La recherche au musée

Entretien avec Aude Fanlo, adjointe au responsable du DRE au Mucem

Dans cet entretien, Aude Fanlo, ajointe au responsable du département « Recherche et enseignement » du Mucem , revient sur le travail des quatre dernières années, depuis l’ouverture en 2013 du musée. Elle tire les fils de ce qui a fonctionné, des apports et limites de la méthodologie développée, de ce qu’il reste à affiner. A travers cette conversation où l’on évoque aussi bien les origines du Mucem (qui tire son origine et ses collections du musée National des Arts et traditions populaire) que l’amplitude de son objet actuel ou encore la centralité de la culture matérielle, on voit apparaître petit à petit la spécificité d’un « laboratoire » dont l’identité – en construction – s’appuie davantage sur des manières de faire que sur un positionnement théorique ou un rattachement disciplinaire. Le département recherche défend la mise à disposition d’un espace et les vertus d’un positionnement tiers par rapport aux espaces traditionnels de la culture, de l’art et de la recherche.     

Elise et Emmanuelle   En quoi consiste le rôle du département recherche  au sein du Mucem ?   

Aude (A): On est là pour créer les conditions d’une émulation entre les chercheurs en sciences humaines et sociales et les activités du musée. Avec qui, pourquoi, sous quelles formes peut-on le faire ?  Comment le travail des chercheurs (je veux dire la manière de travailler des chercheurs, la manière d’aborder un sujet, et pas seulement les résultats de recherche qui, eux, constituent la bibliographie propre à tel ou tel sujet), comment cela peut-il orienter le travail de fond du musée, c’est-à-dire   la constitution de ses collections ou le propos de ses expositions ? Et réciproquement, comment le musée peut-il lui aussi produire une réflexion qui lui soit propre ? Et pas seulement sur les questions de patrimoine, où on l’attend naturellement, et où on l’enferme parfois, mais sur les thématiques de société au sens large (environnement, genre, circulations….) . Quand je dis que la recherche est l’objet même du musée, ce que je veux dire, c’est que pour être en capacité de sélectionner des thématiques, des manières de les traiter, de les archiver et de les diffuser, en fait tu dois assumer un positionnement et l’expliciter.

Elise et Emmanuelle : le département recherche, c’est un laboratoire au Mucem ?

A : A ceci près qu’un laboratoire, en principe, a un champ géographique, thématique, ou disciplinaire qui en définit les contours. Aux ATP, le principe était bien celui d’un laboratoire, au sens CNRS, qui était intégré au musée.  Mais l’affaire était plus claire, parce que le champ d’étude était plus précis : des chercheurs faisaient du musée l’outil de conservation et d’exposition de la discipline qu’ils étaient en train de construire, l’ethnologie française. A partir de là, et même si je caricature, on collectait des objets qui documentaient systématiquement un périmètre précis, selon les méthodes de la discipline : l’atelier d’un forgeron ou un intérieur de ferme, un territoire régional comme l’Aubrac, ou encore un procédé artisanal. On observait des chaînes opératoires et des usages pour parler des techniques de fabrication. Mais ces mises en série, ou ces prélèvements d’échantillons exemplaires, sont impossibles à l’échelle d’un musée « des -civilisations –de- l’Europe- et- de- la- Méditerranée », qui couvre un champ très étendu de l’origine des espèces à l’ultra contemporain !….(rires)  Donc quand tu passes d’un musée d’ethnologie à un musée pluridisciplinaire, quand tu passes de la France  à  une échelle européenne, méditerranéenne, et mondialisée, tu es confronté à toute une série de nouveaux défis. D’une certaine manière, aucun laboratoire ne suffirait à épuiser l’objet de ce musée tel qu’il est aujourd’hui et donc on a préféré avoir, disons, un centre qui joue la carte de l’interface avec des laboratoires différents.  Bon, par exemple, si tu es un musée Picasso, eh bien ton champ de recherche c’est Picasso, et ton champ d’objets, ce sont les tableaux de Picasso ; mais si tu es un musée qui parle des enjeux de sociétés contemporains, avec les éclairages multiples que peuvent apporter à leur compréhension l’anthropologie, l’histoire, l’histoire de l’art etc, nécessairement ton périmètre, c’est la problématique de recherche que tu as posée. Le but n’est pas de produire un savoir encyclopédique sur l’Europe et la Méditerranée ce serait perdu d’avance, c’est d’interagir avec la recherche pour trouver des approches, des biais, des cadres pertinents pour circonscrire et problématiser le champ qu’on a choisi.  Aux ATP, tu pouvais sélectionner 150 fourches, et comparer 150 façons de fourcher. Difficile de faire cela à l’échelle euro-méditerranéenne. Donc tu vas prélever des échantillons, à condition que cette sélection soit argumentée par une réflexion documentée qui la légitime.

