Les soies et les corindons, des matières et des gestes

Compte rendu de l’intervention de Annabel Vallard, 19 janvier 2018

« Promotion de la culture vestimentaire par la Reine Sirikit, ici l’exemple du musée du textile situé dans l’enceinte du Palais Royal de Bangkok (©Thai Airways Magazine, http://www.thaiwaysmagazine.com/thai_article/30-02_queenmuseum/queenmuseum.html ). Jeune fille de Luang Prabang (Laos) (©cliché Raquez, A.F. Decoly, Saïgon) »

Annabel Vallard, anthropologue, travaille depuis plus de 10 ans sur des filières de matières premières en Asie du sud-est. Elle cherche à suivre les matériaux le long de leur transformation physique et les praticiens qui les travaillent. Après avoir étudié une filière textile de soieries au Laos, elle s’est intéressée aux collectionneurs et aux vêtements portés. Aujourd’hui, elle mène une recherche sur la partie la plus en amont de la filière, celle de la production du fil de soie. Le fond anthropologique de son questionnement réside dans la compréhension des rapports que l’on entretient en tant qu’être humain avec les matières et les matériaux. A partir des données de terrain récoltées au Laos et en Thaïlande, Annabel Vallard propose de comparer deux matériaux : la soie (du Bombyx mori L.) et les corindons (rubis et saphirs). Tout deux produits en Asie du sud-est, ils sont également liés à travers les usages que l’on en fait. En effet, la soie et les pierres précieuses sont immédiatement associées à la fois dans les imaginaires et dans les tenues vestimentaires et ornementales. Ces deux matériaux ont notamment été mis en valeur sur la scène internationale par la reine de Thaïlande Sirikit Kitiyakara à partir des années 1960. En effet, à travers son image, la reine a lancé un programme de préservation du textile et de la soie, a standardisé les costumes de cour, le port de la tenue traditionnelle et a aidé à la nationalisation de la soie thaïlandaise. Il en est de même pour les pierres précieuses, bien qu’elle soit plus discrète sur ce matériau. La reine associe ainsi dans ses tenues les corindons et la soie dans ses vêtements et ses accessoires (ceintures, bijoux, etc.).

« Des Bombyx mori L. à l’œuvre (©http://inserco.org/en/types_of_silk). Tissage dans la plaine de Vientiane (©Condominas & Gaudillot, La Plaine de Vientiane, Paris : Ed. P. Geutner & Seven Orients, 2000). Des clientes au Marché du matin de Vientiane (©Vallard 2000). »

Le rapport sensoriel que l’on entretient avec ces deux matériaux est très différent et intéressant à comparer. La soie et le port de la jupe tubulaire des groupes de langue tai en soie, par exemple, impliquent un certain nombre de techniques du corps, de codes et d’adaptations selon les contextes et les mouvements. En effet, le format étroit de la jupe entrave la marche, son système d’attache précaire menace à tout moment de se décrocher, la soie qui épouse les formes du corps l’érotise, etc. Bien que le corps soit contraint, le rapport sensoriel au matériau entraîne également un certain plaisir pour celui ou celle qui le porte ou le touche (la soie est douce, fluide, légère…). En termes de toucher, de rapport tactile et de sensation, on a une réelle continuité depuis le Bombyx mori L. qui la produit jusqu’au tissu. En effet, pendant sa forme larvaire, la chenille du ver à soie est extrêmement soyeuse, douce et molle. Dans cette perspective, le tissu n’est pas seulement pensé comme une surface ou un support de représentation, mais constitue une réelle épaisseur sensorielle et émotionnelle liée à des techniques du quotidien, à des rapports intimes à la matière.

Portraits d’un ver à soie (©Cooper 2012, www.macrocritters.wordpress.com)

Les rapports sensoriels que l’on entretient avec les corindons, bien que très différents de la soie peuvent également se révéler très intimes. En Thaïlande, région historiquement productrice de pierres précieuses, on assiste dans les années 1980 à une restructuration des filières. Le pays, plus qu’un producteur, devient une plaque tournante pour le commerce. Les corindons, deuxièmes pierres en terme de dureté (après le diamant) nécessitent, tout comme la soie, la mise en œuvre de savoir-faire particuliers. En effet, pour les tailler et réaliser le facettage, par exemple, on a besoin de particules de diamants et de certaines techniques lapidaires particulières. Dans les corindons, contrairement aux diamants dits « incolores », on ne trouve pas deux pierres similaires ; ce sont des pierres qui vivent par leurs inclusions. Ces inclusions sont un monde intérieur avec lequel on peut être en contact. Pour examiner les pierres, les experts utilisent leurs yeux, souvent appareillés de loupes… et cherchent la lumière. En effet, quand on taille une pierre, on enlève de la matière pour y faire entrer au mieux la lumière. Cette lumière en se réfractant donne un éclat et une couleur au matériau. Un jeu de géométrie se met alors en place entre la matière et le tailleur qui cherche en conservant le maximum de matière à révéler la lumière et à illuminer le monde intérieur de la pierre..

Corindons : brut/taillé (Pailin, Cambodge) (©Pardieu, www.fielgemology.org). Les angles de taille d’une pierre gemme (©http://www.wikiwand.com/fr/Lapidaire). Des négociants en pierres de couleur au travail, Chanthaburi (Thaïlande) (©Vallard 2016)

Que ce soit les pierres précieuses ou bien la soie, on voit comment l’être humain peut entretenir une relation corporelle et sensorielle avec la matière de façon très différente. A terme, l’objectif d’une telle recherche comparative avec différents types de matériaux permettrait de comprendre en quoi les matériaux ont une influence sur les structurations des filières, sur les rapports que l’on entretient entre humains autour de ces matériaux et enfin sur les rapports que l’on a en tant qu’individu avec ces matériaux d’un point de vue technique, sensoriel et émotionnel.

 

CR réalisé par Justine Faure / version révisée par Annabel Vallard


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search