Collecter, muséographier : le cas du Musée national des arts et traditions populaires

Compte rendu de l’intervention de Marie-Charlotte Calafat, 19 octobre 2017

Enquête sur la viticulture en Bourgogne (1946-1950). Chez Monsieur Philippe Ducroc. Séquence de fabrication

Marie-Charlotte Calafat, propose dans sa première intervention dans le séminaire, de revenir sur la question de la collecte et de la muséographie liée aux objets techniques, aux savoir-faire et aux gestes.

A travers l’exemple du musée des Arts et des Traditions Populaires fondé à Paris par Georges Henri Rivière en 1937 et ouvert au public en deux temps (1972 pour la galerie scientifique, 1975 pour la galerie culturelle), elle retrace les processus d’enquêtes et de mise en espace et en parole des objets. Le travail de recherche s’appuie tout d’abord sur une méthode : celle de l’ »enquêtes collectes ». Théorisées et mises en pratiques à partir de la fin des années 30 (Basse Bretagne, Marionnette, Sologne…), elles sont poursuivies pendant la Seconde Guerre Mondiales avec les Chantiers Intellectuels, le but étant de préserver un certain nombre d’objets et de techniques vouées à disparaitre. Trois « chantiers intellectuels » sont accordés au Mnatp de 1941 à 1946 par le Commissariat à la lutte contre le chômage de la Délégation générale à l’Equipement national. Disposant de moyens humains et financiers importants, ces chantiers sont des enquêtes sur le terrain menées sur la France métropolitaine et appliquées à l’architecture rurale (dite EAR, chantier 1425), le mobilier traditionnel de la France (dite EMT – chantier 909) et aux techniques artisanales (chantier 1810). Il en résulte d’importantes archives écrites, photographiques et graphiques. Pour l’EMT par exemple, 13 784 dossiers sont constitués par les enquêteurs. L’objectif premier est l’observation des meubles dans les maisons et dans les fonctions pour lesquelles ils ont été réalisés. Une méthodologie précise est utilisée. Elle comprend le relevé des informations suivantes : département, commune, nom du propriétaire du meuble, dénomination (en français et en dialecte), provenance (de fabrication et d’usage), époque, description, matériaux et techniques, inscriptions, réparations et transformations, techniques de fabrication (qui, où, comment), fonction et localisation dans la maison, coutume et croyance liées au meuble, prix, histoire du meuble, type de meuble. En compléments, un journal de route, des photographies, dessins côtés, coupe dans les assemblages, frottis et moulage de décors sont réalisés. Ainsi, le travail de terrain consiste alors à collecter des objets, des images (dessins, photographies, films), la parole et les gestes des gens (artisans, habitants, usagers…), etc. On ne questionne pas seulement les objets mais tout ce qu’il y a autour et notamment les attitudes de travail, les processus de fabrication, les usages… Le travail de terrain est le plus précis et le plus scientifique possible.

Processus de fabrication d’une boule de pétanque cloutée, Musée national des Arts et des Traditions Populaires

Malgré la forte proposition d’archives collectées sur le terrain (sonores, audiovisuelles, photographiques et papiers), la restitution sur le plan muséographique passe principalement par l’objet. Deux solutions envisagées au MnATP sont développées. D’une part, la « séquence de fabrication ». Il s’agit d’une série constituée d’artefacts du même objet conservés à divers moments de sa chaîne de production. Elle permet de reconstituer la matérialité de l’objet en transformation, depuis sa création jusqu’à son aboutissement. Elle s’accompagne le plus souvent de prises de vue, de notes, de calques et de dessins réalisés sur le terrain par l’enquêteur. La séquence de fabrication se prête à une transposition muséographique. L’enquêteur décompose un processus opératoire, identifie les actions et les outils dans une démarche classificatoire et la vitrine reconstruit cette proposition en montrant ce langage technique. Des vitrines du MnATP telles que « Du blé au pain », « De la vigne au vin », « De la toison à la vêture », « De l’arbre à l’établi », « De la terre au pot », « De la carrière à l’édifice » permettaient de montrer comment se développaient les techniques artisanales. Ces vitrines se lisaient de gauche à droite comme dans un livre ouvert.  D’autre part, l’autre solution muséographique envisagée est l’«unité écologique ». L’unité écologique est un ensemble collecté et restitué à l’identique, dans une démarche scientifique qui s’appuie sur un souci de contextualisation et de restitution efficace auprès du public. Inspirée des travaux d’André Leroi-Gourhan sur le site de Pincevent, elle témoigne tout d’abord de la volonté de Georges Henri Rivière d’expliciter les objets dans leurs relations avec les hommes et leur milieu naturel. C’est un principe muséographique qui donne à voir le contexte, travail qui nécessite un exercice préalable rigoureux in situ, proche de la fouille en archéologie. L’unité écologique est donc une présentation qui se veut fidèle à la réalité, rigoureuse et scientifique mais aussi susceptible d’émouvoir les visiteurs. Cette forme muséographique a vu le jour en France lors de l’ouverture de la galerie culturelle du MnATP en 1975. Elle n’est pas présente dans la galerie d’étude qui est vouée, elle, à un public de spécialistes, étudiants et collectionneurs. Parmi les unités écologiques des collections étaient exposées un intérieur de Basse-Bretagne, salle commune de la maison des Deuffic à Goulien (Finistère), une forge de Saint-Véran (Queyras, Hautes-Alpes) d’Abraham Isnel, l’atelier d’un tourneur (Maine) de Désiré Louvel, un buron d’Aubrac, le cabinet de voyance de Belline. Elles s’accompagnent de fonds sonores et de visuels qui participent à leur caractère immersif.

Vitrines de Georges Henri Rivière pour le musée national des Arts et des Traditions Populaires

 

CR réalisé par Justine Faure / version révisée par Marie-Charlotte Calafat


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search