Les objets du VIH-sida

De retour du workshop “Recollections: AIDS Objects in Archives and Museums” – Amsterdam, juillet 2018

La ville d’Amsterdam au rythme de la 
22èmeconférence internationale sur le sida

Au “Global Village”

Du 23 au 27 juillet dernier se tenait à Amsterdam la XXIIème conférence internationale sur le sida. La ville entière était tournée en direction de cet évènement, à l’instar du musée d’Amsterdam qui organisait une exposition “pop-up” dans le “global village”, lieu de débat, de conférence, d’expositions et de stands dédiés à différentes associations et ONG mondiales de lutte contre le sida. Cette exposition présentait notamment plusieurs “patchworks des noms1 réalisés par la fondation “Projet des NOMS des Pays-Bas” (Stichting NAMEN project Nederland en néerlandais2.

Le NAMEN project est l’émanation néerlandaise du Names project AIDS memorial quilt, créé aux États-Unis en 1987. L’AIDS memorial quilt est un monument communautaire, composé de patchwork commémorant les morts du sida. Chaque patchwork (que l’on appelle également un bloc) est une association de 8 panneaux de 1,80 m x 0,90 (les dimensions d’un cercueil) créés individuellement et cousus ensemble pour former un carré de 3,80 m x 3,80 m. Chaque panneau rend hommage à une personne décédée du sida. Les patchworks commémoratifs font participer les bénévoles de la communauté à l’activité de fabrication de panneaux et le déploiement de ces patchworks fait partie d’un rituel de deuil.

Aids in Amsterdam, une exposition aux archives de la ville (Stadsarchief Amsterdam)

Aux archives de la ville, l’exposition Aids in Amsterdam 1981-1996 revenait plus particulièrement sur la première période de diffusion du virus, de son identification médicale à l’arrivée des trithérapies. Cette “exposition panneau” mettait en évidence les archives conservées à ce sujet, principalement à travers des photographies du début des années 1990 (principalement prises par les photographes Han Singels, Jan Carel Warffemius, Carel Van Hees, Marcel Molle).

On découvre notamment des images de lutte, comme cette photographie d’une manifestation d’Act Up ! Amsterdam menée en marge de la conférence internationale contre le sida organisée dans la ville en 1992. Sur cette photographie prise par Jan Carel Warffemius, on distingue au premier plan un jeune militant vêtu d’un T-shirt sur lequel est inscrit le slogan “SILENCIO = MUERTE” tandis que se devine, en arrière-plan une banderole d’Act up-Paris sur laquelle on peut lire “Mitterrand : 11 ans de silence 13 000 morts”. Le cadrage choisi par le photographe témoigne ainsi d’un combat très tôt international.

En regardant cette photographie pour la première fois, dans cette exposition, aux archives municipales d’Amsterdam en 2018, je suis étonné de reconnaître ces deux objets croisés il y a quelques jours dans les réserves du Mucem, au CCR. En effet, nous travaillons actuellement à l’inscription à l’inventaire d’un fonds d’environ 300 objets, donné par Act up-Paris en 2015. Banderole, T-shirt, photographie de contexte… les traces matérielles de la mémoire associative se recoupent petit à petit, preuve que les relations internationales de recherche que nous cherchons à établir ont du sens et permettent de mieux appréhender les objets de nos collections.

Au cours de cette exposition aux archives de la ville, le visiteur est également amené à comprendre comment les patchworks sont réalisés par des “buddies”, des amis proches ou des membres de la famille du défunt (voir la photographie de Carl Van Hees prise en 1993 : “A “buddy” working on the name panel“). Enfin on pouvait prendre la mesure du monument, composé de patchworks provenant du monde entier, dressé en 1992 dans le palais de la Bourse d’Amsterdam (Beurs van Berlage), à l’initiative de l’Association néerlandaise contre le VIH (HVN) en collaboration avec la Fondation “Ideëel Organiseren” (photographie Han Singels).

Plusieurs patchworks hollandais étaient également suspendus au-dessus des panneaux.

La visite de cette exposition permit enfin une heureuse rencontre, celle d’un membre de la Fondation Projet des NOMS des Pays-Bas (Stichting NAMEN project Nederland) qui proposera au Mucem, quelques mois plus tard, la donation du Bloc 23 du mémorial néerlandais du patchwork des noms.

