Le cours d’eau mouvementé des ultras

Florent Molle, conservateur du patrimoine au Mucem et Sébastien Louis, historien et auteur du livre “Ultras, les autres protagonistes du football”

Voyage dans l’univers des Ultras Tito Cuchiaronni

Il pleut et il fait froid ce soir de Toussaint 2014, à la veille du match entre la Sampdoria de Gênes et l’équipe de la cité au lys rouge, la Fiorentina. Les Ultras Tito Cuchiaronni (UTC), dont le nom fût adopté en hommage à Ernesto Cuchiaronni, ailier gauche argentin qui termina sa carrière dans le club en 1963 et qui décéda en 1971, peu de temps après la création du groupe, préparent la confrontation du lendemain. Leur local, le lieu où ils se réunissent et dans lequel ils préparent le tifo1, est situé à la périphérie de la ville dans un quartier sombre. Sur une façade attenante à l’immeuble est peint le visage d’un jeune garçon aux cheveux long, le regard profond, la moitié du visage dans l’ombre et une écharpe aux couleurs de la Sampdoria – blanc, rouge, bleu et noir – nouée autour du cou. Il fait penser à un personnage de dessin animé des années 1980, sorte d’Albator ou d’Actarus, mais selon son auteur présumé, Ugo Ezio, un des premiers jeunes ultras de ce groupe2, ses traits seraient en réalité inspirés du visage de Franco Gasparri, célèbre personnage de roman-photo de l’époque. A côté, un autre visage est peint, celui d’Alex DeLarge, héros du film Orange Mécanique de Stanley Kubrick. Fidèle à l’affiche du film, le graffiti représente le protagoniste qui s’extirpe d’un cadre triangulaire et brandit un poignard de sa main droite, tandis qu’un œil tombe au centre de la composition. Le personnage d’Alex se caractérise par sa violence et est utilisé comme emblème par de nombreux groupes ultras, en Italie comme ailleurs3, bien que cette revendication soit plus symbolique que réelle. C’est lui qui avait été choisi comme emblème principal par le groupe génois, avant que celui-ci ne soit considéré comme trop violent puis délaissé au profit de notre star de roman-photo.

A l’intérieur du bâtiment, une quinzaine de jeunes garçons vêtus de jeans, sweat à capuche ou vêtements de marque Stone Island, Fred Perry et Adidas, fidèles à la mode casual ((Franck Berteau et Philippe Broussard, Dans les stades de foot, le look fait l’ultra, Le Monde du 05/06/2016)), s’affairent à peindre, coller, plier et porter les banderoles qui doivent être révélées le lendemain, au stade Luigi-Ferraris. La peinture blanche des murs ne se perçoit parfois presque plus, perdue sous les écharpes, et les photos qui décorent le local. Les premières sont auto-produites par les supporters, elles contiennent les symboles, revendications ou slogans du groupe : tifosi non tesserati ((Tifosi non immatriculé, en référence à la tessera del tifoso, la carte du supporter dont il sera question plus tard)) ou la samp e’ una fede, gli ultras i suoi profeti ((La samp est une foi et les ultras ses prophètes)). Les photographies quant à elles  rendent compte des plus beaux « faits d’armes » et tifos organisés par les UTC dans le virage sud du stade ou dans la ville. Sur une photographie en particulier deux supporters se distinguent parmi la foule. Ils portent un cercueil en carton, haut de plus de 5 mètres, peint aux couleurs du club ennemi, le Genoa Cricket and Football Club. A côté de ce tirage est encadré l’avis de décès du Genoa, publié par des supporters de la Sampdoria et qui aurait pu être fixé sur le cercueil pour annoncer la date et l’heure de la mort du rival : 17h45, le 7 mai 1978, à l’occasion d’un match Fiorentina-Genoa qui se solda sur un score vierge et nul. Dans une autre pièce, sont entreposés les bannières et les drapeaux du groupe, pliés et rangés dans des bacs en plastiques, ordonnés selon les slogans et les symboles qu’ils revendiquent. Un bac, intitulé bandiere dell’europa contient notamment du matériel utilisé pendant la Coupe d’Europe des vainqueurs de coupe 1989-1990 que remporta le club. Dans cette pièce, on retrouve aussi quelques autocollants du groupe marseillais Commando Ultra’ 1984 et des photographies des supporters phocéens parmi les supporters sampdoriani, qui attestent de l’amitié qui unit les deux groupes de supporters ultras.

