Une valorisation de la collection “sida” du Mucem

Le livre Archives des mouvements LGBT+, Une histoire de luttes de 1890 à nos jours dirigé par Antoine Idier et publié aux éditions Textuels sort officiellement aujourd’hui. L’occasion pour nous de revenir en image sur la collection “sida” du Mucem, à laquelle cette publication fait la part belle.

Au cours de cet ouvrage, le lecteur est invité à découvrir “une collection d’archives des minoritaires sexuels” à travers un parcours chronologique découpé en cinq grandes parties :
– 1890-1945 : une expression publique naissante mais visible
;
– 1968 : une homosexualité fortement réprimée, des voix obstinées
;
1968-1982 : une décennie de libération radicale ;
– 1982-… : face au sida, le contre-pouvoir des malades
;
– 1992-… : du pacs au “mariage pour tous”

Dans les deux dernières parties, consacrées aux luttes contre le sida et pour la défense du pacs et du “mariage pour tous”, le livre emprunte de nombreux documents issus des collections du Mucem. En effet, le musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée conserve dans ses réserves de nombreux témoins de l’histoire européenne et méditerranéenne des luttes contre le VIH-sida. Plus de 12 000 œuvres, objets et archives ont été collectés dans les années 2000 par deux chercheurs associés au Musée national des Arts et Traditions Populaires (MnATP), Françoise Loux et Stéphane Abriol. Cette collection, aujourd’hui regroupée dans le pôle sport & santé, forme un corpus inédit, dans le paysage des institutions patrimoniales françaises, pour aborder l’histoire sociale et culturelle du sida.

« La démarche du musée dans le cadre de cette collecte a toujours été de travailler en commun avec des particuliers et des associations de lutte contre le sida. […] A chaque rencontre ou contact avec une association, nous leur demandions de nous dire : parmi les objets qu’ils nous donnaient, lesquels faisaient plus sens à leurs yeux et pourquoi ? […] En offrant un espace de parole et de réflexion aux personnes concernées et en collectant une mémoire fragile et pourtant si nécessaire de la lutte contre l’épidémie, le musée entendait se placer au service de la société et se posait les questions de la légitimité, pour un musée, d’être acteur dans la lutte contre le sida et selon quelles modalités »1.

Ainsi sollicitées, de nombreuses associations de lutte contre le VIH-sida2 ont donné des objets (banderoles, tracts, affiches, revues associatives, brochures de prévention, etc.), témoins de leurs luttes et de leurs histoires. Depuis 2013, le Mucem continue cette démarche en recevant notamment de récents dons en provenance d’Act up-Paris, de Tom Craig – photographe militant qui a documenté l’histoire de l’association parisienne de 1994 à 2013 – de l’association Bernard Dutant et du CRIPS Paca.

Toutes ces collections et archives, ainsi que les ressources documentaires liées peuvent être consultées au Centre de Conservation et de Ressources du Mucem, situé dans le quartier de la belle-de-mai.

Le premier ensemble de documents mobilisé par l’ouvrage en question, pour évoquer la lutte contre le sida, fait référence à l’association parisienne Act up-Paris.
Crée en 1989 sur le modèle d’Act up New-York, l’association confère un sens “politique” à la lutte contre le sida “par des modes d’action ou de mises en scène de l’épidémie visant à transformer les représentations dominantes”3.

Cette volonté se lit notamment par l’usage d’un graphisme soigné : le triangle rose que l’on retrouve par exemple sur la première affiche (N°inventaire 2003.21.7) fait référence à l’insigne imposé aux homosexuels déportés par les nazis pendant la seconde guerre mondiale. En renversant ce symbole, Act up marque sa filiation avec la communauté homosexuelle et témoigne de sa volonté d’inverser les logiques de domination (cette volonté se traduit également dans le nom même de l’association : Act up signifie AIDS Coalition To Unleash Power, ce qui peut se traduire par Coalition de lutte contre le SIDA pour prendre le pouvoir). Ce langage graphique a été développé par Gran Fury, collectif d’artistes new-yorkais formé en 1988 par des membres d’Act up New-York. Dans les supports militants déployés par l’association, le triangle inversé est souvent associé avec le slogan “SILENCE = DEATH”, produit pour Act-up en 1987 par le SILENCE=DEATH project design, comme sur cette affiche d’Act up Amsterdam (N°inv 2005.47.254) ou cette affiche d’Act up-Paris (N°inv : 2002.127.274). L’association du slogan et du graphisme traduit l’idée que le manque d’action politique pour mettre fin à l’épidémie de sida s’apparente à une forme de génocide4.

Les autres documents concernant Act up-Paris, choisis pour ce livre, témoignent du fort engagement politique de l’association parisienne, comme cette affiche créée en 1997, qui désigne la responsabilité juridique de l’état français dans la lutte contre l’épidémie. A travers le slogan “Par le sang. Par le sperme. Par la loi” (N°inv 2003.125.93), l’association rappelle que le caractère mortel de cette maladie n’est pas uniquement lié à des causes biologiques. Cette seconde affiche, également datée de 1997 (N°inv 2003.21.9) dénonce la lutte contre l’immigration clandestine de l’époque et rappelle que la “lutte contre l’immigration clandestine” est une politique qui tue. En expulsant les personnes atteintes par le VIH ou d’autres pathologies graves vers des pays où elles ne pourront pas être soignées, faute de soins et d’infrastructures sanitaires adaptées, le gouvernement français les condamne à mort.

