.

En haut à gauhe : Maison néolithique rubanée rectangulaire (entre 12 et 35 mètres de long) – En bas à gauche : Maison anga ronde entre 3 et 5 mètres de diamètre – A droite : Courbes graphiques présentant pour 5 traditions différentes les éléments architecturaux de la maison en fonction de leur degré de variation.

Ainsi, la relation « uniformité/variation/différentiation » des composantes traduit la durabilité de la transformation de l’entité culturelle associée. Lorsque les composantes d’une maison possèdent très peu d’options, l’entité culturelle est théoriquement durable. A l’opposé lorsque le nombre d’éléments architecturaux qui ont beaucoup d’options est élevé, la durabilité culturelle de la société est moins assurée.

Références :

Boulay R., La Maison kanake, 1990, Marseille, Éditions Parenthèses.

Coudart A.,Maisons néolithiques, maisons de Nouvelle-Guinée : l’ethnologie comparée du choix social et technique, In : B. Latour et P. Lemonnier (sous la direction de), De la Préhis­toire aux missiles balistiques : l’intelligence sociale des techniques, 1994, Paris, La Découverte, p. 228–252.

Coudart A., Maisons d’hier ou maisons d’aujourd’hui. L’espace domestique fabrique et donne à voir la société. In : Braemer F., S. Cleuziou et A. Coudart (sous la direction de), 1999, Habitat et Société, p. 536-548. Antibes : Editions APDCA (XIXe Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes).

Coudart A., The Bandkeramik longhouses. A Material, Social, and Mental Metaphor for Small-Scale Sedentary Societies. In: Fowler Chris, Harding Jan and Hofmann Daniela (eds), 2015. The Oxford Handbook of Neolithic Europe, chapter 16, pp. 309-325. Oxford: Oxford University Press.

Preston-Blie, S., The anatomy of architecture. Ontology and metaphor in Batammaliba architectural expression, 1987, Cambridge : Cambridge University Press.

Rapoport A.,  House form and culture, 1969, Englewood Cliffs, New Jer­sey, Prentice-Hall, Inc. (version française : 1972, Pour une anthropologie de la maison. Paris, Dunod.)

Rapoport A., Culture, architecture and design, 2005, Chicago: Locke Sciences Publishing.

 

CR réalisé par Justine Faure / version révisée par Anick Coudart


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search