Génération ultras

Le club de football de la Sampdoria, de son vrai nom Unione Calcio Sampdoria a été fondé en 1946, lorsque la Società Ginnastica Comunale de Sampierdarena, fondée en 1899, fusionne avec la Società Ginnastica Andrea Doria, fondée en 1895. Il faut toutefois attendre la saison 1969-1970 pour voir se former le premier groupe de supporters d’un nouveau genre, sobrement nommé « Ultras », par une bande d’amis originaires du quartier de Sestri Ponente. Une légende urbaine attribue à ce nom une référence à une inscription murale située sur la Piazza della Vittoria, dans le centre de Gênes : « Unitti Legneremo Tutti i Rossoblù A Sangue, une formule dont les initiales forme le mot « ultras » et qui signifie : « ensemble, nous frapperons tous les Rossoblù (rouge et bleu, surnom de leur rivaux du Genoa CFC) jusqu’au sang »4). La réalité s’avère toutefois plus simple : le mot ultra désignait à l’époque les extrémistes politiques et les jeunes garçons l’adoptèrent en lui rajoutant le S de Sampdoria5).

En Italie, les années 1960, 1970 et 1980, marquent une période d’intenses mutations socio-économiques, caractérisées par une extrême violence sociale qu’on appelle « les années de plomb ». La jeunesse est au cœur de ces bouleversements et elle se constitue pour la première fois en véritable classe d’âge, unie par une même culture à travers la musique, les vêtements et les loisirs, tandis que la société de consommation fait son apparition. Initiés au rite du match de football par leurs pères, les jeunes tifosi ne tardent pas à s’affranchir de cette tutelle lors de leur adolescence et se regroupent vite entre pairs pour soutenir leurs équipes favorites. Dans une société conservatrice comme peut l’être l’Italie de l’époque, le fait de se rendre au stade entre jeunes du même âge est perçu positivement par les parents, qui voient dans le football un modèle de consommation familiale, loin de l’intensité rebelle des sous-cultures urbaines qui pullulent en Grande-Bretagne à la même époque, à l’instar des Teddy boys, des Mods ou des Rockers. Pourtant la jeunesse italienne est en train de transformer la façon de vivre le match de football non pas uniquement en s’engageant activement dans le soutien à leur équipe favorite, mais en l’organisant de manière autonome. Une véritable « culture supporter, avec ses rites, ses hiérarchies »6 se forme alors en Italie. Cette nouvelle manière d’appartenir à un groupe et de supporter activement son équipe fait vite florès dans l’Italie des années 1970 et c’est bientôt tous les villages de la péninsule qui voient se créer leurs groupes ultras7. Une décennie plus tard, ce mouvement de jeunesse traverse les alpes à la faveur de quelques jeunes marseillais, fans de la Juventus de Turin ou de l’AS Roma, qui découvrent les groupes ultras de ces clubs. Ils reviennent à Marseille complètement bouleversés par ce qu’ils ont vu, les sacs à dos pleins d’écharpes, de photographies des tifos ou d’enregistrement des chants entonnés dans ces tribunes. Ils créent le premier groupe ultras de France, le commando ultra’, le 31 août 1984, apportant tambours, drapeaux, fumigènes et tifos dans les stades hexagonaux. Très vite le phénomène se diffuse en France et notamment jusqu’à Paris avec la création des Boulogne Boys durant la saison 1985-1986 même si un nouveau type de supportérisme, plutôt d’inspiration anglaise et proche des mouvements hooligans et skinheads, se déploie depuis le début des années 1980 à Paris dans le Kop8 de Boulogne. Aujourd’hui, le mouvement ultras est toujours présent en France et dans la capitale et les drapeaux ne s’agitent pas uniquement pour le Paris Saint-Germain, à travers le Collectif Ultras Paris par exemple, mais aussi pour soutenir les autres clubs de la capitale, que ce soit le Paris Football Club avec les Ultras Lutetia, le Ménilmontant FC ou le Red Star FC à Saint-Ouen.

Un cours d’eau mouvementé

Dans le local des UTC, Beck et Nadir, deux membres du groupe, reviennent sur l’histoire9 du « mouvement ultras ». Pour Nadir, on peut le voir comme un cours d’eau : « la direction est toujours la même. Le cours d’eau peut trouver des obstacles, se détourner, passer au-dessous, mais il avance quand-même ». Traduction : être ultras, ce n’est pas seulement « aller à tous les matchs, à domicile comme à l’extérieur […] faire le tifo dans le virage, se confronter aux autres tifoserie » comme le précise Beck, mais c’est aussi partager une même « mentalité » et des valeurs implicites qui peuvent être résumées par l’autofinancement, l’indépendance des idées et des comportements, la solidarité entre les membres, la présence à tous les matchs, la loyauté lors des affrontements et le respect des ultras plus anciens. Depuis les années 1970 jusqu’aux années  2010, le nom et la mentalité restent les mêmes mais les conditions d’exercice de ce supportérisme dans les stades se transforment en lien avec l’évolution de la société, notamment  sous la pression de la financiarisation et de la répression policière10. A Gênes, le fleuve Bisagno relie le local des UTC au stade Luigi-Ferraris, mais en ce jour de toussaint 2014, le long du torrent le chemin des UTC rencontre une barrière policière qui n’autorise pas le groupe à apporter dans l’enceinte sportive les banderoles que ses membres préparaient la veille. Sur celles-ci étaient inscrits les noms de plusieurs supporters décédés les années précédentes, à qui le groupe voulait rendre hommage, pour fêter le 1er novembre.

