Les mains dans le cambouis : introduction et réparations du rickshaw au Congo

Compte rendu de l’intervention de Yann-Philippe Tastevin, 19 octobre 2017

Couverture de l’ouvrage «Turtle 1, Building a car in Africa», Melle Smets et Joost van Onna – Damian Ortega – «Cosmic Things», 2002 – Disassembled 1989 Volkswagen Beetle, 265*276*296 inches. The Museum of Contemporary Art, Los Angeles

Dans son intervention, Yann Philippe Tastevin revient sur son travail de thèse et son expérience de terrain sur le cas du rickshaw à moteur. Son travail, axé sur les questions du low tech (cf. numéro 67 de Techniques&Culture : http://journals.openedition.org/tc/8260), cherche à comprendre les processus d’innovation et de globalisés des technologies.

Comment des objets, des procédés de fabrication, des matériaux ou des composants peuvent être recomposés et réinventés alors qu’ils circulent entre différents milieux sociaux et diverses parties du monde. C’est ce qu’il se demande en étudiant des filières de fabrication, autant industrielles qu’artisanales, qui se déploient principalement en Afrique, aussi bien qu’en Asie et relient des États aussi différents que l’Égypte et l’Inde.

Le cas de l’autorickshaw invite à rompre avec une vision un peu trop linéaire des filières (conception, fabrication, distribution, usage) au profit d’autres modes de partage et de distribution de l’acte de composition lui-même, des modèles alternatifs impliquant d’autres durées, doivent être envisagés et notamment celui de la maintenance généralisée. Oui, maintenir est le geste low tech par excellence.

Et une anthropologie (du) low tech ne peut qu’accorder une place centrale à tout ce qui s’assemble et se réassemble dans les activités de réparation et de maintenance, mais aussi à tout ce qui vient faire filière à nouveau ou se remet en circulation autrement, dans d’autres états, loin de leurs lieux d’origine, souvent sous-estimé dans les approches partant des inventions pour aller vers les usages. Ici et ailleurs, des communautés de pratique expérimentent, détournent des objets techniques réputés fermés ou clos, qui ne peuvent plus être modifiés, en objets techniques ouverts, qui peuvent être réactualisés, réparés, et transformés. Et ce à de multiples échelles.

Rickshaw en Kit, Usine d’Aurangabad – Montage du rickshaw, Garage à Kinshasa – Rickshaw en attente de réparation, Garage à Kinshasa

Dans le cadre de son travail de thèse, Yann Philippe Tastevin, a suivi cet objet à trois roues depuis les petites villes du continent africain où il est vendu et utilisé jusqu’aux usines indiennes où il est conçu et fabriqué. Pour parler de son travail, il a choisi ici de présenter une expérience de terrain significative documentée à la fois par ses observations, sa narration et un film réalisé sur place : https://www.dailymotion.com/video/xf8js6

Le film montre précisément comment les garagistes du coin s’emparent de la machine indienne, lorsque le premier conteneur débarque à Kinshasa (2010), en documentant l’adaptation à l’œuvre à partir des pièces qui cassent, de pannes imprévues. Alors que la filière d’importation se met en place au Congo, le sort commercial de ce nouveau mode de transport dépend en partie de sa fiabilité technique, c’est-à-dire des possibilités locales de maintenir la nouvelle machine en état de marche avec malgré des pièces provisoirement irremplaçables faute d’approvisionnement.

Réparation de la tête de transmission, Garage à Kinshasa

 

CR réalisé par Justine Faure / version révisée par Yann Philippe Tastevin


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search