Recollections : AIDS objects in Archives and Museums

Le 26 juillet, Manon Parry, historienne spécialisée en études américaines et en histoire publique à l’université d’Amsterdam et AnneMarie DeWildt, conservatrice au musée d’Amsterdam organisaient le workshop “Recollections: AIDS Objects in Archives and Museums“. Ce workshop et le travail de ce groupe visent à identifier les collections patrimoniales existantes en Europe et dans le monde, concernant la pandémie de sida.

Participaient à ce workshop Lina Bonde (EUROPACH, Berlin, Germany), Katie Dabin (Science Museum, Londres, UK), Gerard Koskovich (GLBT History Museum, San Francisco, USA), Sue O’Sullivan et Fiona Pettitt (International Community of Women Living with HIV, UK), Jorien Posthouwer et Sophie Elpers (Meertens Institute, KNAW, Pays-Bas), Patrick Reyntiens (Sensoa, Anvers, Belgique), Emma Smith (Wellcome Collection, Londres, UK), Eugeen van Wees (Rijksmuseum Boerhaave, Leiden, Pays-Bas), Jasper Wiedeman (IHLIA, Amsterdam, Pays-Bas), Jörn Wolters (NAMEN Project, Pays-Bas).

J’y participais également, accompagné de Renaud Chantraine, doctorant CIFRE au Mucem. Nous y avons présenté les avancées de nos réflexions développées dans le cadre de la préparation d’une exposition sur le VIH-sida au Mucem, notamment la mise en place d’un comité de suivi, composé de personnes concernées à différents titres par le VIH-sida (personnes vivants avec le VIH, personnels soignants, universitaires, artistes, militants associatifs, etc.) pour les inclure dans la construction du discours qui sera produit dans le cadre de l’exposition que le Mucem organisera sur le sujet en 2021. Le socle théorique de ce discours se construit à travers une première phase de consultation et de réflexion, ouverte au plus grand nombre dans le cadre d’un cycle de journée d’étude intitulé “Collecter, conserver et exposer la lutte contre le VIH-sida”3. A ce temps d’échanges, ouvert à tous, se superposent un temps d’étude des collections existantes et un temps de collecte de nouveaux témoins matériels et immatériels de l’épidémie4. Ces trois temps visent à enrichir et préparer la construction de l’exposition à venir.

Lors de ce workshop, les échanges ont porté sur la nécessité pour les musées d’être plus inclusifs et de s’ouvrir aux différentes populations marginalisées par l’épidémie de VIH-sida. L’importance de montrer les histoires derrière les objets a été souligné autant que leur contextualisation par les donateurs eux-mêmes, grâce à une médiation humaine. Nous avons également évoqué la possibilité de réaliser un catalogue numérique des objets du sida à l’échelle européenne.

Par ailleurs, le musée d’Amsterdam diffusait dans ses murs le film “Voices of the epidemics”, réalisé par Manon Parry.

A l’issue de ce workshop, un des patchworks des noms conservé par le musée d’Amsterdam a été déployé, dans le cadre d’un rituel, dans la cour du musée.


Le bloc 23 est aujourd’hui conservé dans les réserves du Mucem!

  1. on parle également de “bloc” du AIDS memorial quilt []
  2. et NAMES Project Netherlands Foundation en anglais []
  3. La première journée, organisée le 27 octobre 2017 s’intitule “conserver et exposer la mémoire des épidémies et de la lutte contre le sida”. La seconde, qui s’est déroulée le 18 janvier 2018 était consacrée aux notions “sida, musées et communautés”. Le 11 mai 2018, s’est tenu la troisième journée d’étude de ce cycle, intitulée “Traces et mises en récit de l’épidémie du VIH-sida”. La prochaine journée d’étude se déroulera le 30 novembre 2018 et sera consacrée aux questions de “temporalités”. Enfin, la 5ème journée sera consacrée aux questions de l’échelle géographique et se déroulera en mars 2019, tandis qu’une dernière journée d’étude, consacrée aux représentations artistiques de l’épidémie se déroulera en juin 2019 pour venir clore ce cycle. Le contenu de ces journées d’étude sera petit à petit déversé sur ce carnet hypothèse, à l’adresse suivante : https://mucemlab.hypotheses.org/1911 []
  4. Le Mucem est en train de travailler à l’inventaire d’un fonds importants d’objets produits par l’association de lutte contre le sida Act up-Paris, et donné en 2015 au Mucem par le biais d’un collectif nommé “les balayeuses archivistiques LGBT”. Le Mucem travaille également à un projet de collecte d’histoire orale de l’épidémie de VIH-sida à Marseille. []

Vous aimerez aussi...