D’autres barrières s’élèvent contre ce mouvement comme l’indique Nadir : « Plus le temps passe, plus on se sent inappropriés, entre guillemets… tout est devenu de plus en plus encadré, alors un Ultras qui va dans le virage, qui pense d’une certaine façon, est mal placé dans cette société et dans le sens de son évolution. Si on ajoute à cela le fait que le football, ce qu’on appelle l’industrie du football et qui produit beaucoup d’argent, poursuit des projets très définis pour arriver à produire encore plus d’argent, à augmenter les profits du « produit football », nous sommes une partie qui dénote dans ce dessein. La société et les intérêts économiques nous poussent en dehors de ce cadre mais nous faisons notre possible pour rentrer dedans et pour moi, c’est l’aspect le plus important ».11

Bibliographie

Berteau Franck, Dictionnaire des supporters, Stock, 2013
Berteau Franck et Broussard Philippe, Dans les stades de foot, le look fait l’ultra, Le Monde du 05/06/2016
Bromberger Christian (dir.), Le match de football. Ethnologie d’une passion partisane à Marseille, Naples et Turin, Paris, éditions de la MSH, 1995
Broussard Philippe, Génération supporters, Paris, So press éditions, 2011 (réédition 1990)
Louis Sébastien, Ultras, les autres protagonistes du football, Paris, éditions Mare & martin, 2017

  1. Le terme regroupe toutes les activités d’encouragement de l’équipe : chants, animations, banderoles et drapeaux. Le mot désigne aussi le typhus car les symptômes de cette maladie sont proches du comportement des tifosi (l’ensemble de ceux qui font le tifo). Par extension, une tifoseria désigne l’ensemble des tifosi qui soutiennent une même équipe de football (Louis, 2017). []
  2. Chi e’ ezio ugo, leggenda del tifo blucerchiato ?, SampGeneration, 17 octobre 2013 []
  3. En France on le retrouve par exemple à Saint-Étienne, où il est l’emblème du groupe des Magic Fans 1991. []
  4. Berteau Franck, Dictionnaire des supporters, Stock, 2013 (lettre U []
  5. Louis Sébastien, Ultras, les autres protagonistes du football, Paris, éditions Mare & martin, 2017 (p.36 []
  6. Broussard Philippe, Génération supporters, Paris, So press éditions, 2011 (réédition 1990) et Bromberger Christian (dir.), Le match de football. Ethnologie d’une passion partisane à Marseille, Naples et Turin, Paris, éditions de la MSH, 1995 []
  7. Louis Sébastien et Molle Florent, La naissance et la diffusion du mouvement « Ultras » en Italie, l’exemple de Gênes et de Latina dans « Le mucem sur le terrain, enquête-collecte Football & identités » http://www.mucem.org/node/44 []
  8. Nom donné aux tribunes populaires situées derrière les cages de football des stades. Ce terme est plutôt utilisé dans les pays anglo-saxons. En Italie et dans le sud de l’Europe, on parle plutôt de « virage » ou « curva » []
  9. L’entretien dont il est question a été réalisé par Sébastien Louis et Florent Molle, à la faveur d’une enquête-collecte organisée par le Mucem, musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, dans le cadre de la préparation de l’exposition « Nous sommes Foot » qui s’est déroulé du 11 octobre 2017 au 4 février 2018. []
  10. Dans l’entretien, Beck et Nadir font notamment référence à la tessera del tifoso, la « carte du supporter » introduite lors de la saison 2009-2010. Celle-ci permet aux autorités d’exercer un contrôle des supporters et d’évincer notamment ceux qui ont fait l’objet d’un « Daspo » (Divieto du acedere alle manifestazione sportive) l’équivalent italien de l’interdiction de stade, même plusieurs années après la fin de la peine (l’article 9 de cette loi). []
  11. Cet article a initialement été publié dans le catalogue de l’exposition “Sport ! dans la vie comme à la ville” organisé par le Musée de la ville de Saint-Quentin-en-Yvelines, du 12 septembre 2018 au 09 mars 2019 []

Vous aimerez aussi...