L’enquête-collecte « Métiers et savoir-faire romani en Europe et Méditerranée »


La question des métiers occupe une place non négligeable dans les collections du Mucem: professions, savoir-faire, gestes techniques, chaines opératoires et plus largement patrimoine matériel et immatériel du monde du travail sont au cœur de la réflexion du Musée national des Arts et Traditions Populaires depuis sa création.  Son successeur a repris le flambeau en s’intéressant, notamment au début des années 2000 au métier de verriers et à celui de maréchal ferrant en Europe et en Méditerranée.

En outre, cette thématique, associée aux populations tsiganes, est relativement peu présente et explorée dans le paysage muséal français.

Les Tsiganes sont pourtant réputés dans l’ensemble de l’Europe depuis le XVe siècle pour leurs talents d’artisan : vanniers, forgerons, sculpteurs de petits objets utilitaires en bois…etc proposaient leurs services en particulier au monde rural, fréquemment de manière itinérante. Certaines communautés portent d’ailleurs le nom de leur métier. Ainsi des Kalderash (forgerons, du roumain calderar, forgeron), des Lovari (maquignons, de lov signifiant cheval en hongrois) ou des Ursari (montreurs d’ours), etc… Avec la révolution industrielle, les changements sociétaux et techniques rapides du XXe siècle, auxquels s’ajoutent, en Europe de l’Est, le passage à une économie collectiviste, ces savoir-faire sont devenus progressivement inutiles, la demande pour les biens réalisés s’étant tarie. Il a fallu se tourner vers de nouvelles activités qui n’étaient plus considérées comme « leur apanage propre ». Avec la mondialisation, les références « claniques » aux métiers commencent même à s’estomper, ainsi que l’a remarqué Jonah Steinberg auprès des Roms migrants de Marseille.

Cependant, dans certaines régions méditerranéennes et d’Europe du sud, principalement rurales, les métiers traditionnels continuent d’exister, et ce faisant, nous révèlent la place qu’occupent les Roms dans les communautés locales. Ces métiers existent en parallèle de toutes les professions modernes et non artisanales que les Tsiganes peuvent exercer comme n’importe quel citoyen européen.

Les Tsiganes sont souvent représentés comme des gens sans culture matérielle, ce qui est bien entendu faux. Aussi l’angle des métiers semble-t-il une bonne approche pour montrer à la fois leurs grande habileté et spécialisation techniques ainsi que leur adaptabilité. Et tordre le cou au cliché selon lesquels ils vivent essentiellement de mendicité, vol et subsides des Etats ou d’associations.

L’enquête collecte est organisé par Julia Ferloni, conservatrice et responsable du pôle « commerce, artisanat et industrie » au Mucem, et Jonah Steinberg, enseignant-chercheur en anthropologie, Université du Vermont, USA.

L’exposition Te aves Baxtalo’ – Vies et métiers Romani en Europe et Méditerranée

L’exposition Te aves Baxtalo’ est prévue pour l’été 2021 au Mucem. La majorité des enquêtes-collecte lancées par le Mucem sont en effet accompagnées d’une exposition qui se nourrit en grande partie du travail de terrain mené, et met les résultats de ce dernier en lumière. Ce sera le cas avec « Métiers et savoir-faire romani en Europe et Méditerranée ».

Cela étant, il faut concevoir cette enquête-collecte comme un objet autonome dont la finalité ultime n’est pas l’exposition de 2021, mais la documentation de faits et pratiques sociales, dont la connaissance et les témoignages, sous toutes leur forme (objets, photo, vidéo, entretiens enregistrés et retranscrits, articles) font partie du patrimoine national français pour l’éternité des temps.

La première étape de l’enquête-collecte a été un séminaire de réflexion sur ce qu’elle devait être et sa méthodologie. Elle a réuni une quinzaine de chercheurs, militants et professionnels de musée internationaux le 23 juillet 2018:

Séminaire « Métiers et savoir-faire romani en Europe et Méditerranée » #1


Vous aimerez aussi...