Cosmologies et histoires de l’habiter

Compte rendu de l’intervention de Frédéric Joulian, 22 mars 2018

« Zetou » montrant comment accrocher l’alude au « piège à rigaou » Carqueiranne, 2008 – Fabrication d’une nasse à lamproie, Dordogne, circa 1990 – Photographies F. Joulian

Frédéric Joulian, dans son intervention, propose d’interroger l’histoire de l’Habiter et de ses pratiques en se plaçant à la fois dans le temps de l’évolution humaine et du côté des primates « non humains ». A travers l’observation et l’analyse des pratiques de certains animaux et en particulier des grands singes, il cherche à comprendre l’origine des phénomènes techniques et culturels ainsi que les représentations mentales et sociales associées. Pour introduire la notion de cosmologies de l’Habiter, il mobilise la notion de milieu traitée en mésologie par Augustin Berque, Von Uexküll ou encore Watsuji. Il rappelle qu’en archéologie ou en anthropologie, la question de l’habiter a généralement été étudiée du point de vue des fonctions protectrices ou de ses significations dans un cadre dualiste d’opposition de la nature à la culture. De même, en éthologie ou en zoologie, les recherches, et notamment avec l’ouvrage central de Karl Von Frisch « De l’architecture animale » en 1975, sont basées sur les formes et structures  de l’habitat, donc plus du point de vue des objets, des résultats de l’action que des processus mêmes. Frédéric Joulian, propose à l’inverse de travailler la question de l’habiter en repensant et réassociant usages, processus, matériaux et formes. Il propose de regarder les différentes formes de l’habiter dans leurs diversités processuelles. L’analyse des outils, des structures, des constructions, des gestes, des comportements et des actions effectuées sur la matière permet de comprendre l’Habiter non pas comme un « objet-fonction » à finalité unique mais comme une activité qui suit un éventail de possibles au sein d’espèces ou de sociétés. Pour lui, « l’Habiter » doit être considéré dans une dimension large à la fois temporellement, spatialement et selon plusieurs genres humains et homininés. Il n’y a pas une histoire humaine, et une histoire de l’habiter mais une histoire radiale avec des histoires de l’habiter.

Reconstitution Terra Amata, Nice (@H. de Lumley)

Pour les étudier et comprendre les différents mondes de l’Habiter, Frédéric Joulian soulève plusieurs thématiques : la question des acteurs, des milieux, du peuplement, des espaces et des déplacements, des comportements et des usages, de l’artificialisation, de l’affordance (traduit ici par « aménité »), des traces, des rapports sociaux… Dans son intervention, il propose de revenir sur des observations de terrain concrètes qui illustrent ces différentes catégories d’analyse.

Les modes de déplacement, par exemple, sont étroitement liés aux façons d’habiter un espace. En effet, une grande partie de l’histoire de l’humanité n’est pas seulement terrestre mais a été (et le reste pour plusieurs espèces) arboricole. Les chimpanzés, par exemple, peuvent à la fois se déplacer sur le sol et dans les arbres, ils ont donc plusieurs visons de leur milieu et l’appréhendent de façon multisituée. De même, en fonction du type de milieu (plus ou moins ouvert selon le type de végétation…) et notre capacité à mobiliser nos sens (vue, ouïe, odorat…), les modes de communications seront différents.

« Vu d’en haut », chimpanzés dans le Parc National de Taï, Côte d’Ivoire, 1988 (@Frédéric Joulian) – « Réduire, Réutiliser, Recycler, Localement, Solidairement » : Maison d’Akeji, Kansai, Japon 2009 (@F. Joulian)

Dans les milieux de forêts tropicales humides dans lesquels il a travaillé, il a observé des espaces particuliers (combinant différentes ressources utiles) qu’il désigne sous le terme « d’attracteurs », propices à la rencontre entre différentes espèces ou différents groupes sociaux. En Côte d’Ivoire, en milieu forestier notamment, il prend l’exemple des inselbergs, dômes granitiques parfois situés à proximité de bas fonds et d’arbres producteurs de noix. Les noix attirent les animaux et la roche offre des supports et des ressources en matière minérale pour la fabrication d’outils. Ces territoires sont intéressants à étudier car ils sont le lieu de pratiques originales de rencontre interspécifiques et de façons particulières d’habiter. En cartographiant ces espaces, Frédéric Joulian a montré qu’il y avait plusieurs endroits où les animaux cassent des noix, travaillent, se rejoignent et développent des habilités techniques. Ils peuvent également transporter des outils et optimisent les activités en fonction des tâches à effectuer, de la dureté des fruits à ouvrir, du volume et du poids des éléments à transporter…