Des tracts, flyers et affiches, témoignent également de l’engagement de l’association à travers sa participation à des évènements iconiques comme la gaypride, ici en 1992 (N°inv 2003.21.12), 1996 (N°inv 2003.125.16) et 1998 (N°inv 2004.212.8), ou le 1er décembre, journée internationale de lutte contre le sida, comme en 2007 (N°inv 2008.40.5).

Au-delà des affiches, tracts et flyers, le Mucem conserve également ddu matériel militant, utilisé lors de manifestations, de happenings ou de zaps. La pancarte “PACS, trahison socialiste” (N°inv 2002.110.101) a été utilisé le 17 octobre 1998 à l’occasion d’une manifestation inter-associative pour la défense du PaCS. Cet évènement faisait suite à la publication dans Le monde du 9 octobre 1998, d’un texte précisant la position d’Act up-Paris sur le sujet. Le masque blanc (N°inv 2004.211.38.5) témoigne des manifestations organisées dans les années 2000 contre les engagements non tenus des membres du G8 dans le cadre du financement mondial de la lutte contre le sida. Enfin, la pancarte sur laquelle est inscrit “ROCHE LETS US DIE” (N°inv 2004.207.239) a été utilisée lors de la 15ème conférence internationale sur le sida qui s’est tenue à Bangkok du 11 au 16 juillet 2004. Elle a pu être utilisée le 12 juillet à l’occasion d’une manifestation intitulée “shame!” au cours de laquelle des portraits géants de 7 leaders du G8 ont été maculés de sang ou les 13 et 14 juillet lorsque différentes associations internationales ont arrêtés des symposium organisé par les laboratoires Pfizer et Gilead pour manifester contre le coût des traitements.

Parmi les 7 affiches suivantes, trois font l’objet d’une mise en avant dans l’ouvrage Archives des mouvements LGBT+, “la communauté que nous voulons est hystérique” (N° inv 2004.211.52), “sexuelle” (N°inv 2004.211.55) et “intransigeante” (N°inv 2004.211.56). Ces affiches sont les témoins d’une campagne d’affichage organisée par Act up-Paris, le 4 juin 2004, dans le quartier parisien du Marais pour appeler à un sursaut communautaire. Cette série d’affiches fût accompagnée d’une distribution de 10 000 cartes postales “No Kpote ? No way!“.

AIDES est également présente dans les collections du Mucem, et dans l’ouvrage d’Antoine Idier elle l’est à travers ces trois documents. Ils témoignent de l’engagement de l’association dans la lutte contre toutes les formes de discriminations subies par les personnes atteintes de VIH-sida, notamment au cours de parcours migratoires, comme en témoigne cette affiche (N°inv 2002.104.4). Le rôle d’AIDES dans la prévention et la promotion du préservatif est également souligné, tantôt de manière humoristique, par exemple à travers cette affiche (N°inv 2002.104.1), tantôt en soulignant le caractère potentiellement tragique d’une relation non protégée, comme le relate cette carte postale (2003.125.786).

L’association des “sœurs de la perpétuelle indulgence” se retrouve illustrée par la présence de cette carte postale (N°inv 2002.92.19) réalisée par le couvent de Paris et issue d’un lot de 12 cartes postales formant une série intitulée “Lucifer et Cupidon”. Elle est a rapprocher de ce “flacon reliquaire”, (N°inv : 2002.92.45.1-2) qui évoque la religion catholique, tout en la parodiant, pour apporter des informations relatives à la prévention contre les infections sexuellement transmissibles. Réalisé en 2002, ce flacon reliquaire s’intitule “un été sans MST”.

Le livre Archives des mouvements LGBT+, Une histoire de luttes de 1890 à nos jours offre donc une visibilité importante aux collections du Mucem et rappelle le rôle qu’a joué le tissu associatif dans la lutte contre le sida et la consolidation d’une communauté homosexuelle, déjà clairement revendiquée par les années de libération radicale post-1968.

L’ouvrage met également en lumière les acquisitions récentes du Mucem, comme le fonds de photographie de Tom Craig, qui retrace l’engagement associatif dans la lutte contre le sida, de 1994 à 2014. En voici ci-dessous quelques exemples.

Enfin, le livre se termine par un rapprochement entre cette affiche conservée au Mucem et réalisée en juin 1994 par l’association “Résister, vivre la mémoire” (N°inv 2005.47.271) et l’affiche du film de Robin Campillo, 120 battements par minute, pour évoquer “la (re)découverte par des personnes LGBT+ et par le grand public de l’histoire d’Act Up et du sida [qui] ont relancé des débats déjà anciens sur la préservation de la mémoire et la constitution de centres d’archives homosexuelles.”.

  1. Stéphane Abriol, communication lors de la journée d’étude « conserver et exposer les épidémies et la lutte contre le sida », organisée au Mucem le 27 octobre 2017 []
  2. Act up-Paris, AIDES, le CRIPS Île-de-France, les sœurs de la perpétuelle indulgence… []
  3. Broqua, C. (2005). Agir pour ne pas mourir : Act Up, les homosexuels et le sida. Paris: Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.). []
  4. Sember R., Gere D., 2006, ““Let the Record Show . . .”: Art Activism and the AIDS Epidemic” in American Journal of Public Health. 96(6): 967–969. []

Vous aimerez aussi...