Peindre et donner. La sacralisation du geste pictural en Europe aux XVe-XVIe siècles

Compte rendu de l’intervention de Thomas Golsenne, 19 janvier 2018

Raphaël, Baldassare Castiglione v. 1514, Paris, Louvre – Vincent Van Gogh, Bottes de foin, 1890, Dallas Museum of art – Fra Angelico, Crucifixion avec s. Dominique v. 1442-45, Florence, couvent S. Marco

 Thomas Golsenne, historien de l’art, travaille depuis plusieurs années sur les apports de l’anthropologie contemporaine en histoire de l’art. Au cours des dernières années, il s’est intéressé plus particulièrement à l’anthropologie des techniques. Il propose ici de présenter un autre aspect de ses recherches lié à ce qu’il appelle l’anthropologie de la grâce. Ce travail s’inscrit dans une recherche plus vaste qui consiste à théoriser une contre-histoire de l’émergence du geste artistique et de la figure de l’artiste en histoire de l’art. Pour revisiter ce mythe de l’invention du style individuel et interroger la question de l’individualité, Thomas Golsenne utilise le concept de grâce.

Dans un premier temps, la grâce (associée initialement à la religion) concerne, au 15e siècle, le domaine de l’esthétisme. Présente dans l’art et la peinture, elle se manifeste d’abord dans le champ du comportement. C’est une attitude, agréable aux autres, qui s’accompagne d’une forme de nonchalance et de réussite dans les gestes. La grâce (dissociée du concept de beauté) apparait comme une forme de puissance qui traverse la personne quand elle accomplit un geste parfait. Prise entre le vu et le non vu, du registre du flou et de l’impalpable, la grâce révèle le paradoxe d’un art technique qui parait naturel. Aujourd’hui, en modernisant un peu le propos, on pourrait dire que la grâce est le concept cardinal d’une théorie du geste technique à la renaissance. L’exemple du pickpocket mis en scène par Robert Bresson dans son film en 1959 illustre bien la grâce à la fois du point de vue du divin et du geste technique. Le pickpocket peut être vu comme la définition par excellence de la grâce : ses gestes sont des gestes techniques qui demandent des années d’apprentissage mais qui à force disparaissent quand ils se manifestent. Ce film, permet de comprendre le mouvement gracieux, enchainement de gestes travaillés qui s’opèrent par la fluidité, la continuité, la discrétion, … Par ce parallèle avec le pickpocket, on comprend l’écart qu’il y a entre une théorie du style artistique individuel et celle de l’artiste gracieux.

Shitao, Monts Jingting en Automne, 1671, encre sur papier 86 x 41,7 cm, Paris Musée Guimet – Raphaël, Les trois grâces v. 1504-5, Chantilly, Musée Condé – Affiche du film Pickpocket de Robert Bresson, 1959

Dans un second temps, Thomas Golsenne propose d’associer le concept de grâce à celui du don. En effet, d’un point de vue social, la grâce est perçue comme un don reçu mais également comme un don offert aux autres. Au 15ième siècle, Léon Baptista reprend une définition stoïcienne du don en l’associant à la figure mythologique des trois grâces où l’une des sœurs donne, une autre reçoit et la dernière rend la faveur. Cette réflexion entre la grâce et la circulation du don au 15e siècle n’a pas été travaillée par les historiens de l’art ou encore par les anthropologues. Faire une anthropologie de la grâce pourrait aujourd’hui permettre d’associer les recherches anthropologiques faites sur le don avec les recherches sur l’histoire de la grâce.

Dans un troisième temps, il est intéressant de penser le concept de la grâce en relation avec celui de la possession (dans le sens de la transe et du chamanisme). Le lien entre ces deux concepts peut être expliqué à partir des études sur l’improvisation. En effet, des chercheurs et des philosophes comme Christian Béthune, qui travaille sur le jazz, montrent, d’une part, qu’il n’y a pas d’improvisation sans une forme de collectif et, d’autre part, qu’il n’y a pas d’improvisation sans imitation. L’improvisation implique donc l’existence de standards que les musiciens répètent, imitent et font varier selon leur propre goût et leurs propres modèles. Ainsi, l’improvisation et l’imitation ne sont pas en opposition mais se nourrissent l’une l’autre. L’exemple du duende décrit par Frederico Garcia Lorca illustre bien le lien entre improvisation, imitation, geste technique et grâce. L’expérience de la grâce comme une forme d’improvisation, n’est pas compatible avec les arts codifiés, écrits qui séparent la phase de conception de celle de la réalisation. A partir des travaux anthropologiques sur les rituels et notamment le travail de Marie-Noëlle Chamoux au Mexique, Thomas Golsenne propose de rapprocher le chamanisme à l’expérience de la grâce dans l’idée de la maitrise d’une forme d’expression qui s’adapte aux circonstances, à l’auditoire et qui est donc en partie improvisée.

A travers le travail sur le concept de grâce et les liens qu’il fait avec les techniques du corps, le concept de don et le chamanisme, Thomas Golsenne crée des ponts entre l’anthropologie et l’histoire de l’art. Le regard est alors déplacé pour révéler de nouvelles questions et enrichir la recherche.

Références :

Leon Battista Alberti, La peinture, trad. T. Golsenne et B. Prévost, revue par Y. Hersant, Paris, 2004
C. Béthune, Le jazz et l’Occident. Culture afro-américaine et philosophie, Paris, 2008
M.-N. Chamoux, « La transmission des savoir-faire : un objet pour l’ethnologie des techniques », Techniques&Culture, 54-55, 2010, en ligne : http://journals.openedition.org/tc/4995

CR réalisé par Justine Faure / version révisée par Thomas Golsenne


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search