Cercle de pierres, Olduvai Tanzanie sol DK 1, 1.8 Millions d’années (@F. Joulian 1993) – Nid de chimpanzé, région de Gorowi près du Parc National de la Comoé, Côte d’Ivoire, 1994 (@F. Joulian)

                 A partir de ces observations et de ces analyses, Frédéric Joulian propose de réfléchir à  la notion de routine en opposition à la notion de forme. L’idée est de penser les éléments observés en termes de processus, de routines, de répétitions, de séquences, de séries… La question est de comprendre comment certains êtres (préhumains ou non humains) en sont venus progressivement à organiser l’espace, à l’aménager, à le transformer, à spatialiser les objets en fonction des besoins, des actions, … et comment cela a pu progressivement (en terme évolutif) se stabiliser dans des représentations mentales et sociales. Dans cette perspective, l’exemple de l’utilisation de l’arbre comme support d’habiter est intéressant. En Guinée littorale, les chimpanzés construisent quotidiennement des nids nocturnes et diurnes. Ces nids sont des aménagements par un tressage basique de branches réalisé en quelques minutes et de manière individuelle. L’arbre est alors un support pour se reposer. Ces aménagements peuvent être encore plus simples, une branche que l’on ploie par exemple et sur laquelle on va s’installer. Il ne s’agit alors plus d’un artefact mais de ce que l’on pourrait appeler un « naturefact ». Ces transformations du milieu par des aménagements ont une influence sur les évolutions des espaces en eux-mêmes. En effet, une branche souple et déviée deviendra avec le temps une branche solide à l’horizontale et constituera un support favorable à la réalisation d’un nouveau nid. Ainsi, selon des cycles de plusieurs années, les chimpanzés « domestiquent » le végétal, aménagent des structures, transforment, jouent sur le milieu. L’habitat est alors de plus en plus propice de plus en plus adapté, sans perdre pour autant ses caractéristiques naturelles. Il décrit et questionne ensuite l’évolution des structures d’habitat préhistoriques, des plus anciennes (plio-pléistocènes) au plus récentes de la préhistoire ; instillant également l’idée de les prendre bel et bien du point de vue de l’habiter et non seulement de l’habitation mais également en regardant de façon parallèle et systématique les aménagements ou constructions dites fonctionnelles (celles de l’unité d’habitation) et celle destinées aux défunts (il propose de reprendre ce dialogue avec les archéologues de façon plus approfondie dans le séminaire de l’année prochaine).

Aujourd’hui, quand on pense à la notion d’habiter, on se figure d’abord une maison, une enveloppe close et protective. En observant les non humains, notre regard se décale d’autant et s’ouvre permettant d’englober plus largement le passé humain et les temps incertains vers lesquels nous nous dirigeons d’une pensée durable.

Références :

Frédéric Joulian (sous presse) Modèles éthologiques pour la préhistoire ancienne. In : Une histoire des civilisations. Demoule, Garcia, Schnapp (dir.) La découverte.

Article à paraitre : Augustin Berque « En quoi le paysage est-il vivant »

Yoann Moreau, « Habiter le mouvement, aviver l’inerte. Une étude du geste, en mésologie« , compte rendu de l’intervention de Yoann Moreau dans le séminaire La geste technique du 16 novembre 2017

Karl Von Frisch « De l’architecture animale » Albin-Michel 1975

Hyperliens :

Un séminaire sur les questions d’espace au Collège de France : https://www.college-de-france.fr/site/philippe-descola/seminar-2016-04-14-10h00.htm

Techniques & Culture Réparer le Monde : https://tc.hypotheses.org/429
Techniques & Culture Le corps instrument : http://journals.openedition.org/tc/7287
Techniques & Culture Geste et Matière : http://journals.openedition.org/tc/5261
Techniques & Culture L’anthologie : http://journals.openedition.org/tc/4967
CR réalisé par Justine Faure / version révisée par Frédéric Joulian

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search