Emmanuelle : Oui,  on sent ici  qu’il y a une centralité de la culture matérielle, l’ importance de passer par l’objet, de pouvoir collecter des objets pour pouvoir parler d’un sujet donné, et ça ce n’est pas forcément évident pour moi, par exemple, qui suis sociologue et qui n’ai pas l’habitude de travailler en partant des objets.

AF :   Ce qui est sûr, c’est qu’un musée est un lieu qui conserve des objets, c’est-à-dire des items en 2D et 3D.   C’est ce qui le distingue d’un centre d’archives par exemple, d’une bibliothèque, d’un site internet.

Emmanuelle : Et donc, la question de l’objet, c’est une bonne question. Quels sont les objets qui pourraient parler de ma recherche ? Je suis passée au marché de Noailles hier, et j’ai trouvé par terre un petit ticket que les ouvrières mettent dans les cagettes pour la traçabilité et sur le ticket il y avait écrit « Envasadora n°10 » (Emballeuse n°10). A travers ce ticket, tu sais que la travailleuse est désignée dans l’exploitation qui l’emploie par un numéro, que grâce à ce numéro tu peux remonter d’une cagette jusqu’à la travailleuse qui l’a remplie. Tu sais aussi que c’est une femme, et que même si c’était un garçon le ticket indiquera « emballeuse » parce que tu es dans un marché du travail tellement féminisé qu’ils n’ont pas imprimé des tickets au masculin. Et enfin, ce papier est écrit en espagnol, parce que les fruits et légumes de Noailles viennent soit des enclaves intensives marocaines, soit des enclaves espagnoles. Ce papier, il me permet de dire tout ça. Donc ce n’est pas inintéressant de poser cette question de l’objet.

A : Oui, c’est typiquement le genre de « pas de côté » que peut faire un chercheur lorsqu’il s’acculture au musée. Ce détour interprétatif par l’objet me semble intéressant. Mais pour faire « parler » cet objet, il faut lui poser les bonnes questions, et donc avoir la connaissance du contexte d’ensemble sur lequel tu travailles. Et pour le faire « entendre » , il faudra accompagner ce ticket de témoignages (des photos, des films, des rapports, des entretiens) qui vont expliciter les contextes de production dans lesquels ce ticket est utilisé, des entretiens des emballeuses qui vont expliquer leurs conditions de travail, de ceux qui contrôlent cette traçabilité et des circulations marchandes que cela suppose etc. c’est le sens des enquêtes-collectes, ou la raison pour laquelle on trouve tant de vidéos dans nos collections et dans nos expositions. Tout cela va montrer comment fonctionne cet objet, qui s’en sert, pourquoi, quelles interactions s’organisent autour de lui, etc.  Les objets en 3D sont associés à cette documentation pour constituer un tout. Mais effectivement c’est en aller-retour : pour vous ce qui semble désacclimatant c’est la question de l’objet, et réciproquement, pour le musée, ce qui est désacclimatant c’est cette mise en perspective que tu fais, qui ouvre sur la production intensive, l’alimentation, la mondialisation des marchés, etc … on est loin de la fourche (rires) !. Cela suppose de s’accoutumer à un regard à la loupe sur les objets pour en percevoir les détails significatifs et en même temps à distance pour les situer dans des contextes larges.

E/E : c’est ce dialogue entre chercheurs et conservateurs qu’il faut entretenir ?

