Introduction au séminaire et au dialogue « Science, Musée, Société »

Compte rendu de l’intervention de Frédéric Joulian, 19 octobre 2017

André Leroi-Gourhan, chargé d’objets collectés et photographié par sa femme Arlette au retour de la mission en Hokkaïdo, été 1938 (© archives CNRS-MAE/fonds Leroi-Gourhan) – Extraits des illustrations de «L’homme et la matière et Milieu et techniques» de André Leroi Gourhan

Dans une introduction au Séminaire, Frédéric Joulian propose, dans un premier temps, de revenir sur la genèse de ces rencontres à travers une mise en perspective du titre choisi pour le séminaire : « La geste technique, parler objets… par les milieux. Actualités de la recherche et de la muséographie ». Le choix du premier titre « La geste technique » vient d’un des textes fondateurs de l’anthropologie sociale : « La geste d’Asdiwal » de Claude Levi-Strauss en 1957. Dans ce texte, Levi-Strauss décrit, à travers l’exemple des sociétésde la côte nord ouest américaine, les mythes comme des atomes élémentairesstructurant la société.  A travers l’étude des mythes, il touche non seulement à la symbolicité mais aussi à la matérialité des sociétés étudiées (organisation des espaces et des territoires, échanges humains et matériels, …). Le séminaire « La geste technique » reprend et détourne cette idée selon laquelle les gestes peuvent être pris comme des éléments sémiotiques que l’on pourrait analyser en tant qu’éléments constitutifs et structurants d’une culture. Aujourd’hui, 80 ans après les travaux de Marcel Mauss, les sciences sociales ont surtout travaillé sur les techniques et les objets au détriment de la question des gestes en tant « qu’objets culturels » à part entière.. Le séminaire propose de revenir sur la dimension dynamique et adaptative des gestes, et de les explorer collectivement de façon analytique et critique à travers la mise en résonnance des différentes interventions tout au long de l’année. Le sous-titre « Parler objets par les milieux » a été choisi en opposition à une tendance qu’a la recherche à opposer objets, gestes et systèmes. Ce séminaire cherche au contraire à ré-ouvrir les rapports entre ces trois dimensions et à réintroduire les éléments de contextualisation en lien avec la mésologie -et les travaux d’Augustin Berque notamment. Le troisième sous titre, « Actualité de la recherche et de la muséographie » témoigne de l’intérêt du séminaire pour la restitution et les échanges entre recherche et espaces muséographiques. En effet, la dimension collaborative du séminaire entre l’EHESS et le MUCEM, deux espaces qui n’ont pas la même visée au départ, permet des débats inédits et de dépasser les clivages qu’il peut y avoir entre le monde de la recherche et les musées de culture ou de société. De la même façon, ce séminaire cherche à dépasser les enjeux de hiérarchisation entre les disciplines (très présents dans le secteur de la recherche), et également entre les objets d’études considérés parfois comme plus ou moins importants, plus ou moins légitimes. Ainsi, les hiérarchies et les clivages entre Low et High culture, entre savant et populaire, entre musée de culture et musée de société seront remis à plat.

Extrait de «Curious Rituals, Gestural interaction in the Digital Everyday» Nicolas Nova, Katherine Miyake, Walton Chiu, Nancy Kwon

Dans une seconde partie d’exposé, en revenant sur l’histoire de l’anthropologie des techniques et des gestes à travers le programme fondateur  d’une étude de l’homme total de Mauss, les collectes d’André Leroi-Gourhan pour le musée de l’homme ou le musée Guimet ou encore les grands utopiques sur l’étude globale des gestes et des techniques comme le séminaire « Culture matérielle » à Paris 1 dans les années 1980, Frédéric Joulian montre combien ce champ de recherche est diversifié et dynamique. Cependant, aujourd’hui, les savoirs se sont hyperspécialisés et sont donc segmentés. Sans prôner une approche holistique, il semble important de réintroduire de la complexité, de re-contextualiser et de re-sociologiser les objets d’études qui ont perdu leurs significations sociales, économiques, culturelles et symboliques. Cette question d’une appréhension  globale des techniques, objets et des gestes se pose également pour la conservation. En effet, la réflexion sur la culture matérielle et les objets dans un musée est importante du point de vue de la restitution des processus et des savoir-faire. Le musée, s’adressant à un ou des publics spécifiques, a une visée plus large de transmission, de communication. Il ne peut pas traiter les sujets « hors sol », uniquement du point de vue de la recherche mais doit le faire en relation avec les usagers, les utilisateurs et les visiteurs. A partir de là, on peut entamer une réflexion pour chercher des façons de traduire les sciences humaines et sociales et de les diffuser. Cette réflexion sera prise dans ce séminaire comme un élément essentiel de la recherche et a-posteriori ou « à côté ». Associée à la question de la restitution et de la communication, on peut également se poser la question des méthodes utilisées pour décrire et analyser les gestes, les savoir-faire et les techniques. Ici aussi, il est intéressant de voir comment cet objet de recherche que constituent les gestes (ou la geste) permet de fédérer autour de lui une diversité de méthodes et une interdisciplinarité originale. En effet, les chercheurs peuvent avoir recours à différents média comme le dessin, la photographie, l’enregistrement audio et/ou vidéo, au film commenté, à des capteurs divers et variés… Ces méthodes ne sont pas neutres, elles transforment la relation que nous avons aux objets et aux gestes par le cadrage, la texture, les choix de représentation ou la temporalité par exemple. Il semble donc important de se demander comment décrire ? Quels modes d’enregistrement ? Qu’est ce que cela provoque sur les processus de recherche et de restitution ? Sur l’objet en lui-même ? etc. Ces préoccupations en termes de méthodologie et de forme seront également au centre des réflexions proposées par le séminaire tout au long de l’année. Repenser ce champ de la recherche autour des questions des techniques et des gestes semble aujourd’hui essentiel au vu des économies numériques et de la marchandisation de la connaissance. En effet, le travail des ethnologues, des historiens, des archéologues, des designers… sur les techniques et les gestes intéresse de plus en plus le secteur privé. Des projets de recherche interdisciplinaires contemporains proposé par Nicolas Nova (dans « Curious Rituals) et ses étudiants témoignent de cet intérêt, des liens possibles entre les disciplines ainsi que des potentiels développements de projets d’application concrets.

Hyperliens :

Vidéo à la Cité des Sciences : https://www.inrap.fr/colloque-international-transmettre-les-savoirs-archeologie-des-apprentissages-13069

Émission radio sur France Culture : https://www.franceculture.fr/emissions/carbone-14-le-magazine-de-larcheologie/il-y-a-de-la-cognition-dans-lair

 

CR réalisé par Justine Faure / version révisée par Frédéric Joulian


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search