Oui. Denis a tenu à intégrer le département recherche à l’équipe scientifique pour cette raison. C’est dans ce sens-là qu’on peut parler de laboratoire : un lieu où on expérimente des manières de travailler ensemble. Le musée est un outil de médiation pour les chercheurs : travailler avec le musée c’est se confronter à des objectifs de patrimonialisation (Pourquoi on conserverait telle ou telle chose, qui les donne, quelle mémoire individuelle et collective ils sont censés constituer ?) et de diffusion (les expositions, qui déploient dans l’espace un propos thématique, qui sont adressées à un très grand public etc). La fonction du département, c’est d’être un endroit où on essaye d’inventer des dispositifs, quels qu’ils soient, qui permettent de rapprocher des compétences de métier qui ne se recoupent pas. Le travail d’un conservateur, qui construit une politique d’acquisition ou un projet d’exposition, n’est pas exactement l’exercice scientifique d’un chercheur, ni l’exercice de création d’un artiste. Ce sont ces croisements-là qu’on essaye de faire. Pour le moment, ce sont des dispositifs concrets et hybrides comme ceux des enquêtes-collectes ou les séminaires de préparation des expositions. Pour Vies d’ordures par exemple, des anthropologues sont retournés sur leur terrain de prédilection avec des contraintes d’écriture et des objectifs de terrains, travaillés avec l’équipe des commissaires, des scénographes, des vidéastes, et pour l’exposition : cela a créé sur le terrain de nouveaux rapports aux enquêtés, et à leurs propres pratiques.  C’est aussi ce qu’on teste avec certains de nos séminaires, pour préparer des expositions : pas seulement pour garantir scientifiquement un sujet, mais pour servir de moteur à la construction du propos.  On essaye de faire en sorte que ce soit moins une succession de communications que des workshops préparatoires, avec des contraintes et des règles du jeu posées en amont et liées au projet. Des contraintes productives. Pour nous, une exposition peut être un objet d’expérimentation pour un ensemble d’acteurs : des chercheurs, des conservateurs, des commissaires d’expo, des artistes. Après, je suis sûre qu’il y a bien d’autres formules qu’on n’a pas explorées et qu’il faudrait inventer. Ici,   les débats inépuisables sur l’interdisciplinarité, d’une certaine manière  se règlent au sens où  on représente un lieu tiers:    tu mets des gens ensemble qui ont des pratiques différentes, qui ont des objectifs différents, qui ont des habitudes différentes, qui ont des réseaux différents, et qui à un temps T se retrouvent autour d’un objet commun et qui n’est pas vraiment le leur. Et c’est cette désaccoutumance qui est brève… mais qui fait qu’à un moment donné tu ne travailles plus exactement pour toi-même.

E/E : Ce carnet est un de ces chantiers collectifs?

  1. Je pense que vraiment l’intérêt c’est d’essayer de susciter le questionnement des chercheurs sur ce qu’ils pourraient faire au musée, et là, le champ est infini, parce que franchement, l’activité quasi-quotidienne du département, c’est de positionner le musée autrement que comme simple lieu de diffusion. C’est-à-dire de ne pas s’en tenir, même si bien sûr elle n’est pas exclue, à la proposition spontanée : « je travaille sur un sujet de recherche passionnant, et si je faisais une super exposition au musée !!! Vous avez de beaux locaux et puis on voit la mer », mais plutôt de faire en sorte que le musée soit un lieu de production où différents professionnels acceptent de se contorsionner pour un exercice heuristique un peu particulier. En fait,  il faudrait demander aux différents chercheurs avec qui on a travaillé ou qu’on a accueillis, de revenir sur quelque chose qu’ils ont produit  au Mucem qu’ils n’auraient pas cherché, ou pas produit si ils ne s’étaient pas retrouvés dans ce cadre-là.

E/E : Il y a aussi la question des publics,  c’est une contrainte qui est intéressante. Par exemple l’exposition sur le foot, on voit qu’elle a été pensée en amont pour ramener au musée des gens qui n’y vont pas d’habitude. J’y ai été dimanche, et il y a une partie où tu rentres dans une petite salle qui te fait rentrer dans l’ambiance d’un stade. En sortant de l’exposition, je me suis baladée à vélo dans Marseille et à 13 heures, je me suis retrouvée sur le Prado, et une centaine de supporters bloquaient le boulevard, en criant les slogans de l’OM. Je crois que c’est la seule fois où j’ai pu observer le même jour un phénomène qui m’était donné à voir au musée et que je retrouvais dans la rue juste après. Ça veut dire qu’à un moment, le musée parvient à être en connexion avec la vie et pas avec quelque chose qui est mort, et c’est une grande réussite.

A : Pour les collections comme pour les expositions, cette veine contemporaine est en effet ce que nous avons jusqu’à présent le plus clairement défendue avec « Ordures », avec « foot », une manière de traiter du présent. Mais ce n’est pas évident parce que notre fonctionnement muséal est à la fois celui d’un lieu de productions d’événements culturels (les expositions, les spectacles, les conférences etc) et celui d’un centre d’archives, qui produit et conserve des sources. En principe, cela devrait aller ensemble : on constitue des collections et on les montre ; mais dans les faits, ces deux versants sont souvent en tension, ou en tout cas en décalage. On cherche à dire des choses du monde où l’on vit pour les gens d’aujourd’hui et pour les gens « d’après » : cela suppose de tenir en même temps des objectifs de transmission à très court terme et à très long terme, qui ne répondent pas forcément aux mêmes logiques. Et chaque fois, le sens produit va se déplacer. C’est pour cela qu’avec des thématiques comme celle du traitement de l’épidémie du sida, et des mobilisations militantes qui se sont organisées au plus fort de l’épidémie,  on essaie de travailler avec les principaux acteurs (les malades, les soignants, les associations…) non seulement pour documenter le sujet, mais aussi pour construire avec eux la mémoire de ce qu’il y aurait à garder du phénomène observé. C’est une autre forme de séminaire exploratoire qu’on a lancé et qui me semble stimulante.